mardi 30 avril 2019

"Si j'avais un perroquet je l'appellerais Jean-Guy (parce que Coco c’est déjà pris)" de Blandine Chabot


Dans un roman emprunté à la bibliothèque, Catherine y trouve un mot et un numéro de téléphone d'un certain Jean-Philippe. Après quelques hésitations, la jeune femme célibataire se décide alors à contacter ce fameux Jean-Philippe dans un élan un peu fou.

Si j'avais un perroquet je l'appellerais Jean-Guy (parce que Coco c’est déjà pris) de Blandine Chabot est un roman qui m'avait été offert. Au vu de son résumé et de sa couverture toute colorée, ce roman avait tout pour me plaire, et pourtant...

Ce roman, est un livre que j'ai un peu de mal à définir. C'est typiquement ce genre de roman où le début est prometteur où on se régale des premières pages et où tout finalement retombe tel un soufflé. Vous voyez un peu le genre ?

En me plongeant dans Si j'avais un perroquet je l'appellerais Jean-Guy (parce que Coco c’est déjà pris) je pensais vraiment passer un bon moment, découvrir une comédie qui me ferait rire et m'amuserait, avec un tel titre qu'aurais-je pu imaginer d'autres finalement ? L'idée de départ est pourtant intéressante et amusante, cette découverte du mot dans un livre est très intrigante et n'importe qui aurait eu envie de céder à sa curiosité et de contacter le numéro de ce mystérieux Jean-Philippe, mais Catherine est un personnage vraiment très particulier. C'est un personnage que j'ai eu beaucoup de mal à cerner, d'ailleurs honnêtement, je n'y suis pas parvenue...

L'histoire de ce livre est un peu brouillonne, j'ai trouvé, alors quand en plus des passages érotiques voire même très crus ont commencé à faire leur apparition, je me suis clairement demandé ce que tout cela venait faire dans l'histoire. Tout est décousu, j'ai eu l'impression de passer du coq à l'âne plus d'une fois, cherchant vainement parfois le lien entre tels ou tels événements.

Bref, inutile d'en dire plus je crois, vous avez compris que je n'ai pas du tout adhéré à Si j'avais un perroquet je l'appellerais Jean-Guy (parce que Coco c’est déjà pris). Rien ne m'a emballé dans ce roman, je ne me suis pas attachée aux personnages et je n'ai ressenti aucune émotion. Je n'en retiendrais finalement que sa jolie couverture et j'oublierais bien rapidement cette lecture !

Si j'avais un perroquet je l'appellerais Jean-Guy (parce que Coco c’est déjà pris) de Blandine Chabot est disponible aux Éditions Pocket.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
découverte
mot
mystère
ennui
déception.

"Tous pour elle" de Laurent Malot


À l'aube de ses trente ans, Clémence prend conscience qu'elle ne croit plus au romantisme depuis que sa vie amoureuse ressemble au désert du Sahara. Elle, une jeune femme pourtant drôle et pétillante, n'arrive pas à garder un homme près d'elle. Un soir, une rencontre surprenante va lui permettre d'avoir le pouvoir de séduire qui elle veut, avec pour objectif de trouver l'homme de sa vie avant ses trente ans sinon elle finira sa vie seule. Clémence découvre alors toutes les joies de la séduction facile, mais aussi toutes les galères qui vont avec...

Avant d'ouvrir Tous pour elle, je n'arrivais pas à m'ôter de la tête l'idée que j'avais déjà lu un roman de Laurent Malot ! À force de recherche et de fouilles dans ma bibliothèque, j'ai alors retrouvé le tire De la part d'Hannah, son premier roman que j'avais lu il y a de cela plusieurs années maintenant...

Qui ne rêverait pas d'avoir le pouvoir de séduire qui il le souhaite ? Et bien, c'est ce qui arrive à Clémence après une rencontre des plus particulières. Alors quand elle sort et qu'elle découvre qu'absolument tous les hommes, et pas que, fondent littéralement pour elle, c'est une folle aventure qui l'attend alors.

Tous pour elle est un roman avec une histoire que j'ai trouvé très originale. Quelle idée d'imaginer ce "super pouvoir" de pouvoir séduire tous les hommes, non mais vous imaginez un peu ? Alors quand Clémence se rend compte que c'est réellement le cas, elle passe par l'euphorie, la surprise, la crainte et l'amusement. Il faut dire que certaines scènes ont de quoi surprendre, parfois, c'est de véritables combats de coqs qui ont lieu entre de multiples hommes pour essayer de l'intéresser, ces scènes sont d'ailleurs particulièrement drôles à lire et imaginer.

La jeune femme compte bien en profiter, enfin dans un premier temps, parce qu'elle n'oublie pas non plus qu'elle doit essayer de trouver l'homme de sa vie. Mais les premiers jours où elle joue de cela sont particulièrement pétillants et croustillants même, en même temps qui ne ferait pas comme elle. Vous imaginez un peu, pouvoir séduire qui vous voulez ? Absolument, n'importe quel homme et/ou femme ? Moi, j'ai quelques noms qui me viennent en tête déjà, pas besoin de réfléchir bien longtemps !

Mais à côté de tous ses douces folies, Clémence finit par se rendre compte que le véritable amour lui sera en revanche beaucoup plus compliqué à vraiment trouver et toutes les aventures qu'elle va alors avoir, ne lui apporteront finalement pas ce qu'elle désire vraiment. L'auteur montre finalement aussi discrètement, que ce n'est pas en ayant ce qu'on veut à foison que la solution miracle arrive d'un coup. 

Tous pour elle est alors une comédie romantique vraiment pétillante, légère, amusante et qui se lit rapidement. J'ai commencé ce livre et je n'ai pas pu le reposer avant de le terminer, tellement je me suis amusée à lire cette histoire ! Laurent Malot livre une histoire originale et légère, ponctuée par beaucoup d'humour. Clémence est un personnage drôle et attachant, elle nous fait vraiment parfois rire aux éclats !

Bref, c'est un roman que j'ai vraiment beaucoup aimé. Je me suis laissée porter par l'histoire de pages en pages sans me rendre compte que je dévorais finalement ce livre ! J'ai juste un petit regret sur la fin, je me suis doutée sur bon nombre de points de celle-ci alors il n'y a pas eu de réel effet de surprise, dommage... Mais je vous conseille de découvrir Tous pour elle de Laurent Malot, je vous garantis que vous passerez un très bon moment de lecture et puis peut-être que vous vous imaginerez aussi un peu à la place de Clémence...

Tous pour elle de Laurent Malot est disponible aux Éditions French Pulp.

Merci à French Pulp Éditions.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
pouvoir
folie
séduction
aventures
amour.

lundi 29 avril 2019

"La danse du temps" d'Anne Tyler


Après une enfance quelque peu tumultueuse, Willa Drake a choisi une certaine sécurité pour sa vie de femme. Mariage, enfants, veuvage et remariage se sont succédés et à soixante et un Willa s'ennuie. Un beau jour, on l'appelle pour la prévenir que sa belle-fille Denise a reçu une balle dans la jambe et qu'elle doit alors venir s'occuper de sa petite-fille Cheryl. Mais Denise n'est pas sa belle-fille, seulement une ancienne petite amie d'un de ses fils, pourtant Willa n'hésite pas et file à Baltimore s'occuper de la petite Cheryl.

Bien qu'Anne Tyler ait de très nombreux livres à son actif, La danse du temps est le premier titre que je lisais de cette auteure.

La danse du temps, c'est donc l'histoire de Willa, de son enfance à ses 61 ans. On apprend donc à connaître ce personnage et sa vie au fil des époques. Tout cela nous entraîne alors jusqu'au jour où elle reçoit ce fameux coup de téléphone, un appel qui va enfin bousculer un peu son quotidien, car on l'a bien compris depuis un moment, Willa s'ennuie dans la vie qu'elle mène.

Prendre ce rôle de grand-mère, est pour Willa une façon de faire enfin un choix. Le choix d'aider les autres, d'essayer de s'affirmer auprès de son nouveau mari aussi notamment. Peu à peu, on découvre une nouvelle facette de sa personnalité, et on se demande bien pourquoi elle aura attendu aussi longtemps pour faire ce qu'elle désire elle seule.

La danse du temps met alors en avant à travers son histoire, un choix, un seul, qui peut faire basculer tout un quotidien et une vie. C'est aussi l'illustration qu'il n'est jamais trop tard pour se réaliser enfin, pour oser s'imposer auprès des autres. C'est à tout cela que nous mène finalement la vie de Willa.

Ce roman est une découverte qui malheureusement ne m'aura pas emballé plus que cela, honnêtement en le refermant j'ai pensé "tout ça pour ça !". Pour moi, la fin était attendue, pas de surprise à ce propos. Bien que l'écriture d'Anne Tyler soit douce, celle-ci n'a pas réussi à m'emballer et je me suis plus d'une fois surprise à bâiller pendant ma lecture. Bref, une découverte certes, mais que je ne renouvellerais pas avec cette auteure, dommage...

La danse du temps d'Anne Tyler est disponible aux Éditions Phébus.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
vie
ennui
femme
choix
temps.

C'est lundi ! Je lis ça, et vous ?


Pour bien débuter cette nouvelle semaine, le lundi est l'occasion de faire le point sur ses lectures ! Alors rien de bien compliqué, le principe est simple, on parle de sa lecture passée, de sa lecture en cours et de sa lecture à venir.

Je vous dis ce que je lis, et vous faites de même, ok ? :)

J'ai terminé
Tous pour elle de Laurent Malot

Je suis en train de lire
La punition qu'elle mérite de Elizabeth George

Je lirai ensuite
De battre la chamade de Sophie Tal Men

jeudi 18 avril 2019

"Dans la brume écarlate" de Nicolas Lebel


Lorsqu'une femme se présente au commissariat du XIIe et demande à parler au Capitaine Mehrlicht s'est pour signaler la disparition de sa fille Lucie. Cette jeune étudiante n'est pas rentrée, et rien ne justifie qu'une enquête soit menée, mais pour Mehrlicht, on ne sait jamais... Mehrlicht et son équipe sont alors appelés au cimetière du Père-Lachaise suite à la découverte de sang, mais aucun corps n'est retrouvé là-bas. Quelques heures plus tard, le corps d'une jeune femme est retrouvé dans la Seine, un corps totalement exsangue... Est-ce alors la victime à qui le sang a été retrouvé au Père-Lachaise ? L'enquête est lancée !

Après avoir lu De cauchemar et de feu dont je vous parlais dernièrement par ici, j'ai donc enchaîné rapidement avec le dernier roman de Nicolas Lebel intitulé Dans la brume écarlate.

Dans la brume écarlate, commence exactement là où nous avions quitté Mehrlicht précédemment. Pour le Capitaine, une nouvelle enquête l'attend alors rapidement. Rapidement, dans celle-ci, des corps exsangues vont refaire surface alors qu'ils baignaient dans la Seine. Qui est derrière tout cela ? Un vampire, sévirait-il à Paris pendant que la ville est complètement noyée sous un brouillard tenace ?

Quelle intrigue ! Dès les premières pages, on est totalement plongé dans celle-ci. On retrouve donc Mehrlicht et toute sa bande, face à un nouvelle enquête qui ne sera pas des plus faciles. Écrit sous la forme d'un roman chorale, nous lecteurs avons alors la possibilité de jongler entre plusieurs protagonistes que ce soit donc Mehrlicht ou encore la personne derrière tout cela, nous jonglons entre les chapitres entre chacun. L'intrigue est d'ailleurs particulièrement brillante, nous avons déjà pu lire des romans où le meurtrier se prenait pour un vampire ou quelque autre créature de ce genre, mais ici, il agit pour quelque chose de bien particulier.

Si j'avais beaucoup aimé De cauchemar et de feu, je dois avouer que j'ai adoré Dans la brume écarlate. La femme est au cœur de l'intrigue, la femme pourchasser, tuer. L'auteur réussit toujours à faire le lien avec des sujets d'actualité qui ont marqué les esprits durant les derniers mois comme #metoo. C'est quelque chose que j'apprécie tout particulièrement chez Nicolas Lebel, c'est le fait que chacun de ses romans ait un rapport avec un sujet d'actualité ! 

Retrouver Mehrlicht, Latour et Dos Santos est toujours un réel plaisir, je me suis beaucoup attachée à ce trio qui semble bien mal assorti, à la face de grenouille du Capitaine qui a tout pour nous rebuter et pourtant qui est devenu si important, entre sa passion Questions pour un champion, ses cigarettes qui s'enchaînent et son humour bien piquant on ne s'en lasse pas, d'ailleurs la toute dernière phrase du roman m'a mis un coup au cœur, dit Nicolas Lebel ça veut dire quoi ça ?!

Et puis, et puis... Nicolas Lebel ici parle aussi d'amour, oui d'amour, vous avez bien lu ! C'est l'amour d'un frère pour une sœur, l'amour d'un homme qui est prêt à tout pour celle qu'il aime même si cette dernière en aime un autre, l'amour qui met en danger, l'amour qu'on veut sauver plus que tout. Bref, derrière une brume épaisse et le sang qui coule, il y a ça aussi qui se cache.

En bref, Nicolas Lebel offre un nouveau cru vraiment intense ! Dans la brume écarlate est un roman qui nous tient en haleine du début à la fin, qu'on à peine à relâcher en cours de lecture, à l'intrigue terriblement bien ficelée et qui bouscule. Un thriller qui marque, qu'on dévore et qui nous fait apprécier toujours plus l'écriture de l'auteur. À peine terminé, terminé trop vite même d'ailleurs, on en redemande. Alors, à quand les retrouvailles avec Mehrlicht maintenant ?

Dans la brume écarlate de Nicolas Lebel est disponible aux Editions Marabout.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
la Seine
corps
exsangue
amour
suspens

lundi 15 avril 2019

"De cauchemar et de feu" de Nicolas Lebel


À quelques jours du dimanche de Pâques, en plein Paris en 2016, le corps d'un homme est retrouvé criblé de trois balles, une dans chaque genou et une en plein front. Lors de l'autopsie, une myriade de tatouages est révélée, tatouages celtiques et slogans nationalistes nord-irlandais dont trois lettres IRA. Pour Mehrlicht, l'enquête va alors se révéler plus délicate qu'il ne l'imaginait alors en plein état d'urgence du pays, enquêter sur un groupe terroriste irlandais ne sera pas chose aisée...

Avant de lire le tout dernier roman de Nicolas Lebel intitulé Dans la brume écarlate, j'ai préféré rattraper mon léger retard et me plonger dans De cauchemar et de feu afin de pouvoir suivre correctement l'histoire de notre cher Mehrlicht !

On retrouve donc Mehrlicht, ah Mehrlicht et sa bonne bouille de grenouille, impossible de l'oublier ! Dans ce nouvel opus, l'enquête va le mener dans les méandres du terrorisme irlandais qui sévit depuis déjà plusieurs années et qui fait écho aux terribles affrontements en Irlande du Nord durant les années 70. Mehrlicht et son équipe vont alors essayer d'arrêter rapidement le coupable derrière tout cela...

De cauchemar et de feu fait donc suite aux précédents titres de Nicolas Lebel, on y retrouve aussi bien la même bande sympathique de personnages, mais également tous les codes qui font qu'on apprécie ses romans. En plongeant dans les pages de celui-ci, le lecteur est également littéralement plongé dans l'histoire de l'Irlande du Nord où il y a de cela quelques années, le pays était à feu et à sang.

Outre l'intrigue vraiment bien ficelée qui nous tient en haleine, le rapport à l'histoire de l'Irlande du Nord dans les années 70 est vraiment passionnant. Après avoir eu quelques difficultés à vraiment m'immerger dans celle-ci dans les premiers chapitres, cela a rapidement changé. On sent qu'il y a un véritable travail de recherche de Nicolas Lebel, un travail qui lui a permis de livrer cette histoire et cette intrigue faisant toujours le lien avec cette part d'Histoire. Personnellement, je ne connaissais pas spécialement ces événements, alors j'ai appris beaucoup de choses au fil des pages, j'ai eu l'impression d'être autant captivée que par l'enquête elle-même de ce cher Mehrlicht.

Nicolas Lebel continue avec ce roman à nous offrir des thrillers de qualité, des thrillers qui nous captivent et qu'on finit par vraiment dévorer. Entre ses personnages auxquels on s'attache vraiment, j'adore Sophie Latour personnellement, et qui ont tous quelque chose de bien particulier, une intrigue vraiment bien ficelée, mais également originale, on peut clairement dire que De cauchemar et de feu est une nouvelle réussite ! L'écriture de l'auteur est toujours aussi prenante, haletante, mais aussi teintée d'un humour plutôt particulier grâce à Mehrlicht (notamment sa lubie avec Questions pour un champion dont on ne se lasse pas !).

Bref, j'ai vraiment beaucoup aimé ce roman ! Nicolas Lebel a réussi une fois de plus à me tenir en haleine du début à la fin, à faire en sorte que je ne veuille plus du tout quitter cette bande d'enquêteurs et à faire que je me jette rapidement sur son petit dernier Dans la brume écarlate. Alors un conseil, si vous n'avez toujours pas lu Nicolas Lebel, il faudrait vous y mettre rapidement !

De cauchemar et de feu de Nicolas Lebel est notamment disponible aux Éditions Marabout.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
cadavres
terrorrisme
enquête
Irlande du Nord
suspens.

C'est lundi ! Je lis ça, et vous ?


Pour bien débuter cette nouvelle semaine, le lundi est l'occasion de faire le point sur ses lectures ! Alors rien de bien compliqué, le principe est simple, on parle de sa lecture passée, de sa lecture en cours et de sa lecture à venir.

Je vous dis ce que je lis, et vous faites de même, ok ? :)

J'ai terminé
Ils étaient vingt et cent de Stanislas Petrosky

Je suis en train de lire
L'odeur de la colle en pot de Adèle Bréau

Je lirai ensuite
J'ai dû rêver trop fort de Michel Bussi

vendredi 12 avril 2019

"Tous au gîte" de Monika Peetz


Eva, Caroline, Estelle, Kiki et Judith sont une bande d'amies qui forment leur petit groupe des "dames du mardi". Chaque année, elles s'offrent un week-end entre elle, et cette fois-ci aucune hésitation sur la destination à avoir, c'est Birkow, village d'ex-Allemagne de l'Est où vit maintenant Kiki. Au programme, aider celle-ci à retaper l'ancienne école afin d'en faire la pension dont elle rêve, mais les amies ne sont pas au bout de leur surprise parce qu'entre des histoires de coeur, des catastrophes en tout genre ou encore l'arrivée d'un inconnu, rien ne se passera comme prévu !

Tous au gîte de Monika Peetz est un roman que j'avais repéré depuis un moment par sa couverture colorée et amusante. Je me suis alors laissée tenter à découvrir un peu plus l'histoire que ce titre renfermait...

C'est donc l'histoire d'une bande d'amies que nous découvrons dans les pages de ce roman. L'histoire de ces cinq dames qui s'allient le temps d'un week-end pour aider Kiki dans son projet un peu fou. Elles sont toutes différentes l'une de l'autre, mais se complètent et s'entraident parfaitement, elles sont soudées et se soutiennent mutuellement quand l'une ou l'autre semble prête à lâcher prise.

Tous au gîte est un roman léger et amusant qui remplit parfaitement son rôle de divertir le lecteur sans prise de tête. Les péripéties de Caroline, Eva, Estelle, Kiki et Judith vont se multiplier au fil des pages que ce soit lié aux intempéries, aux travaux de la maison ou encore aux rencontres qui vont être faites. On rit plus d'une fois, on s'attache aussi mine de rien à ce groupe d'amies si original et on passe un bon moment en leur compagnie.

Histoire d'amitié, de grands projets, mais aussi de remises en question, voilà un peu ce que renferment les pages de Tous au gîte. C'est aussi l'occasion de faire un saut dans un village reculé d'Allemagne où on a presque l'impression que le temps semble s'être arrêté.

Monika Peetz offre un roman qui amuse, qui nous divertit, qui nous permet durant quelques heures de ne penser à rien d'autre que de partager un moment avec les "dames du mardi". Il n'y a pas d'intrigue mirobolante, on n'attend finalement rien de particulier de cette lecture, mais ce livre nous apporte juste un moment amusant durant lequel notre esprit vagabonde librement et c'est parfois bien tout ce qu'on demande !

Tous au gîte est donc un roman divertissant, qui nous amuse plus d'une fois, et même si ce n'est pas l'histoire du siècle, on prend plaisir à lire cette histoire et à suivre l'aventure de cette bande d'amies ! Un roman à lire pour se changer les idées, à lire après une lecture moins légère et qui pourrait trouver sa place facilement dans les lectures de vacances.

Tous au gîte de Monika Peetz est disponible aux Éditions Pocket.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
amies
week-end
projet
humour
solidarité.

jeudi 11 avril 2019

"Un anniversaire au poil !" de Sonia Dagotor


C'est seule chez elle que Julie fête son trentième anniversaire, en compagnie d'une bouteille de vin, c'est l'occasion idéale pour elle de se demander une énième fois pourquoi ça ne marche jamais avec les hommes. À minuit, avec son petit cupcake à la main, elle décide alors de faire le vœu de comprendre les hommes. Le lendemain matin, elle découvre que son voeu a été plus que réalisé, elle se réveille en effet dans la peau d'un homme...

J'avais vu passer à de nombreuses reprises le nom de Sonia Dagotor sur les réseaux sociaux, sans pour autant m'intéresser plus que cela à ce qu'elle écrivait. Et puis, une occasion a fait que je suis tombée sur son roman Un anniversaire au poil ! lors d'une de mes virées en brocante du dimanche matin, et je l'ai donc saisi afin de découvrir vraiment ce qu'écrivait donc l'auteure.

Julie veut donc comprendre les hommes, quelle femme d'ailleurs ne souhaite pas cela ? Alors ce vœu, elle le fait, sans pour autant imaginer qu'il va se réaliser de cette façon, et pourtant au réveil elle ne peut que constater qu'elle est bel et bien devenue un homme ! Pour la jeune femme, les aventures vont se succéder, les découvertes masculines également et elle n'est pas au bout de ses surprises...

C'est donc sur une idée plutôt sympathique et quelque peu amusante que s'ouvre Un anniversaire au poil !, l'idée d'une jeune femme qui devient donc un homme afin de mieux les comprendre. Un bon roman feel-good en perspective et amusant donc. Alors oui, au début, je dois avouer que l'idée m'a bien amusé, tout comme Julie et ses réflexions sur la gente masculine, mais au début seulement, car rapidement, j'ai malheureusement aussi trouvé ce titre lassant. Les clichés sont au rendez-vous ça, on peut le dire, sans doute trop pour moi. Alors oui, c'est dit avec humour, c'est pour faire rire même si quelques brins de vérités sont disséminés ici ou là, mais j'ai trouvé qu'ils étaient vraiment beaucoup trop présents au fil de la lecture. Dommage parce que vraiment, l'idée était bonne !

Sonia Dagotor livre donc un roman feel-good au sujet original et sympathique, mais sans pour autant vraiment réussir à se démarquer de tant d'autres romans du genre. L'auteure use de beaucoup d'humour dans son histoire, avec un personnage principal vif et amusant, mais pour moi, il aurait suffi que tous ces petits clichés soient moins présents pour que ça prenne vraiment. 

Un anniversaire au poil ! est donc un roman sympathique dans l'ensemble, mais qui ne me marquera pas. C'est une bonne lecture si vous avez envie de divertissement, d'une lecture qui se lit rapidement et facilement et je peux comprendre que pour certains amateurs du genre, ce soit une recette efficace. Alors à vous de faire connaissance avec Julie et de découvrir si elle finit par comprendre les hommes, ou pas...

Un anniversaire au poil ! de Sonia Dagotor est disponible dans la Collection Piment de France Loisirs.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
anniversaire
voeu
homme
clichés
humour.

mercredi 10 avril 2019

"On n'efface pas les souvenirs" de Sophie Renouard


Entre ses deux filles Violette et Zélie et un mari qui l'aime, Annabelle vit dans un bonheur quotidien. Pourtant le jour de baptême de Zélie, elle ressent comme une menace, une ombre qui semble planer sur elle, elle décide alors de partir le temps d'un week-end chez son père à Lyons-la-Forêt. En route, lors d'un arrêt dans un café, Annabelle est enlevée et laissée pour morte en plein cœur d'une forêt. Un vieil homme va la recueillir et la soigner, à son réveil, elle ne se souvient de rien...

On n'efface pas les souvenirs est le premier roman de Sophie Renouard et c'est donc une totale découverte pour quiconque se plonge dans ce titre.

Annabelle est donc le personnage central de ce roman. Son enlèvement est un bouleversement pour tous, pour sa famille, mais aussi pour elle quand elle se réveille ou encore pour le vieil homme qui l'a recueilli et soigné. La question est de savoir qui est derrière tout cela...

Roman qui semble commencer comme une douce romance, On n'efface pas les souvenirs pourtant n'est rien de cela. C'est un titre qui met au cœur de son intrigue, la jalousie, les gens envieux, la douleur de ne plus se souvenir et le besoin de découvrir la vérité. Nous naviguons au fil des pages entre deux points de vue, celui d'Annabelle qui ne souvient plus de rien alors que le lecteur lui sait tout, et celui de Gaspard son mari qui ne lâche rien pour découvrir ce qui s'est réellement passé.

Au fil de la lecture, je dois avouer qu'il est plutôt aisé de savoir qui a manigancé tout cela, qui a commandité l'enlèvement d'Annabelle et on finit même par comprendre pourquoi cette personne en est arrivée là. C'est le petit bémol de ce titre, dommage de comprendre trop rapidement le gros enjeu de l'intrigue, mais heureusement que l'auteure réussit à nous entraîner dans son histoire par la succession des chapitres et l'alternance des points de vue.

L'écriture de Sophie Renouard est simple, plaisante et sans fioritures. Point de rythme alléchant ou de suspens qui nous tient en haleine, non, mais on se laisse doucement bercer par son écriture, son histoire et celle de ses personnages. Le fait de connaître l'histoire d'Annabelle alors qu'elle a tout oublié est intriguant, de jongler entre ces deux points de vue rend l'histoire moins monotone et c'est un bon point.

Dans l'ensemble On n'efface pas les souvenirs est une jolie découverte. Même si je regrette un peu d'avoir découvert le pot aux roses un peu trop tôt à mon goût, j'ai été charmée par l'écriture de Sophie Renouard et l'histoire d'Annabelle. Une découverte donc que je vous recommande de faire !

On n'efface pas les souvenirs de Sophie Renouard est disponible aux Éditions Albin Michel.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
enlèvement
famille
souvenirs
guérison
recherche.

"Embruns" de Louise Mey


Béa, Chris, Bastien et Marion forment une famille unie, une famille même presque parfaite. Ils font attention à ce qu'ils consomment, ne s'offrent que le nécessaire et adorent les matières nobles. En week-end pour le 14 juillet sur une île de Bretagne, ce petit coin de paradis va rapidement se transformer lorsqu'en retour de ballade, Béa, Chris et Bastien ne retrouvent pas Marion et découvrent alors qu'elle a disparu. La famille Moreau va devoir alors essayer de compter sur les quelques habitants de l'île tous soudés comme une véritable famille...

J'avais lu de Louise Mey le titre Les ravagées, il y a de cela quelques mois, récemment j'ai donc décidé de sortir Embruns de ma PAL et de découvrir cette nouvelle histoire.

Un week-end familial qui tourne au cauchemar, voilà finalement ce qui se passe pour la famille Moreau lorsque Marion disparaît. Cette famille, qui semble pourtant respectueuse de chacun, ne comprend pas ce qui leur arrive et pourtant la disparition de leur fille n'est que le début...

En me plongeant dans Embruns, il est sûr que je ne m'attendais absolument pas à la tournure que vont prendre les événements. Parce que derrière cette histoire qui semble être une "banale" disparition, nous découvrons alors tout autre chose et c'est presque un choc ! Pour moi en tout cas, cela en fut un...

La famille Moreau, cette famille, qui semble vraiment être parfaite, m'a rapidement mis mal à l'aise. Dès les premières je n'ai su comment définir cela, comme si j'avais une grande méfiance envers eux, du coup la disparition de Marion ne m'a pas vraiment chamboulé plus que cela... Ce qui m'a chamboulé, moi, c'est la suite de l'histoire, c'est la terrible découverte que nous faisons à quelques chapitres de la fin. Ça m'a mis mal à l'aise, mais aussi même quelque peu choquée ! C'est difficile d'en dire plus, parce que je souhaite vraiment pas en dire trop sur cela afin de vous laisser découvrir par vous-même toute l'intrigue.

Louise Mey réussit un coup de chapeau avec Embruns, parce que vraiment, qui peut prédire une telle tournure des événements ? Alors oui, l'auteure réussit son coup, elle entraîne vraiment le lecteur dans cette disparition inquiétante aux côtés des Moreau, mais encore faut-il s'attacher aussi à eux ! Pour moi, ce ne fut absolument pas le cas comme j'ai pu le souligner plus haut, du coup même si l'histoire a fini par me dérouter, je suis ressortie de ce roman avec soulagement tellement je ressentais un véritable malaise.

Du coup difficile à dire si oui ou non j'ai apprécié ce roman. La balance pencherait plutôt du côté du non d'ailleurs, parce que même si Louise Mey a réussi à me surprendre, je suis ressortie de cette lecture avec un sentiment, une sensation que je n'ai vraiment pas appréciée. Bref, à vous de découvrir ce que cache Embruns et peut-être vous, vous allez apprécier cela...

Embruns de Louise Mey est notamment disponible chez Pocket !

5 mots en bref pour décrire ce livre :
famille
week-end
disparition
île
malaise.

mardi 9 avril 2019

"Petite maman" de Halim Mahmoudi


Résumé de l'éditeur :

Lorsque Brenda vient au monde, sa mère, Stéphanie, a 15 ans, et son père s'est déjà éclipsé. Négligée, Brenda grandit pourtant vite et apprend à se débrouiller seule. Malgré les brimades et les punitions injustes dont elle est victime, elle souhaite voir sa mère heureuse et s'occupe d'elle du mieux qu'elle le peut, à tel point que les rôles s'en trouvent inversés, Brenda devenant la "petite maman" de sa mère.


Vous avez sûrement pu le constater, je lis très rarement des BD, mais je suis tombée sur celle-ci par hasard à la médiathèque (que de trouvailles qu'on peut y faire !) et en feuilletant Petite maman d'Halim Mahmoudi je n'ai pas hésité à finalement me plonger dedans.

À travers les pages de Petite maman c'est une histoire difficile que nous y découvrons, parce que non seulement Brenda va donc prendre le rôle de sa mère dans leur relation, mais surtout elle va subir pendant de longues années de son enfance.

On retourne sur l'enfance de Brenda une fois que celle-ci consulte en fait un psy, à travers ses souvenirs, elle se livre sur son passé pour on le comprend rapidement, essayer d'avancer et d'être elle-même une vraie maman libérée de ce poids. Certains passages sont durs, difficiles à lire, nous donnant même les larmes aux yeux plus d'une fois. On y découvre toute la violence subit par Brenda durant ses jeunes années, violence physique et morale et des événements qui ont fait véritablement basculer son petit univers.

Avec beaucoup de simplicité, des dessins seulement teintés de noir, de gris et de blanc, Petite maman est une BD qui bouleverse. Les textes sont simples, sans fioritures, mais les dessins sont d'une telle puissance ! C'est fort, ça fait mal et ça nous marque. Tout en simplicité et avec justesse, Halim Mahmoudi dénonce toute une violence et livre alors une BD coup de poing.

Bref, Petite maman est une BD que j'ai adorée et qui m'a profondément marqué. Je ne peux que vous conseiller de la découvrir parce que tout comme moi, vous n'oublierez pas Brenda une fois la dernière page tournée...

Petite maman d'Halim Mahmoudi est disponible aux Éditions Dargaud.

lundi 8 avril 2019

Bilan livresque #27 : mars 2019


C'est une nouvelle fois en retard que je vous propose un retour rapide sur mes lectures du mois de mars !

Résultat de mars : 20 livres lus ! Ce mois dernier, certains romans ne m'ont pas résisté plus d'une journée alors les lectures se sont parfois enchaînées d'un jour à l'autre. Parmi ces titres des nouveautés, mais aussi pas mal de livres empruntés à la médiathèque ou qui sortent tout droit de ma PAL.

Retour sur les livres lus :
  • Raisons obscures de Amélie Antoine
  • Un été dans les Hamptons de Sarah Morgan
  • Cupidon a des ailes en carton de Raphaelle Giordano **
  • 100 jours pour être heureux de Eva Woods
  • Hello Sunshine de Laura Dave ** 
  • Parfaitement imparfaite de Emily Blaine **
  • Un rêve couleur de nuit de Sophie Nicholls **
  • 600 heures dans la vie extraordinaire d'Edward Stanton de Craig Lancaster
  • Ce qui ne tue pas de Rachel Abbott
  • Le ciel de Darjeeling de Nicole Vosseler
  • Ta façon d'être au monde de Camille Anseaume
  • On n'efface pas les souvenirs de Sophie Renouard
  • Petite maman (BD) de Halim 
  • Une douce odeur de pluie de Jojo Moyes
  • Si j'avais un perroquet je l’appellerais Jean-Guy de Blandine Chabot
  • La cerise sur le gâteau de Aurélie Valognes
  • Le cri des corbeaux de Mathie Parcaroli
  • Entre mes doigts coule le sable de Sophie Tal Men
  • Speedgame de Pascale Stephens **
  • De cauchemar et de feu de Nicolas Lebel

Dans ces nombreux titres je retiens surtout un gros coup de cœur pour le dernier roman d'Aurélie Valognes, La cerise sur le gâteau. Une fois de plus, l'auteure a fait mouche avec moi et j'ai tout adoré dans ce titre.

Mais il y a aussi bon nombre de livres que j'ai vraiment beaucoup aimé comme Raisons Obscures d'Amélie Antoine duquel j'en suis ressortie toute choquée, Ta façon d'être au monde dernier titre que j'avais à lire de Camille Anseaume, Entre mes doigts coule le sable de Sophie Tal-Men pour lequel j'ai pris beaucoup de plaisir à retrouver ses personnages et deux premiers romans que j'ai adoré avec Le cri des corbeaux de Mathieu Parcaroli que j'ai dévoré en seulement quelques heures et On n'efface pas les souvenirs de Sophie Renouard.

Hélas, deux grosses déceptions marquent aussi le mois de mars. La première pour Speedgame de Pascale Stephens alors que j'avais adoré le précédent roman, et Une douce odeur de pluie de Jojo Moyes qui n'a une fois de plus pas réussi à me toucher...

Je nous souhaite pour avril plein de belles lectures, 
des heures de frissons et d'évasion.
Alors en attendant, lisez bien 
et à dans un mois =)

C'est lundi ! Je lis ça, et vous ?


Pour bien débuter cette nouvelle semaine, le lundi est l'occasion de faire le point sur ses lectures ! Alors rien de bien compliqué, le principe est simple, on parle de sa lecture passée, de sa lecture en cours et de sa lecture à venir.

Je vous dis ce que je lis, et vous faites de même, ok ? :)

J'ai terminé
Si tu m'oublies de Tonie Behar

Je suis en train de lire
Pour le bien de tous de Laurent Scalese

Je lirai ensuite
La tresse de Laetitia Colombani

jeudi 4 avril 2019

1 · 2 · 3... ce mois-ci, je les lis


Et si je vous montrais trois titres que je lirais ce mois-ci ? C'est l'idée de ce rendez-vous. Même si ma liste de lecture évoluera au fil des jours, une chose est sûre, je lirais à coup sûr ces trois romans que je vous présente déjà.

Découvrez donc les trois livres mis à l'honneur pour ce nouveau mois ! Cette fois-ci deux titres sortent de ma PAL, deux titres qui d'ailleurs y traînent déjà depuis un petit moment à savoir La tresse de Laetitia Colombani et Miss Cyclone de Laurence Peyrin, deux romans dont j'ai tellement entendu de bien. Le troisième, c'est la dernière petite nouveauté de Tonie Behar, Si tu m'oublies, une auteure que j'affectionne tout particulièrement depuis quelques années maintenant...



Si tu m'oublies de Tonie Behar

Violette mène une vie calme et rangée entre son métier d'ophtalmologue et ses jumeaux. Elle a soigneusement posé un couvercle hermétique sur son passé, les blessures, la passion. Jusqu'au jour où Joachim Calderon sonne à sa porte, après de longues années d'absence, pour lui demander de cacher cinq millions d'euros en petites coupures. D'où vient cet argent ? Dans quel jeu dangereux son grand amour d'adolescence est-il impliqué ? Contre toute raison, Violette accepte de l'aider. Et les ennuis commencent.

Quand elle comprend, quelques jours plus tard, que Joachim a de nouveau disparu sans laisser d'adresse, Violette décide de partir à sa recherche. Car si Joachim cache un secret… elle aussi 
_____

Miss Cyclone de Laurence Peyrin 

A l'ombre du Cyclone, les célèbres montagnes russes de Coney Island, là où New York se jette dans la mer, Angela et June, deux jeunes filles que tout oppose, se construisent ensemble dans une amitié indéfectible.

L'amitié féminine, dans sa force et sa singularité, est racontée ici de manière lumineuse par Laurence Peyrin, à travers quatre temps de la vie d'Angela et de June. Quatre temps décisifs qui coïncident avec quatre événements marquants de l'histoire new-yorkaise : la mort de John Lennon, l'ouragan Bob, l'affaire Lewinsky, le 11 Septembre, comme autant d'échos aux bouleversements intimes de ces héroïnes.
_____

La tresse de Laetitia Colombani

Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté.

Inde. Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école.

Sicile. Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée.

Canada. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade.

Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est destiné et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité.

mardi 2 avril 2019

"Speedgame" de Pascale Stephens


Employée dans un des plus grands magazines français, Zoé essaie de s'y faire une place plus importante, mais une mission plutôt particulière risque de lui faire perdre sa place. Cette mission, écrire un article sur Franz Krueger un pilote de moto à succès et grand séducteur qui ne se laisse habituellement pas vraiment approcher par la presse. Zoé a alors deux semaines, deux semaines aux côtés de Franz pour arriver à en dresser un portrait.

J'avais découvert Pascale Stephens l'année dernière avec son roman Speedway que j'avais adoré, pour rappel en cliquant ici vous retrouvez la chronique. En découvrant cette nouvelle parution Speedgame, je n'ai donc pas hésité une seule seconde à vouloir la découvrir.

Zoé et Franz sont cette fois-ci au coeur de l'histoire. Nous avions déjà croisé Franz dans le précédent roman et cette fois-ci nous nous intéressons alors un peu plus à lui. La mission de Zoé ne sera pas de tout repos, car comment faire en sorte que celui qui se livre si peu sur lui, accepte à elle de lui ouvrir son quotidien ? Un vrai défi pour Zoé et plus d'une surprise sera alors au rendez-vous.

Voilà donc, l'histoire est posée. Deux personnes qui n'ont rien en commun, ne se connaissent absolument pas et vont devoir cohabiter... plutôt difficile vous ne trouvez pas ? C'est le point de départ entre Franz et Zoé, un départ qui n'est pas vraiment sous les meilleurs hospices d'ailleurs. On se demande alors si les deux vont y arriver et ce que cela va donner...

Speedgame est une chouette romance de Pascale Stephens, elle a tous les atouts pour être une réussite d'ailleurs, mais cette fois-ci pour moi cela n'a pas pris. En effet, je savais déjà comment tout cela allait évoluer, quelle tournure celle-ci allait prendre, du coup rien n'a vraiment été une surprise pour moi. En plus, impossible pour moi de m'attacher aux deux personnages principaux, j'ai même trouvé Franz terriblement macho et quelque peu arrogant.

Avec ce titre, j'ai eu l'impression de rester en surface de l'histoire, de ne pas réussir à m'y plonger totalement et surtout de ne ressentir aucune émotion comme ce fut le cas avec Speedway. Le fait de se retrouver dans le monde de la moto est pour moi le gros point positif de ce livre. Parce que c'est original, je ne me souviens pas avoir lu tant que ça de romans se déroulant dans cet univers, intéressant et que le monde de la compétition qui y est présent apporte un petit grain de challenge. Mais ici, on y plonger que tardivement hélas, j'aurais apprécié que Pascale Stephens centre aussi son histoire un peu plus sur cela.

Et puis, là, je dois avouer que c'est un point qui fâche et que je me dois de souligner, mais les fautes... Au fil de ma lecture, je me suis aperçue que les fautes étaient nombreuses, alors oui habituellement, c'est quelque chose que je ne souligne pas, car cela peut arriver et si on en voit passer une plutôt discrète ce n'est pas un drame. Mais sincèrement quand on en arrive à voir dans une phrase "ça" et lieu de "sa", comment est-il possible de publier un roman véritablement truffé de fautes ? Aussi bien pour la maison d'édition que pour le lecteur ? Je me pose vraiment la question.

Bref, Speedgame n'est pas une réussite malheureusement pour moi. Alors que je me faisais une joie de retrouver l'écriture de Pascale Stephens, ce fut une déception. Pas sûre du coup de retenter l'expérience...

Speedgame de Pascale Stephens est disponible aux Éditions BMR.

Merci à NetGalley & BMR

5 mots en bref pour décrire ce livre :
moto
rencontre
cohabitation
difficultés
déception.

lundi 1 avril 2019

Je les glisserais bien dans ma poche #5


Vous aussi vous aimez beaucoup trop les livres en format poche ? Moi, j'avoue, je plaide coupable. Résister à un livre de poche est trop difficile, ils ont tout pour eux ! Ils sont petits donc ne prennent pas trop de place et ils ont des petits prix donc on culpabilise moins à en acheter deux ou trois... Du coup, je me suis dit, et si de temps en temps, je faisais une petite sélection de cinq formats poche (maximum) qui sortent bientôt ? L'occasion de mettre en avant quelques titres qui me font envie, qui vous font peut-être aussi envie, et qui finiront bien un jour dans nos bibliothèques.


Pour ce mois-ci, ma petite sélection se porte sur trois romans bien différents les uns des autres qui me font de l'oeil et dans lesquels j'aimerais bien me plonger...


Le charmant cottage d'Amelia d'Abby Clements
à paraître le 4 avril

Lorsqu’elle était étudiante, Amélia a établi une liste des rêves à accomplir. Dix ans plus tard, devenue professeur de lettres, la jeune femme vit avec son mari dans un appartement minuscule de Londres. Et étouffe à petit feu. C’est alors qu’elle redécouvre sa liste. Parmi les souhaits, elle a noté : « Vivre à la campagne. » Le Kent, ses toits de chaume, son calme et l’espace à perte de vue… Amélia se met à rêver d’un charmant cottage. À la veille de ses trente ans, elle décide qu’il n’est pas trop tard pour se lancer dans une nouvelle aventure !



La saison des feux de Celeste NG 
à paraître le 18 avril

Rues bien droites, pelouses au cordeau : rien ne dépasse. À Shaker Heights, banlieue huppée de Cleveland, tout est luxe, calme et sérénité… Dans ce tableau bourgeois, les Richardson ne détonnent pas. Père avocat. Quatre ados sans histoire. La famille modèle. Tout le contraire de leurs nouveaux locataires : Mia Warren, artiste photographe, anticonformiste et bohême à souhait, et sa fille Pearl. Elles sont aussi nomades que les Richardson sont sédentaires, aussi libres qu’ils sont prisonniers des apparences… Alors qu’au début la cohabitation semble plutôt chaleureuse, insensiblement, les rapports vont se crisper. La tension montera dangereusement… jusqu’à l’embrasement ?



EVJF de Liz Blackrock 
à paraître le 10 avrils

Amandine attend avec impatience son enterrement de vie de jeune fille, qui s’annonce sous les meilleurs auspices :

• une organisation au cordeau grâce à Justine, gérante d’une agence d’événementiel et témoin
de la mariée ;
• un décor idéal, les calanques de Cassis ;
• quatre demoiselles d’honneur triées sur le volet dont Charlotte, la meilleure amie d’Amandine, enceinte jusqu’aux yeux.

Pourtant, la future mariée va vite déchanter. L’EVJF tant attendu vire au cauchemar : entre coups bas et règlements de comptes, mensonges et jalousies, les masques tombent et Amandine vacille. Mais n’est-ce pas dans l’adversité qu’on reconnaît les siens ?

C'est lundi ! Je lis ça, et vous ?


Pour bien débuter cette nouvelle semaine, le lundi est l'occasion de faire le point sur ses lectures ! Alors rien de bien compliqué, le principe est simple, on parle de sa lecture passée, de sa lecture en cours et de sa lecture à venir.

Je vous dis ce que je lis, et vous faites de même, ok ? :)

J'ai terminé
De cauchemar et de feu de Nicolas Lebel

Je suis en train de lire
Valentine ou la belle saison de Anne-Laure Bondoux

Je lirai ensuite
Fais-moi taire si tu peux de Sophie Jomain