lundi 19 avril 2021

"La révérence de l'éléphant" de Laura Trompette


Marguerite sent que l'heure de tirer sa révérence approche, mais en France, il n'est pas possible pour elle de choisir le moment où elle souhaite partir. Sa solitude au sein de l'ehpad dans lequel elle est, lui donne envie de quitter cet endroit afin de s'éteindre dans un endroit plus clément. Mais avant cela, elle souhaite redonner goût à l'amour à Emmanuel son petit fils Emmanuel, photographe qui vit en Tanzanie. Emmanuel aussi a un quotidien bercé par la solitude, lui qui est plus préoccupé par le sort des éléphants que par sa propre vie. Lorsque Roxanne arrive à Elia, l'ehpad dans lequel vit Marguerite, celle-ci lui apporte une dose de fraicheur, mais va aussi sans le savoir, bousculer son quotidien.

Laura Trompette est une auteure que j'avais découvert il y a quelques années maintenant et dont j'avais notamment lu le roman Vies de chien, dont vous retrouvez la chronique par ici. Lors de sa parution récente, La révérence de l'éléphant m'a tout de suite intrigué et j'ai donc fini par enfin le découvrir.

Trois personnages, trois personnages se partagent les chapitres au fil de ce roman. Marguerite donc, Emmanuel et Roxanne. Tous trois de générations différentes, ils n'ont de point commun que la solitude qui les habite, chacun pour une raison différente. La rencontre entre Marguerite et Roxanne va alors bousculer bien des choses et surtout changer leurs quotidiens qui semblaient bien ternes.

La révérence de l'éléphant, c'est l'histoire d'une rencontre qui change une vie, l'histoire de destins qui s'entrecroisent de façon soudaine et qui pourtant sembler être faits pour se croiser. Chacun des personnages nous offre son histoire personnelle, son passé pas toujours facile, les choses de la vie qui ont pu le changer et certaines attentes qui sont tues, mais qu'on comprend. Autour du choix de Marguerite, Emmanuel et Roxanne font face à leurs propres convictions, mais les deux sont profondément touchés par l'envie de cette dernière.

"L'amour, en tout temps et en tout lieu, a toujours été une sève communicative. Il a un don pour- même par procuration- panser les plaies d'un cœur qui se croyait atrophié."

Mais La révérence de l'éléphant, ce n'est pas que ça. A travers Emmanuel et son histoire, Laura Trompette livre aussi un message important, celui de la disparition des animaux sauvages et surtout des éléphants. C'est en Tanzanie que l'auteure nous entraîne, sur ces terres où les éléphants sont présents et sur ces terres où hélas, ils sont aussi menacés. On sent vraiment à travers les yeux d'Emmanuel, que c'est un sujet qui tient très à cœur à l'auteure et surtout qu'elle est très renseignée à ce propos. On a l'impression de voir véritablement ces éléphants devant nous, ces situations que vit le personnage et ça nous touche profondément. Laura Trompette mine de rien, dénonce une situation qui existe bel et bien et qui surtout si rien n'est fait, amènera à voir la disparition de ces éléphants.

Une fois de plus, Laura Trompette a réussi à m'embarquer dans son histoire et surtout en Tanzanie. L'auteure, comme à son habitude, aborde des thèmes forts et véhicule quelques messages qui touchent ses lecteurs. Ici, avec nos trois personnages, la fin de vie est abordée, la disparition des éléphants, mais aussi que la possibilité d'aimer existe à tout âge. C'est bien écrit, on se laisse bercer par l'écriture de l'auteure au fil des pages et le fait d'alterner entre Emmanuel, Marguerite et Roxanne insuffle à chaque chapitre un nouveau souffle.

Alors même si cette fois-ci je ne me suis pas attachée plus que ça aux personnages de cette histoire, La révérence de l'éléphant doit être lu pour tout ce que cette histoire véhicule. Laura Trompette est une auteure avec des convictions, convictions qu'elle partage dans chacun de ses livres, mais sans faire culpabiliser le lecteur elle l'amène plutôt à avoir un point de vue plutôt complet et mine de rien à donner quelques pistes pour faire bouger les choses. Découvrez ce titre, il en vaut le coup !

"C'est courageux de se confronter à ce qui nous tétanise pour aider d'autres à ouvrir les yeux..."

La révérence de l'éléphant de Laura Trompette est disponible aux Editions Charleston.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
rencontres
Tanzanie
fin de vie
éléphants
rêves.

C'est lundi ! Je lis ça, et vous ?

  


Pour bien débuter cette nouvelle semaine, le lundi est l'occasion de faire le point sur ses lectures ! Alors rien de bien compliqué, le principe est simple, on parle de sa lecture passée, de sa lecture en cours et de sa lecture à venir.

Je vous dis ce que je lis, et vous faites de même, ok ? :)

J'ai terminé 
Solitudes de Niko Tackian

Je suis en train de lire
La marque du tueur de Chris Carter 

Je lirai ensuite
Je ne sais pas encore =)

samedi 17 avril 2021

Premier chapitre, premiers mots #7

 


Le premier chapitre d'un roman peut être déterminant, peut donner rapidement le ton de l'histoire qui se déroulera sous nos yeux, tout comme il peut être aussi déroutant ou intriguant. Du coup de temps en temps, je vous proposerais de découvrir les premiers mots d'un premier chapitre issu d'un roman lu, d'un roman en cours ou d'un roman seulement feuilleté, d'un roman m'appartenant, d'un roman emprunté ou d'un roman découvert au hasard. En soi, des premiers mots prémices d'une nouvelle histoire à découvrir...

Je vous présente une de mes dernières lectures alors que j'ouvre tout juste le livre à travers les premiers paragraphes de celui-ci. Aujourd'hui, c'est le titre Vertiges de Fredric Gary Comeau qui se prête au jeu de ce petit rendez-vous que j'oublie trop souvent.


"Une gare. Plus précisément, une petite gare dans une grande ville. "La quatrième en importance", disent les guides touristiques. Un jour gris. De ceux où l'on constate soudain qu'on a un goût d'absence au fond de la gorge. Un goût d'absence qui gratte et irrite nos cordes vocales, nous empêche de dire ce que nous aurions peut-être à dire. Une jeune femme. Trop belle pour apparaître si près de nous un jour comme celui-ci. Les cheveux courts, couleur d'ébène, et les yeux d'un vert rare, entre l'émeraude irlandais et la forêt norvégienne, qui fait sangloter les garçons timides tard dans la nuit."

vendredi 16 avril 2021

"Tous debout" d'Agnès Marot et Cindy Van Wilder

 

Anton, Méloée, Mathis et Rahim sont lycéens et partagent le même établissement. Dans ce lycée sévit Gossip Boy, le pseudo d'Anton sous la toile, qui dévoile pas mal de rumeurs et de potins sur les réseaux sociaux. Lorsque celui-ci découvre que Rahim est sans papiers, c'est une info des plus croustillante pour lui. Mais quand Rahim est menacé d'expulsion, c'est une grande partie des élèves qui lèvent finalement le poing pour le défendre...

Tous debout est un titre écrit à quatre mains par Agnès Marot et Cindy Van Wilder, deux auteures que je n'avais encore jamais lu avant ça.

En ouvrant Tous debout on entre dans le quotidien de lycéens qui entre amours, amitiés ou petites rivalités sont plus ou moins amis au fil du temps. Anton, Méloée ou encore Mathis et Rahim en font partie, certains sont amis d'autres un peu moins, mais tous cachent plus ou moins finalement quelques petits secrets aux autres. Gossip Boy, le pseudo de Anton, révèle ses petits secrets sur Internet, essaie de créer le buzz à chaque fois, mais cette fois-ci crée un véritable bad buzz quand il révèle à tous que Rahim est sans papiers, ce qui le menace directement d'expulsion.

À côté donc des petits histoires adolescentes, Tous debout prend rapidement une tournure où des sujets plus importants sont finalement abordés comme celui de l'expulsion pour un adolescent sans papiers. L'élan qui naît autour de Rahim pour le défendre et le protéger est rapidement au centre de tout cela, et finit par bousculer quelque peu le lecteur qui se met à espérer pour le jeune homme. Derrière les chamailleries, les rivalités, les lycéens s'unissent dans un grand élan de solidarité.

Dans Tous debout c'est l'exemple d'une jeune communauté qui met ses petits tracas de côté pour soutenir l'un des siens, c'est un exemple de solidarité qui naît d'un seul coup pour montrer son indignation et c'est l'espoir de voir aussi des jeunes s'investir dans ces causes qui habituellement ne les toucheraient pas spécialement.

Agnès Marot et Cindy Van Wilder, à quatre mains, signent avec ce roman une très belle histoire qui mérite d'être lue aussi bien par des adolescents ou lycéens qui se retrouveront forcément parmi les personnages que nous rencontrons, mais aussi par tous pour être face à une histoire qui finalement nous touche. C'est bien écrit, ça se lit rapidement sans qu'on s'en aperçoive et finalement, ça donne de l'espoir.

Tous debout d'Agnès Marot et Cindy Van Wilder est pour moi une jolie découverte, j'ai trouvé très agréable ce livre qui aborde bon nombre de thèmes avec justesse et qui permettra au public plus jeune de s'identifier dans celui-ci.

Tous debout d'Agnès Marot et Cindy Van Wilder est disponible chez Hugo New Way.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
lycéens
rivalités
expulsion
soutien
solidarité.

mardi 13 avril 2021

Flash-back chronique : "Grands boulevards" de Tonie Behar

  


Dans ce rendez-vous, et comme son nom peut le laisser entendre, j'ai décidé de vous proposer d'anciennes chroniques. Des chroniques que j'avais publiées il y a de cela plusieurs années avant d'écrire sur le blog, postées sur différentes plateformes. L'occasion de remettre en lumière des romans que j'ai appréciés, qui m'ont marqué ou qui méritent tout simplement d'être encore mis sur le devant de la scène...


Après une énième rupture, Doria est contrainte de retourner vivre chez son père Max. La jeune femme est comédienne et attend toujours de décrocher "LE" rôle de sa vie, mais en attendant elle enchaîne les pubs même les plus minables et tourne des vidéos amatrices avec une de ses amies. La vie chez Max est cool, son père est un joueur féru de poker avec ses amis et son cousin Simon qui vit chez lui le temps de ses études est un jeune homme discret mais tout aussi cool que son grand-père. Les trois personnages vont donc cohabiter ensemble durant quelque temps au sein du 19 bis boulevard Montmartre en plein cœur des Grands Boulevards de Paris. Au sein de leur immeuble, on cohabite tranquillement, certains sont plus amis que d'autres, mais tous se retrouvent unis quand ils risquent d'être expulsés par leur bailleur. Entre espoir, amour, amitié et union, tout se joue en plein cœur de l'immeuble pour mener à bien la résistance face à la Banque Générale.

Avec Grands Boulevards, Tonie Behar nous fait découvrir un Paris différent, un Paris vu de l'intérieur d'un immeuble cossu des Grands Boulevards. Avec des personnages typiques et tous bien différents les uns des autres, chacun amène sa touche personnelle à l'histoire. Bien que celle-ci soit aux premiers abords centrée sur Doria, on prend rapidement parti de vouloir voir l'immeuble du 19 bis boulevard Montmartre sauvé pour que ses colocataires puissent y rester.

On découvre aussi que la solidarité existe et se met rapidement en place même quand des habitants, vivant pourtant tous près l'un de l'autre, ne se connaissent pas à part pour échanger le simple "bonjour bonsoir" de rigueur. Grands Boulevards montre ainsi que même sans être forcement amis avec ses voisins, en cas de situation de crise, chacun peut compter sur l'autre. On prendra d'ailleurs plaisir à se reconnaître dans certaines situations ou même à reconnaître l'un de ses voisins. Car ne nous mentons pas on a tous déjà vécu une petite guéguerre ou une longue amitié avec une des personnes vivant juste à côté de chez nous...

Tonie Behar signe ici un roman très plaisant qui fait rire et sourire et qui a tout pour nous faire passer un bon moment : situations cocasses, amour et désamour, engueulades, solidarité et j'en passe... On se prend d'amitié pour Doria et sa famille et on apprécie de voir des relations se créer parfois entre les opposés. Et puis si vous pensez que vous êtes des cas uniques dans certaines relations de voisinage, lisez ce roman et vous changerez d'avis.

lundi 12 avril 2021

C'est lundi ! Je lis ça, et vous ?

  


Pour bien débuter cette nouvelle semaine, le lundi est l'occasion de faire le point sur ses lectures ! Alors rien de bien compliqué, le principe est simple, on parle de sa lecture passée, de sa lecture en cours et de sa lecture à venir.

Je vous dis ce que je lis, et vous faites de même, ok ? :)

J'ai terminé 
Le tourbillon de la vie de Aurelie Valognes 

Je suis en train de lire
La vallée des oranges de Béatrice Courtot 

Je lirai ensuite
Je ne sais pas encore =)

dimanche 11 avril 2021

Bilan livresque #43 : mars 2021

   


On peut tirer un trait sur le mois de mars 2021, un mois de mars qui a été pour moi synonyme d'immobilisation à la maison. Donc je peux vous avouer que ces dernières semaines ont été rythmées par énormément de lecture entre le visionnage de quelques films et séries, il fallait bien occuper les journées parfois bien longues. 

Résultat de mars : 24 livres lus. He oui beaucoup beaucoup de livres lus comme je vous disais plus haut. Parmi ces lectures, cette fois-ci, la plupart ont été des e-books, c'est tellement plus facile de se déplacer en béquilles avec une petite liseuse toute légère croyez-moi, l'avantage, c'est que cela m'a permis de bien baisser ma PAL numérique et ça, ça fait toujours plaisir.


Retour sur les livres lus :
  • Le doux parfum de la vérité de Lucy Diamond
  • La chanson du rayon de lune de Tonie Behar
  • Le bazar du zèbre à pois de Raphaelle Giordano
  • Jolies filles de Robert Bryndza
  • Le souffle de la nuit de Alexandre Galien
  • Tu ne seras plus mon frère de Christian Blanchard
  • Regretting you de Colleen Hoover
  • Tout ça pour toi de Eve Borelli
  • Si la lune éclaire nos pas de Nadia Hashimi
  • Peindre la pluie en couleurs de Aurélie Tramier
  • Le syndrome du spaghetti de Marie Vareille
  • Fermer les yeux de Antoine Renand
  • A la lumière du petit matin de Agnès Martin-Lugand
  • Thérapie du crime de Maxime Gallo & Sophie Jomain
  • Missouri 1627 de Ted Caplan **
  • Quand les abeilles ne danseront plus  de Lena Walker
  •  Le tatoueur d'Auschwitz  de Heather Morris
  • Plus on est de vieux, plus on rit  de Nora Davy
  • Fête de famille fatale de Juliette Sachs
  • La femme parfaite de JP Delaney 
  • Tous debout de Agnès Marot et Cindy Van Wilder
  • Là où le bonheur se respire de Sophie Tal Men
  • Luna de Serena Giuliano **
  • Ma soeur ce boulet de Claire Lazebnik **

Autant de lectures différentes que de genres variés. Vous pouvez remarquer que j'ai aussi bien lu des comédies romantiques, du feel good que des thrillers par exemple, et tout autant de nouveautés que de livres datant déjà de plusieurs années. Varier autant les genres et les univers m'a permis de ne jamais m'ennuyer ni me lasser, résultat chaque lecture a été très agréable à lire et chacune m'a plu, certaines plus que d'autres bien entendu. Mars aura donc été ponctué de très nombreuses heures de lectures, qui à défaut de pouvoir sortir, m'auront fait voyager à chaque fois.

Et vous alors, quel est le bilan de mars ?
Avez-vous des coups de coeur à partager ?
Dites moi tout, peut être que vous me donnerez quelques idées
pour mes prochaines lectures =)