mercredi 18 octobre 2017

"Week-end surprise" d'Agnès Abécassis


Brune est une maman célibataire, une maman de jumeaux ados bourrés d'humour et de répartie qui n'hésitent pas parfois à la faire tourner en bourrique. Brune est amie avec Prunelle qui vient de rencontrer Simon par mail qui a l'air particulièrement odieux, mais bizarrement tout autant attirant. Brune adore Léonard son fidèle ami, mais Léonard lui aime vraiment Brune, mais ne sait pas se faire comprendre. Brune, c'est une femme dépassée avec des journées qui lui paraissent trop courtes, des crises de nerfs et de rires qui se succèdent et surtout cette folle envie d'évasion le temps d'un week-end avec ses enfants pour souffler un coup.

C'est un des rares romans d'Agnès Abécassis que je n'avais pas encore lu et que ma sœur m'avait offert il y a maintenant quelque temps. Un week-end, je l'ai sorti de ma PAL et je l'ai lu d'une traite avec bien souvent un petit rire qui m'échappait.

Brune est donc notre sacrée héroïne, cette maman célibataire a des journées bien remplies et une vie qui l'est tout autant. Entre crises de nerfs, crises de rires et pétages de plombs, ses enfants et ses amis ne sont jamais bien loin. Heureusement, Brune est bourrée d'humour et ne se laisse pas vaincre par la morosité. On passe donc une semaine à ses côtés à travers Week-end surprise et le moins que l'on puisse dire, c'est que ça déménage !

Ici, avec Brune et sa joyeuse bande, on retrouve tout ce qui fait qu'on aime Agnès Abécassis. Des personnages drôles, mais tellement attachants, des situations cocasses et des bourdes qui ponctuent les chapitres qui nous font éclater de rire, une bonne dose d'amour, d'amitié et une famille unie. Tout pour un moment de détente, une lecture bien plaisante qui nous met le sourire aux lèvres.

Quand on ouvre un roman d'Agnès Abécassis, on sait pour quoi on le fait : pour une bonne dose d'humour qui va nous faire rire et sourire ! Week-end surprise, c'est (encore) le cas ! Dès les premières pages, le ton est donné, Agnès Abécassis a une fois de plus aiguisée sa plume pour offrir un roman plein d'humour, de tranches de vie qui reflètent le quotidien de chacun et qui offre surtout des petites phrases assassines qu'on approuve entièrement.

"Epuisée par ce stress permanent, par cette course folle contre la montre, par cette astreinte que la société nous imposait, à nous, les femmes, d'employer nos deux bras comme si on en avait huit."

Week-end surprise est un roman frais, léger qui se lit rapidement et qu'on dévore même littéralement. L'écriture d'Agnès Abécassis est toujours aussi vive, amusante et surtout tendre. À travers l'histoire de son héroïne et tout cet humour, l'auteure réussit toujours derrière cela à offrir une histoire qui touche aussi le lecteur avec des scènes de vie qui nous rappellent notre quotidien et qui apportent un peu de baume au cœur...

N'hésitez pas à vous plonger dans Week-end surprise, le temps d'une lecture vous vous laisserez porter par Agnès Abécassis à la rencontre de Brune et vous partagerez avec elle un excellent moment qui vous donnera un sourire aux lèvres et vous mettra de bonne humeur pour toute la journée.

"Impressionnée malgré moi, je serrai les fesses et avançai d'un pas qui se voulait conquérant, mais qui s'avérait flageolant. C'est dans ces moments-là qu'on regrette, étant ado, de s'être acharnée sur les chorégraphies de Madonna au lieu de travailler son moonwalk."

Week-end surprise d'Agnès Abécassis est disponible aux Éditions Le Livre de Poche.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
humour
quotidien
famille
évasion
amitié.

mardi 17 octobre 2017

"Un jour, j'ai changé de parfum" de Lena Walker


Elisabeth de La Tour du Roc dirige avec brio Smart Cosmetics. À 49 ans, elle est redoutée pour son intransigeance et ne vit que pour son travail. Lorsqu'elle est brutalement virée, tout son univers s'écroule. Il s'écroule aussi pour Daphné son assistante et Amandine la stagiaire qui sont aussi remerciées. Les trois femmes se retrouvent alors du jour au lendemain sans emploi et sans savoir que faire maintenant. Sur un coup de tête, elles partent toutes les trois pour la Crête et ces trois femmes qui ne se côtoyaient que pour le travail, vont finir par voir naître entre elles une réelle amitié. Le temps d'un week-end, Elisabeth va se rendre compte que le bonheur lui a toujours échappé et qu'il est peut-être temps maintenant d'en profiter...

Il s'agit ici du premier roman chick-lit que propose Lena Walker, mais aussi du premier roman édité de cette auteure. Je connais Lena depuis maintenant quelques années grâce à ses romans Beyond et j'étais alors très curieuse de découvrir son écriture dans un tout autre style. Vous voulez savoir ? Le pari est réussi !

Il y a donc Elisabeth la manager intraitable, Daphné l'assistante qui se partage entre son job éreintant et sa vie de maman, et Amandine la jeune stagiaire qui a mis du temps à trouver sa place dans cet univers. Leur seul point commun au départ, leur travail au sein de Smart Cosmetics. Mais quand elles perdent leur job, elles apprennent enfin à vraiment se connaître et à partager plus ensuite.

Un jour, j'ai changé de parfum, c'est donc l'histoire de trois femmes, trois femmes aussi différentes l'une de l'autre qu'elles se complètent. Elles n'ont pas le même âge, le même caractère, ni les mêmes priorités et pourtant elles vont partager une amitié solide et s'entraider. Au fil des chapitres, les points de vue s'alternent et nous suivons chacune à leur tour Elisabeth, Daphné et Amandine. C'est un point que j'ai beaucoup apprécié, nous en apprenons beaucoup sur elles de cette façon, mais c'est aussi une manière de pouvoir s'identifier facilement à l'une ou l'autre.

De pages en pages, c'est une relation qui change, c'est prendre conscience que notre vie n'est pas vraiment ce à quoi on aspirait, c'est aussi se rendre compte que tout ce qu'on pensait être idéal pour nous ne l'est finalement pas. Comme tout roman feel-good, Lena Walker à travers son histoire amène le lecteur, en même temps que les personnages, à se poser quelques questions sur lui-même. Ai-je vraiment fait les bons choix ? Et si se laisser porter un peu par les hasards de la vie était la clé du bonheur ?

Lena Walker livre avec Un jour, j'ai changé de parfum un roman réussi ! J'ai eu l'impression de totalement redécouvrir l'auteure à travers ce registre. Son écriture est fraîche, légère, et toujours aussi bien maîtrisée. Le roman se lit facilement, rapidement. Sans s'en rendre compte, on le lit d'une traite avec plaisir, car finalement, on a l'impression de faire partie de cette bande d'amies. Lena Walker sort de sa zone de confort et ça lui réussit plutôt bien, croyez-moi !

Cela faisait un moment que je n'avais pas lu un roman de chick-lit et Un jour, j'ai changé de parfum m'a totalement emballé ! J'y ai retrouvé tout ce que j'aimais dans ce genre, des personnages attachants qui nous font rire et sourire, une histoire qui n'est pas toute tracée, de l'amour mais pas trop et une dose d'humour qui ponctue l'histoire du début à la fin. Pour les amateurs et amatrices du genre, nul doute que ce titre va plaire, mais aux autres aussi d'ailleurs parce qu'avec Un jour, j'ai changé de parfum Lena Walker offre aussi un roman feel-good qui fera du bien à tous...

En bref, Un jour, j'ai changé de parfum est un titre que je vous recommande vivement ! C'est vraiment un livre qui fait du bien, qui nous fait sourire, mais aussi rire ! J'ai parfois eu envie de râler après l'une de nos héroïnes, puis de la serrer contre moi... et après c'était au tour de l'autre. Preuve que l'histoire de ces trois drôles de dames m'a vraiment plu et que j'avais cette impression de tout partager avec elles...

Un jour, j'ai changé de parfum de Lena Walker est disponible dès demain chez City Editions.

Merci pour ta confiance ma chère Lena.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
chick-lit
femmes
amour
amitié
destin.

lundi 16 octobre 2017

"Tout (n')est (pas du tout) sous contrôle" de Sophie Henrionnet


Roman moitié chick-lit et moitié policier avec son héroïne Olympe McQueen, ce livre a tout pour plaire ! Autant vous le dire de suite, avec Tout (n')est (pas du tout) sous contrôle vous risquez de sourire et de rire plus d'une fois ce qui vous entraînera à coup sûr dans une bulle de bonne humeur avec un sourire perpétuel sur les lèvres.

Quand Olympe perd son travail de photographe culinaire, elle fait appel à son meilleur ami Hugo pour lui trouver une petite place dans sa boîte de détectives privés. Connaissant parfaitement son amie et sa malchance, Hugo l'intègre dans son équipe en tant que photographe mais Olympe se doit de ne s'occuper que de tâches très simples. Rapidement Olympe se lance dans une enquête des plus ardues et va enchaîner les péripéties pour notre plus grand bonheur.

J'avais découvert Sophie Henrionnet à travers ce livre et autant vous dire que ça a été une belle rencontre ! Tout (n')est (pas du tout) sous contrôle est un véritable coup de coeur, j'ai passé un excellent moment avec cette Olympe McQueen que je voudrais presque en devenir amie avec elle.

Dès la rencontre avec Olympe on se rend compte que celle-ci est une vraie casse-cou et tête en l'air. Après avoir été viré de son job, bien entendu ce n'était absolument pas de sa faute, elle se doit de retrouver rapidement un travail car elle élève seule sa fille de douze ans. Hugo l'embauche tout en se doutant quand même qu'avec Olympe les problèmes ne devraient pas tarder à arriver. Entre les planques dans sa voiture, la cohabitation avec ses nouveaux collègues et sa facheuse tendance à se mettre dans des situations délicates, Olympe nous régale !

C'est un livre amusant mêlant chick-lit et enquête qui nous fait passer un très bon moment ! Sophie Henrionnet réussit à nous faire sourire, rire tout en immiscant du suspens au fil des pages ce qui fait qu'on ne s'ennuie jamais. Olympe McQueen est clairement une héroïne délirante mais à qui l'on s'attache avec ses histoires de coeur ou d'amitié. On ne voit pas le temps passer pendant la lecture et on finit par littéralement dévorer ce livre.

L'écriture de Sophie Henrionnet est entraînante, mêle humour et suspens comme il faut pour livrer une histoire qui tient la route jusqu'aux dernières pages. C'est simple, en refermant Tout (n')est (pas du tout) sous contrôle on a qu'une hâte : vite découvrir la suite des aventures d'Olympe !

Laissez vous tenter par Tout (n')est (pas du tout) son contrôle et son héroïne Olympe Mc Queen, le roman de Sophie Henrionnet est maintenant disponible en format poche aux Editions Charleston.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
humour
enquête
gaffes
amour
sourire.


C'est lundi ! Je lis ça, et vous ?


Pour bien débuter cette nouvelle semaine, le lundi est l'occasion de faire le point sur ses lectures ! Alors rien de bien compliqué, le principe est simple, on parle de sa lecture passée, de sa lecture en cours et de sa lecture à venir.

Je vous dis ce que je lis, et vous faites de même, ok ? :)

J'ai terminé
Faits l'un pour l'autre de Terri Osburn

Je suis en train de lire
Le langage des fleurs d'Erika Boyer

Je lirai ensuite
Légende d'un dormeur éveillé de Gaëlle Nohant.

mercredi 11 octobre 2017

La chronique de Lili #4


Lili, ma sœur, est aussi une grande lectrice et plus particulièrement de thrillers et polars. Je lui ai alors proposé d'avoir une petite chronique de temps en temps pour parler de livres, de ce qu'elle veut même ayant un rapport avec ceux-ci, chose qu'elle s'est empressée d'accepter. Vous aurez donc l'occasion dorénavant de retrouver "La chronique de Lili" et c'est elle qui parlera un coup littérature, bibliothèque, auteurs, salons et j'en passe...

Avec une petite journée de retard, je le sais, découvrez ce qu'elle nous a réservé cette fois-ci !

Gaëlle Perrin Guillet

Noeux-les-Mines 2017
Copyright Marion Poidevin

Après deux romans auto-édités Le sourire du diable en 2010 et Au fil des mots en 2011, Gaëlle participe à deux recueils des Auteurs du noir face à la différence en 2012 aux Éditions JIGAL et en 2013 à l'Atelier Mosesu.

Haut-le-Choeur est son premier roman publié en 2013 aux Éditions Rouge Sang. Soul of London est sorti chez Fleur Sauvage en 2016 et est désormais disponible chez Milady en format poche depuis peu (Prix du Polar du Chat 2017).

Vous pouvez également trouver des romans plus jeunesse tel que La nuit du chat noir sorti en 2015 aux Éditions Rouge Sang ainsi que le titre Lili la souris, paru en 2016 chez Adapt to DYS pour aider les enfants atteints de troubles dyslexiques.


Avec ce livre, vous plongerez dans une quête sans relâche pour retrouver Eloane Frezet , psychopathe sans remords qui fait tout son possible pour une finir une œuvre.
Pour qu'un livre me plaise, il me faut qu'une seule chose : un personnage qui agrippe mon cœur pour ne plus en sortir. Chose faites avec Haut-Le-Choeur et le personnage Gautier Ruiz.Les sentiments éprouvés pendant cette lecture sont tout simplement intense.
Les sentiments éprouvés pendant cette lecture sont tout simplement intense. On vit cette traque au même rythme que les personnages et ça s'est du bon, du très bon même !!


Londres, 1892. Un climat de peur.
Un flic qui boite et un jeune orphelin.
Tous deux face à un meurtre ...
... Dont il ne fallait plus parler.

J'aime que mes lectures se passent en France et dans notre époque. Mais ( oui, il y a un, mais ), je me rends compte que partir dans les années 1800 à la période des fiacres, de chapeau et de jolies toilettes beh ça me plaît de plus en plus.
Soul Of London, a réussi à me transporter dans les quartiers de Londres sans difficultés et j'ai pris énormément de plaisir à m'imaginer les lieux de cette époque. Je suis tombée sous le charme d'Henry Wilkes et de cette belle complicité avec Billy. La fin m'a complètement surprise et je suis pour des fins surprenantes !!!

Actualité :

Vous pourrez retrouver Henry et Billy dans une prochaine aventure qui sera disponible en avant-première au Salon des Mines Noires, le salon du polar de Nœux-les-Mines qui aura lieu le dimanche 11 février 2018.
Vous pouvez également voter pour Soul Of London pour le Prix découverte des Mines Noires. Vous trouverez tous les livres nominés pour le prix sur la page Facebook du salon en cliquant ici !

Session de questions/réponses avec Gaëlle :


- Quelle est la chose la plus étrange/originale/étonnante que tu as vécu lors d'un salon ou avec un lecteur ?
Gaëlle : lors du salon de Saillans en 2015, un homme est venu directement vers moi et m'a annoncé qu'il était dans l'obligation d'acheter mon livre intitulé Haut-le-Choeur. Il a poursuivi en me disant qu'il ne le lirait peut-être pas, mais qu'il lui était indispensable. Devant mon air ahuri, il a fini par sortir sa carte d'identité. Son nom : Hautlecoeur. J'ai éclaté de rire.

- On te propose dés demain d'écrire un roman a quatre mains avec un auteur de ton choix. Avec qui aimerais tu tenter l'expérience ? Pourquoi ?
Gaëlle: J'aurais adoré écrire avec Lovecraft. Maintenant,s'il faut choisir des contemporains, je demanderais à Johanna Gustawsson ou Michel Moatti (je respecte la parité en citant deux noms). Parce qu'on se croise au niveau de l'époque et que j'adore ces auteurs. Humainement parlant et littérairement.

- Pourquoi avoir choisi la ville de Londres pour ton roman Soul Of London ?
Gaëlle : Parce que c'est une ville qui me fascine, aussi bien au XIX eme siècle que maintenant. Une ville peut avoir différents visages, qui a une âme qui me touche. Je ne saurais pas vraiment dire pourquoi, mais lorsque j'arrive à Londres,j'ai l'impression de rentrer à la maison. Si bien qu'écrire avec cette ville en filigrane est juste un bonheur. Et presque un besoin.

- Avant la parution d'un nouveau roman, dans quel état d'esprit es-tu ?
Gaëlle : Avant la sortie d'un de mes bébés, je suis en général hystérique. Puis totalement apeurée. Puis en larmes tellement j'ai la trouille. Mais toujours heureuse quand même !
C'est très bizarre en fait. On passe par une gamme d'émotions qui chamboulent complétement ! Mais c'est toujours un moment particulier. Qu'on chérit plus que tout.

- Pour terminer, un petit mot pour tes lecteurs impatient de retrouver Henry et Billy ?
Gaëlle : Henry et Billy reviennent très vite. Ils avaient encore beaucoup de choses à vous raconter. Mais ne m'en veuillez pas si je les ai un peu bousculés dans mon prochain opus !

- Anne-Gaëlle Huon -

C'est aujourd'hui avec grand plaisir que je vous propose de découvrir l'interview d'une nouvelle auteure, une nouvelle auteure qui nous répond depuis New-York (rien que ça oui !)... C'est Anne-Gaëlle Huon !


Souvenez-vous, il y a quelques semaines, je vous parlais d'un roman coup de cœur, un roman qui respire la vie, l'amitié à tous les âges, il s'agissait du livre d'Anne-Gaëlle Huon Le bonheur n'a pas de rides, que vous pouvez retrouver par ici. Après avoir pris un énorme plaisir à lire ce livre et surtout à découvrir Paulette, j'en ai pris tout autant à en découvrir un peu plus au fil des jours sur sa charmante auteure. Ayant plus d'une question qui me trottait en tête, Anne-Gaëlle a bien voulu y répondre et c'est avec plaisir qu'aujourd'hui, je partage tout cela avec vous... 

Bonjour et bienvenue sur LaDoryquilit Anne-Gaëlle Huon, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ? 

J'ai 33 ans, j'habite à New-York avec mon mari et mes deux petits garçons et j'écris des romans qui donnent envie d'aimer fort et de vivre longtemps. J'aime : les grand-mères au grand cœur, les brioches au chocolat, les soirées karaoké, raconter ma vie sur instagram, l'odeur des fournitures scolaires. Je n'aime pas : les graines dans la pastèque, les gens qui disent "au jour d'aujourd'hui", les ongles de pied trop longs, et les fontaines vides.

Parlez-nous de votre dernier roman "Le bonheur n'a pas de rides" paru il y a quelques semaines chez City Éditions.

C’est l’histoire d’une vieille dame prénommée Paulette. Elle a 85 ans, un caractère bien trempé, et pas toute sa tête. Enfin, ça, c’est ce qu’elle prétend. Cette dame va se retrouver malgré elle la nouvelle pensionnaire d’une auberge perdue en pleine campagne où les pensionnaires comptent plus d’années que de dents. Elle n’aura alors plus qu’une obsession : en partir ! Pour faire passer le temps, notre héroïne va enquêter sur les autres habitants qui semblent protéger de bien sombres secrets…
Les lecteurs décrivent ce roman comme un texte optimiste et lumineux, qui les fait sourire autant qu’il les émeut. Le Bonheur n’a pas de rides parle d’amour et d’amitié à l’heure où on ne s’y attend plus. Paulette est sur le point de vivre une aventure qui va changer sa vie, et peut-être enfin lui donner un sens…

Comment vous est venue l'idée d'écrire ce roman ?

L'idée de ce livre m'est venue dans l'auberge de mon père, un hôtel restaurant où je l'aidais à faire le service. Entre le plat du jour, le coup de feu de midi et les frites faites maison, j'ai fait la connaissance d'une habituée, une vieille dame qui avait sa table attitrée et qui s'assurait d'être toujours désagréable lorsque je prenais sa commande. Un jour, cette vieille dame n'est plus venue. À présent, elle continue de vivre dans ce roman…

Anne-Gaëlle à l'auberge-restaurant de son père
Photo de la page Facebook Anne-Gaëlle Huon Auteur

Paulette, votre héroïne, est une super mamie de 85 ans, un personnage principal comme on en croise rarement, pourquoi avoir fait ce choix ?

Les grand-mères font des héroïnes formidables. J’aime visiter leur rapport au monde actuel, les observer vivre, encombrées de leurs secrets et de leurs souvenirs. Je crois qu’il y a une forme de catharsis, une façon de contenir un peu une angoisse du temps qui passe en faisant vivre des aventures extraordinaires à des dames très âgées et surtout très attachantes.

J'ai vu sur votre page Facebook, que l'auberge de Monsieur Yvon était inspirée de celle tenue par votre père, avec d'ailleurs de très grandes similitudes, était-ce également une façon de rendre hommage au travail de votre père ? 

Je crois que ce livre rend plutôt hommage au goût de l'écriture qu'il m'a transmis. Il a une âme d'artiste, qu'il exprime dans ses peintures (Papa, si tu me lis, sache que tes peintures n'ont rien à voir avec les croûtes d'Hyppolyte qui décorent les murs de l'Auberge dans le roman), mais aussi dans l'écriture. Son père avant lui écrivait aussi, et mon fils fabrique chaque jour un petit livre à l'école pour raconter des histoires à ses copains... Je crois que ces choses se transmettent, et que nous sommes tous des passeurs de quelque chose qui nous dépasse...

Chaque personnage, chaque pensionnaire de l'auberge de Monsieur Yvon a sa propre histoire personnelle, son propre vécu, sont ils tous nés de votre imagination ou vous ont-ils été aussi inspirés de personnes croisées ?

Les personnages clés ont été inspirés par l'auberge de mon père. Nour par exemple, me rappelle Nora, la cuisinière de l'auberge de Bagneux, qui fait des couscous fabuleux. Pareil pour Hyppolyte, qui est inspiré de l'un des pensionnaires de l'auberge. Mon père lui confiait souvent de menues taches qui se transformaient en histoires tellement rocambolesques que je n'ai pas pu les inclure dans le roman : personne n'y aurait cru ! Monsieur Georges lui, en revanche, est né de mon imagination. Mais il me fait penser à mon mari, par son élégance et sa délicatesse.

Parlons un peu plus de vous Anne-Gaëlle, que signifie être auteur pour vous ?

Ah ! Tellement de choses... Je crois que c'est d'abord une main tendue à la petite fille qui est en moi, une sorte de promesse tenue. C'est aussi une façon pour moi de me sentir vivante : écrire, c'est accepter de se dévoiler, et par là-même de se rendre vulnérable. Je préfère mille fois vivre en prenant des risques, que de me morfondre dans une vie qui me déplaît... Je crois au merveilleux.

Comment vous est venu le virus de l'écriture ? 

Je crois que je suis née avec, transmis par mon père, et son père avant lui, un breton qui écrivait des poèmes pendant la guerre... Mon grand-père disait de moi qu'enfant je m'exprimais comme si j'avais cinq ans et que j'écrivais comme si j'en avais quinze. Je ne sais toujours pas si c'était un compliment ! Toujours est-il que je suis bien plus à l'aise pour exprimer mes sentiments à l'écrit...

Lisez-vous vous-même ou évitez-vous de lire afin de ne pas vous inspirer d'autres auteurs ?

Je lis énormément. Et je suis convaincue que les meilleurs auteurs sont avant tout de grands lecteurs. Ceci étant, je suis attentive à ne pas lire des auteurs qui traitent de sujets similaires aux miens lorsque je travaille sur un manuscrit... Les films m'inspirent aussi beaucoup - Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain est un fil rouge dans mon dernier roman.


Si oui, certains auteurs vous inspirent-ils particulièrement ? Avez-vous peut-être d'ailleurs des livres à nous recommander ? 

Plein ! Vous pouvez retrouvez mes chroniques coups de coeur sur mes comptes Instagram et Facebook. Récemment, les lectures qui m'ont le plus enthousiasmée ont été

1/ Le Gang des Rêves (Luca di Fulvio), ou la vie d'une famille italienne dans le New York des années 20. Impossible à lâcher !

2/ Dans la Forêt (Jean Hegland), l'histoire de deux filles qui se retrouvent seules un jour où l'électricité et le monde tel qu'on le connaît disparaissent... Sublime !

3/ L'enfant mouche (Philippe Pollet-Villard), l'Histoire vue par une toute petite fenêtre, celle d'une orpheline dans un village français pendant la seconde guerre mondiale. Eblouissant !

Si vous ne devez en lire que trois, lisez ceux-là !


Quels sont vos projets pour la suite ? Une autre histoire est-elle déjà en cours d'écriture ?

Oui, j'ai plusieurs manuscrits en cours, je vais de l'un à l'autre selon les humeurs. Je ne suis pas de celles qui écrivent très vite. J'ai besoin que l'histoire s'impose à moi, et que je la vive, profondément. J'aime quand les romans s'écrivent avec le coeur, je crois que les lecteurs sont sensibles à cette sincérité là.

Et pour finir Anne-Gaëlle, avez-vous un dernier mot pour vos lecteurs ?

Un grand merci à tous ceux qui m'encouragent au quotidien : lecteurs, bloggers, libraires, amoureux des mots. Pour votre santé, lisez ! Et bienvenue à l'auberge !

Retrouvez-moi sur Facebook & Instagram
@annegaelle_huon_auteur
www.annegaelle-huon.com



Un grand merci Anne-Gaëlle ! Quel plaisir de vous lire et d'en savoir plus sur votre roman et vous-même, on sent que vous êtes une passionnée d'écriture, de vos histoires et même de la vie et cela fait chaud au coeur. 

Pour tous ceux qui n'ont pas encore lu Le bonheur n'a pas de rides, et bien qu'attendez-vous ? Foncez !! Il est toujours disponible chez City Editions

jeudi 5 octobre 2017

"Après la chute" de Dennis Lehane


Rachel avait tout d'une vie idéale : un métier qui la passionnait, de l'ambition, un mari avec qui elle partageait d'ailleurs cela. Mais un jour, elle s'effondre en direct et c'est alors la chute pour cette jeune femme qui perd tout, travail, mari et vie idéale. Alors qu'elle décide de retrouver son père, une rencontre avec un certain Brian Delacroix va faire basculer toute sa vie...

Je ne connaissais pas l'auteure Dennis Lehane, et grâce à une Opération Spéciale Masse Critique j'ai donc eu l'occasion de découvrir celui-ci avec son dernier roman Après la chute qui m'a bien plu.

En lisant le résumé, difficile de savoir ce que pouvait réserver Après la chute. Un thriller diabolique ? Un thriller psychologique ? De l'hémoglobine en veux-tu en voilà ? On plonge dans ses pages, quand on ne connaît par l'auteur, sans savoir à quoi s'attendre.

Rachel Childs était une brillante journaliste, avant ce fameux direct qui lui coûte sa carrière. Dès lors, elle vit recluse chez elle, limite ses contacts avec l'extérieur et seul Brian Delacroix réussira à l'apprivoiser. La jeune femme est torturée, fragilisée psychologiquement même et son enfance difficile entre une mère manipulatrice et un père qu'elle n'a jamais connu n'a pas arrangé les choses. Avec Brian, sa vie va prendre un nouveau tournant et c'est vraiment peu de le dire...

Rachel est un personnage complexe, avec lequel on a tendance à garder une distance, tandis que Brian est bien mystérieux. On a une étrange impression dès que celui-ci commence à faire de plus en plus apparition au fil des pages, une impression qui ne fait que s'accentuer d'ailleurs jusqu'au moment où le doute s'insinue aussi chez Rachel. Dans Après la chute le doute ne fait que s'installer, le suspens au fil des chapitres et des parties s'accroît.

Roman noir, Après la chute offre un scénario qui ne laisse aucun répit au lecteur. Divisé en trois parties, le rythme est soutenu, haletant presque. Les deux premières parties portent plus sur l'aspect psychologie de l'histoire, la dernière est un véritablement tournant et offre des scènes d'action presque dignes d'un film... Un tournant avec peut-être un petit côté de "trop" ? Alors certes on ne s'ennuie pas, mais d'un coup tout vole en éclats, on sort les flingues, on se lance dans une course-poursuite, il y a du sang, des larmes et on se dit presque "wow wow wow mais c'est quoi tout ça, j'étais pas prête ??!" Et puis la fin, qui aurait pu être un sacré bouquet final, qui surprend certes, mais dont on a plutôt tendance à trouver bien terne après tout cela.

J'ai donc découvert Dennis Lehane à travers ce livre, son écriture haletante, maîtrisée et qui offre par ailleurs des personnages psychologiquement complexes. Cet aspect de thriller psychologique m'a beaucoup plu, m'a totalement embarqué même pour être juste. Et bien que j'ai apprécié ce roman, je dois tout de même avouer que les derniers chapitres et la fin m'ont vraiment beaucoup surprise et m'ont laissé un peu sur ma faim... En revanche, je n'hésiterais pas à lire d'autres livres de Dennis Lehane !

Les apparences sont trompeuses, Après la chute le démontre. Les personnages n'auront pas fini de vous surprendre, l'histoire vous mènera là où vous ne l'attendiez pas, mais un léger goût de demi-teinte assombrit tout de même cette lecture qui avait vraiment tout pour devenir un coup de coeur !

"[...] aucun d'entre nous n'est spécial. Nous sommes tous éclairés de l'intérieur par une flamme unique, et lorsqu'elle s'éteint, lorsque la lumière déserte nos yeux, c'est comme si nous n'avions jamais existé. Nous ne sommes pas propriétaires de la vie, nous ne faisons que l'emprunter."

Après la chute de Dennis Lehane est disponible aux Éditions Rivages.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
chute
suspens
mensonges
double vie
violence psychologique.