mardi 19 juin 2018

L'événement du week-end, c'est Saint-Maur en Poche


Vous n'avez pas pu passer à côté, l'événement de ce mois de juin qui est dans quelques jours maintenant, c'est bien entendu Saint-Maur en Poche qui fête ses dix ans cette année !

Saint-Maur en Poche c'est LE salon qu'il faut faire au moins une fois. Un salon qui accueille des centaines d'auteurs, cette année il y en aura pas moins de 280 oui 280, vous avez bien lu, de tous les genres, mené par une troupe de libraires passionnés.

Saint-Maur en Poche, c'est donc ce week-end des 23 et 24 juin à Saint-Maur-des-Fossés, je ne vais pas vous citer tous les auteurs présents, mais pour vous donner envie ou vous décider à y aller voici quelques noms : Amélie Antoine, Olivier Norek, Marc Levy, Baptiste Beaulieu, Laure Manel, Carène Ponte, Guillaume Musso, Gaelle Nohant, Patrick Bauwen, Virginie Grimaldi, Maxime Chattam, Franck Thilliez et j'en passe.


Personnellement, c'est la troisième fois que je m'y rends ! La troisième fois que je fais l'aller-retour depuis Calais sur la journée du dimanche afin de participer à ce super événement. Saint-Maur en Poche, c'est vraiment l'occasion de rencontrer beaucoup d'auteurs, de faire des rencontres, c'est un gros rendez-vous certes, mais malgré le monde qui s'y rend, nous avons toujours la possibilité de pouvoir échanger librement avec les auteurs. Bon, bien entendu, je ne compte pas le nombre de livres avec lesquels je repars, mais oui, ils sont très nombreux, je l'avoue...

Cette année, je vais surtout en priorité pouvoir ENFIN rencontrer Baptiste Beaulieu et Laure Manel (vous n'imaginez pas le grand sourire que j'affiche rien qu'en pensant à cela.) ! Si je devais faire une petite liste d'auteurs à rencontrer ou revoir ce jour : Julien Sandrel, Aurélie Valognes, Virginie Grimaldi, Valérie Perrin, Raphaëlle Giordano, Lorraine Fouchet et bien d'autres !

Et vous alors, vous y allez ? :)

Les infos principales à savoir sur Saint-Maur en Poche :

PLACE DES MARRONNIERS - SAINT-MAUR-DES-FOSSÉS
Samedi 23 juin, 10h – 19h
Dimanche 24 juin, 10h – 18h
ENTRÉE LIBRE ET GRATUITE 
Infos en plus : vous pouvez venir avec 2-3 de vos propres livres

VENIR À SAINT-MAUR :
Ligne A du RER, gare Parc de Saint-Maur
Bus 107 / 306 / 111 / 112
À 17 km de Paris sur l’autoroute A4, sortie Saint-Maur Parking gratuit
Navettes présentes entre la gare et la place des Marronniers

Saint-Maur en poche sur Facebook c'est ici.
Sur Twitter c'est par là.
Et pour plus d'informations, cliquez de ce côté !

Dans ma bibliothèque il y a... "Apnée noire" de Claire Favan


Ce rendez-vous est l'occasion de voir un peu ce qu'il y a... dans ma bibliothèque ! Je vais profiter de cela pour vous montrer quelques livres qu'elle contient (pas tous sinon on va y passer du temps) et des livres que je souhaite mettre en avant. Des livres que j'ai peut-être déjà chroniqué, ou pas, des livres récents ou qui ont déjà quelques années, des livres traînés ici ou là et qui peuvent renfermer quelques anecdotes. Bref, de temps en temps, on va aller faire un tour dans ma bibliothèque, alors ça vous dit ?

Un nouveau tour dans ma bibliothèque, ça vous tente ? Alors c'est parti ! Cette fois-ci, je vous emmène dans un petit coin d'une étagère réservée à quelques romans, plus précisément à quelques thrillers et surtout ceux d'une auteure en particulier. Cette auteure, vous l'avez donc vu est Claire Favan.


Apnée noire a été le premier roman de Claire Favan que j'ai lu, le premier de toute une série. Véritable thriller à nous couper le souffle, ce titre nous plonge donc dans une enquête où deux personnages forts, brisés et cachant bien des secrets doivent collaborer ensemble afin de résoudre un meurtre qui présente d'étranges coïncidences avec des meurtres précédents.

Je tenais à vous parler d'Apnée noire parce que c'est grâce à celui-ci que j'ai donc découvert Claire Favan, grâce à celui-ci que depuis je suis avec presque une certaine avidité chacune des parutions de l'auteure française. À chacune de ses nouveautés je réponds présente, et à chaque fois l'auteure réussit à me surprendre et à faire en sorte que je sois de plus en plus captivée par ses histoires. Même si Apnée noire n'est pas mon titre préféré, pour info la place revient à Serre-moi fort, je n'hésite pas en revanche à affirmer que Claire Favan est mon auteure françaises préférée de thrillers (oui rien que ça !).

Les thrillers ne sont pas ce que je lis en majorité, parce que je dois avouer que je suis plutôt difficile pour ce genre littéraire. Quand je lis un thriller, il faut que j'aie cette sensation d'être sur le qui-vive, d'avoir l'impression que tout peut se retourner contre moi d'un coup, et surtout cette impression de ne jamais savoir où l'histoire va me mener. En plus d'offrir tout cela, Claire Favan va toujours au plus profond de ses personnages marquants et qui ne peuvent nous laisser indifférents.

Apnée noire a donc été la belle surprise d'une journée de 2014, une surprise qui a été le prémice à d'autres lectures tellement intenses. Vous comprenez maintenant pourquoi j'ai tenu à vous parler de celui-ci aujourd'hui, et surtout pourquoi il a sa petite place réservée dans ma bibliothèque.

Si vous faîtes partie de ceux qui ne connaissent pas encore Claire Favan, je ne vous félicite pas au passage, il vous faut remédier à cela le plus rapidement possible ! En plus, tous ses titres sont disponibles aux Éditions Pocket. Alors, vous attendez quoi ?!

Un aperçu de ce que j'en disais après ma lecture :

"Apnée noire permet de se plonger dans une enquête des plus passionnante. Ce thriller noir est ponctué et porté par un suspens permanent. Au fil des pages, l'enquête se durcit et permet de se faire notre propre idée. Les retournements de situation permettront également de douter de l'issue de l'histoire jusqu'au bout. Un roman véritablement captivant !

Avec Apnée noire, Claire Favan réussit à nous tenir en haleine pendant 382 pages. Avec une histoire et une enquête passionnantes, nous plongeons littéralement dans l'intimité qui se crée entre deux agents que tout oppose et qui pourtant doivent collaborer pour réussir. Deux agents qui en plus ont bien des secrets à cacher et qui ont tout à prouver."

Résumé d'Apnée noire :

«Vêtue d’un pyjama en satin écru, la jeune femme repose dans une baignoire remplie, en position de fœtus inversé. Ses mains et ses chevilles sont étroitement liées derrière son dos et elle flotte encore avec un soupçon de grâce. » 
A Columbia, sur la côte est des États-Unis, c’est la scène macabre que découvre le lieutenant Sandino. Officier intègre, c’est aussi un homme brisé depuis la disparition de sa famille. Pour mener cette enquête, il doit collaborer avec Megan Halliwell, l’agent du FBI qui a permis l’année précédente l’arrestation de Vernon Chester, un tueur psychopathe qui vient d’être exécuté. Très vite pourtant, il apparaît que ce dernier meurtre présente des ressemblances troublantes avec les crimes commis par Chester. Comment est-ce possible ? Tandis que Megan n’ose imaginer le pire, une erreur judiciaire, Sandino se concentre sur certaines incohérences. De discordes en silences la relation des deux policiers évolue, alors que chaque jour le tueur semble se rapprocher d’eux, omniprésent et insaisissable…

lundi 18 juin 2018

"Les étoiles de Noss Head : Vertige" de Sophie Jomain


Il y a quelques semaines, Marine, que vous pouvez retrouver sur Instagram sous le pseudo @marine2053 et qui tient également le blog littéraire L'Antre de Marine, me proposait de faire une lecture commune avec le roman de Sophie Jomain Les Étoiles de Noss Head : Vertige. Lecture commune que j'ai acceptée avec plaisir !

Je ne connais Marine que via les réseaux sociaux pour le moment, alors que vous allez rire, elle habite dans la même ville que moi et à seulement quelques rues de chez moi (et oui !). Même si nos lectures sont assez différentes l'une de l'autre, elle dévore les mangas alors que je n'arrive jamais à en finir un généralement, il arrive que nous retrouvions certains livres dans nos PAL respectives et ce fut donc le cas pour ce premier tome des Étoiles de Noss Head.


Alors qu'elle fêtera bientôt ses dix-huit ans, Hannah se voit contrainte d'aller passer ses vacances d'été avec ses parents chez sa grand-mère à Wick un petit village d'Écosse. La jeune femme très réticente à cela, va voir finalement ses vacances prendre un autre tournant suite à sa rencontre avec Leith Sutherland, un mystérieux jeune homme qui ne la laisse pas insensible et réciproquement. Pour Hannah, toutes ses convictions vont alors voler en éclats quand elle découvrira qui est réellement Leith...

Cela faisait un très long moment que j'avais donc ce premier tome des Étoiles de Noss Head de Sophie Jomain dans ma PAL. J'en avais forcément énormément entendu parler, et moi qui ne lis que très rarement du fantastique, je m'étais alors laissé tenter à l'idée de découvrir cela... 

Ce premier tome des Étoiles de Noss Head, c'est donc la rencontre entre Hannah et Leith, ces deux jeunes gens qui se croisent dans un village perdu en Écosse et qui se sentent tout les deux irrémédiablement attirés l'un par l'autre. On sait que Leith n'est pas vraiment un humain comme les autres, on attend donc de savoir ce qu'il est vraiment et de voir comment va évoluer la relation entre les deux. 

Bon, autant dire les choses tout de suite, je n'ai pas particulièrement adhéré à ce roman, tellement celui-ci m'a fait, hélas, penser à la saga Twilight de Stephenie Meyer. Trop de ressemblances, que ce soit dans les personnages, dans ce côté fantastique ou encore dans les dangers rencontrés au fil des pages. Pourtant, l'histoire a un réel potentiel, l'univers est crée pour emmener le lecteur dans celui-ci, mais non non non j'ai l'impression que cela tombe dans la facilité. Je n'ai pas réussi à me détacher de cela au fil de ma lecture, ni donc à entrer pleinement dans l'histoire.

Leith est bien entendu intrigant, même un peu surprenant, il a un charme indéniable avec son côté si mystérieux. On veut bien entendu en savoir plus sur lui et connaître toute son histoire. Hannah quant à elle, est une jeune fille ordinaire, mais que j'ai trouvé bien naïve. Elle ne croit pas aux créatures fantastiques, est assez vindicative même à ce propos, et trois pages après quand Leith lui révèle sa vraie nature elle accepte sans sourciller cela. Mais vraiment ?

Comme dit plus haut, je lis vraiment très peu de fantastique, et après avoir lu ce roman, je me dis que ce n'est pas vraiment mon univers. Je suis ressortie vraiment plus que mitigée de ma lecture, pourtant, j'apprécie beaucoup Sophie Jomain, mais je pense lire ses autres romans plutôt que ses sagas fantastiques qui me font malheureusement trop penser à d'autres sagas que j'ai pu lire il y a quelques années (j'avais lu le premier tome de Felicity Atcock il y a quelques mois et là, j'avais eu l'impression de retrouver l'univers de True Blood !). J'ai le deuxième tome des Étoiles de Noss Head, mais je ne sais pas encore si je lirais celui-ci un jour ou pas...

Il ne vous reste plus qu'à vous faire votre propre idée sur Les Étoiles de Noss Head : Vertige de Sophie Jomain ! Seuls, vous pourrez savoir si au contraire, l'univers vous plaira ainsi que l'histoire de Leith et Hannah... 

Les Étoiles de Noss Head : Vertige de Sophie Jomain est disponible aux Éditions J'ai Lu

C'est lundi ! Je lis ça, et vous ?


Pour bien débuter cette nouvelle semaine, le lundi est l'occasion de faire le point sur ses lectures ! Alors rien de bien compliqué, le principe est simple, on parle de sa lecture passée, de sa lecture en cours et de sa lecture à venir.

Je vous dis ce que je lis, et vous faites de même, ok ? :)

J'ai terminé
Le fruit de ma colère de Medhy Brunet

Je suis en train de lire
À nos vies (presque) parfaites ! de Liz Fenton

Je lirai ensuite
Un cri sous la glace de Camilla Grebe 

mardi 12 juin 2018

"La symétrie de l'effet" de Jules Mudhiac


Jules est un Parisien de 32 ans. Il mène une vie tranquille et confortable, réussit à passer beaucoup de temps avec ses meilleurs amis Romain et Lucie et il ne lui manque plus que l'amour pour être totalement épanoui. Jules s'attelle donc à faire des rencontres, mais cela ne semble plus aussi simple qu'avant pour notre célibataire.

C'est après une sollicitation sur le site SimplementPro que j'ai découvert ce titre de Jules Mudhiac, La symétrie de l'effet. Après en avoir lu son résumé, je me suis dit pourquoi pas le découvrir et j'ai accepté la proposition.

Afin d'être honnête tout de suite, je ne sais que dire sur ce roman. Alors certes, c'est l'histoire de Jules ce jeune parisien qui se décide donc à vouloir trouver l'amour. Mais c'est simplement son histoire quotidienne, une histoire oui teintée d'amitié et d'amour, mais rapidement sans réelle intrigue. C'est plutôt une succession de scènes de vie, de petites péripéties qu'on suit de pages en pages, mais sans réelle attente.

Jules a pourtant tout du petit trentenaire célibataire de nos jours, il aborde d'ailleurs l'aspect des rencontres nouvelles générations grâce aux sites de rencontres. La façon dont l'histoire de Jules nous est contée peut presque faire penser à un journal intime. Il se livre à la première personne, nous dévoilant ce qu'il souhaite de son histoire personnelle, se lançant parfois dans des descriptions interminables avant d'interpeller le lecteur. Interpellé le lecteur d'ailleurs, ça, c'est un point que j'apprécie, on se sentirait presque investit dans l'histoire avec cela, mais il aurait peut-être fallu le faire d'une autre façon, ou peut-être de manière un peu plus récurrente. 

Mais malgré cela, l'histoire n'a pas pris avec moi. Où est l'intrigue ? Où est ce sentiment d'attente que nous avons au fur et à mesure de la lecture ? Cette attente de savoir ce qu'il va se passer, ces questions qu'on se pose pour essayer de déterminer la suite ? Je ne les ai pas eues. J'avais un sentiment de lire seulement une histoire, une histoire monotone malheureusement, sans réel effet de surprise, et la fin est plutôt... incompréhensible. Pour être vraiment honnête, on ne la comprend vraiment pas. Que signifie-t-elle ? Quelle est cette relation que Jules semble avoir ? Peut-être l'auteur a-t-il voulu laisser la porte ouverte pour que le lecteur se fasse sa propre idée, mais dans ces cas-là l'effet escompté n'est pas vraiment atteint... 

L'auteur Jules Mudhiac a néanmoins du potentiel. Il a une très bonne idée de départ, une base solide dans ses personnages, il ne manquait qu'une petite étincelle pour embraser tout cela. Et de mon avis personnel, les quelques mots que l'on peut croiser en gras dans le roman n'ont pas besoin de l'être, au vu de la tournure des phrases, le lecteur comprend naturellement l'accent qui est mis sur ceux-là. 

C'est dommage parce qu'au vu du résumé, ce roman pouvait vraiment offrir un bon moment de lecture, mais personnellement, je n'ai vraiment pas adhéré plus que cela à La Symétrie de l'effet (d'ailleurs ce titre ?). J'ai tenu à le terminer pour dire d'aller jusqu'au bout de l'histoire en espérant avec le petit déclic qui changerait tout, mais vraiment Jules ne m'aura pas convaincu loin de là. Je ne sais trop quoi retenir de ce roman... c'est plutôt rare, mais j'ai l'impression de me trouver dans une impasse pour vous en dire vraiment plus sur celui-ci. Le plus simple serait de vous faire votre propre idée maintenant et de découvrir La symétrie de l'effet de Jules Mudhiac.

La symétrie de l'effet de Jules Mudhiac est disponible en auto-édition, cliquez ici pour accéder au titre sur Amazon !
Merci à SimplementPro & Jules Mudhiac

5 mots en bref pour décrire ce livre :
amitié
rencontres
amour
mathématiques
incompréhensions.

lundi 11 juin 2018

La chronique de Lili #9


Lili, ma sœur, est aussi une grande lectrice et plus particulièrement de thrillers et polars. Je lui ai alors proposé d'avoir une petite chronique de temps en temps pour parler de livres, de ce qu'elle veut même ayant un rapport avec ceux-ci, chose qu'elle s'est empressée d'accepter. Vous aurez donc l'occasion dorénavant de retrouver "La chronique de Lili" et c'est elle qui parlera un coup littérature, bibliothèque, auteurs, salons et j'en passe...


______________

Pour ce mois de Juin, je vais vous parler d'une lecture totalement différente de mon genre littéraire. J'ai vu passer le mois dernier un post sur la page Facebook des éditions de l'Archipel, qui proposait une sélection de livres à chroniquer en postulant via un lien. Je me suis dit pourquoi pas essayer. J'ai donc tenté ma chance en me disant que je ne ferais pas partie de cette sélection étant donné que je n'avais ni blog , ni page dédiée a mes lectures et encore moins un grand nombre d'abonnés sur Instagram. 

À ma plus grande surprise, j'ai trouvé dans ma boite aux lettres le livre qui correspondait à ma demande. Une histoire vraie, bien loin de mes fictions policières. Dans ce petit article je vais donc vous parler du livre On m'a volé ma vie de Jaycee Dugard à ma façon, loin des retours de blogueurs que je ne sais pas faire.

Résumé :
Kidnappée à l'âge de onze ans , Jaycee restera prisonnière de son bourreau pendant dix huit longues années.
Dix-huit ans de vie volés, dix-huit ans sans avoir le droit de prononcer sa véritable identité à vivre un véritable calvaire.
En 2009, tout prend une autre tournure. Libérée de ce calvaire, elle retrouve l'air libre totalement perdue et avec deux petites filles. Ces filles ….

"Jusqu'en 1991, j'étais une enfant comme les autres. Je faisais des choses normales. J'avais des amis et une famille aimante, mais un jour, on m'a volé ma vie…"

J'ai beaucoup aimé lire ce témoignage. Un témoignage poignant, terrifiant qui nous plonge littéralement dans ces dix-huit années de séquestration. Tout au long de ce récit, vous découvrirez, ressentirez le calvaire qu'à vécu Jaycee Dugard. De chapitres en chapitres, Jaycee Dugard nous livre avec détails ces 18 ans de séquestration. Des scènes démentes, horribles et incompréhensibles. Nos émotions sont torturées pendant cette lecture, j'ai même du mal à réaliser que l'être humain est capable de faire ce genre de chose. Des chapitres divisés, on passe du passé au présent totalement hallucinants.

Personnellement, même si on ne peut vraiment pas se mettre à la place de la victime, mais je n'aurai pas réussi à endurer un dixième de ce qu'elle a vécu. Un témoignage à lire sans hésitation afin de réaliser que le monde contient vraiment des êtres humains atroce capable de faire subir des horreurs aux autres.

Merci aux Éditions de l'Archipel pour cette découverte.

" Lire m'apporte une évasion. Cependant, je me pose la question : à quoi est-ce que j'essaie d'échapper ? Je ne sais pas, je m'efforce. Sans doute de me fuir moi-même."

Pour retrouver les Editions Archipel :

- Lili -

C'est lundi ! Je lis ça, et vous ?


Pour bien débuter cette nouvelle semaine, le lundi est l'occasion de faire le point sur ses lectures ! Alors rien de bien compliqué, le principe est simple, on parle de sa lecture passée, de sa lecture en cours et de sa lecture à venir.

Je vous dis ce que je lis, et vous faites de même, ok ? :)

J'ai terminé
La symétrie de l'effet de Jules Mudhiac

Je suis en train de lire
Si tu crois un jour que tu m'aimes de Charlie Wat

Je lirai ensuite
La grand-mère de Jade de Frédérique Deghelt

vendredi 8 juin 2018

"De joie coulent mes larmes" de Lena Walker


Après avoir abandonné son poste de juriste à Nice et alors qu'elle se rêve à être présentatrice télé, Romy vit maintenant à Saint-Tropez chez sa grand-mère et vend des soufflés tropéziens. Entre son quotidien avec sa grand-mère, son petit ami et son travail, Romy se laisse doucement aller dans sa routine. Mais ça, c'était avant qu'elle ne rencontre Jean-Luc, le médium des stars, qui va alors lui prédire des nouvelles qui vont rapidement tout chambouler...

Le voici ! Je vous en parlais il y a quelque temps et De joie coulent mes larmes de Lena Walker est maintenant disponible. J'ai donc eu la chance de le lire avec quelques jours d'avance et vous pouvez d'ores et déjà notez ce titre pour embellir votre été.

Romy est donc notre héroïne. Cette jeune femme bientôt trentenaire n'a pas vraiment le quotidien dont elle a toujours rêvé, à savoir être une star du petit écran. Mais elle se plaît à vivre pour le moment avec Mamilou, sa grand-mère, à Saint-Tropez, à vendre des soufflés tropéziens et à se laisser porter par le bruit des vagues... Mais l'arrivée de Jean-Luc va être le prémisse à bien des chamboulements, des déconvenues, mais aussi des espoirs et Romy va finir par faire le grand saut en espérant prendre le chemin du bonheur.

Quel plaisir de prendre la route pour Saint-Tropez et de rencontrer tous ces personnages ! Ces personnages si attachants et tendres, qui partagent beaucoup de choses et qu'on rencontre au fil des pages. Parce que oui il y a Romy qu'on accompagne dans De joie coulent mes larmes, mais il y a aussi Mamilou son adorable grand-mère qui lui volerait presque la vedette, ou encore Paul, Claude et ses nouveaux amis parisiens. On s'attache à toute cette joyeuse bande, partageant avec eux quelques instants du quotidien et des liens d'amitié plus ou moins forts. Ils nous font sourire et rire, et même si parfois Romy semble avoir quelques réflexions bien naïves, nous avons envie de la voir déployer ses ailes.

"- Justement, c'est Paris, la capitale ! Et là-bas, on ne rigole pas. Tu ne dis pas bonjour à chaque personne que tu croises dans la rue ou dans le métro, ni en montant dans un ascenseur. Tu dois toujours attendre qu'une voiture te laisse traverser la route, même devant un passage piéton. Tu dois toujours attendre que toutes les personnes sortent du métro pour monter dedans."

L'histoire est bien ficelée, on se prend à rêver avec et pour Romy, à croire aux prédictions de Jean-Luc, à la pousser à quitter Saint-Tropez pour se réaliser. Surtout, on comprend au fur à mesure comme elle, que ce qu'on a toujours imaginé ou rêvé n'est pas forcément le reflet de la réalité. L'histoire de De joie coulent mes larmes n'est pas toute tracée, comme on se prêterait à penser en l'ouvrant, non le livre est ponctué d'obstacles, de déceptions et de déconvenues, mais l'histoire est aussi ponctuée de petites et grandes joies, d'amitié, de surprises et d'amour, tout comme la vie finalement.

De joie coulent mes larmes est un roman qui fait du bien. Il fait du bien par l'histoire qu'il nous réserve, par notre rencontre avec Romy, Mamilou et tout leur entourage, mais aussi par tout ce que celui-ci véhicule. L'histoire de Romy ça peut-être la mienne, la vôtre, celle d'une jeune femme qui sait qu'elle n'est pas vraiment à sa place, qui pense savoir ce qu'elle veut, mais qui va devoir provoquer sa chance pour réussir. 

"Dans la vie, il faut oser, y aller au culot, se créer des occasions, c'est comme au foot, si tu n'essaies pas de marquer, tu ne risques pas de gagner le match. La vie, c'est comme un match de foot."

J'ai lu tous les romans de Lena Walker, et à chaque fois je prends toujours autant de plaisir de la lire. Son écriture est toujours aussi juste, fraîche, pleine de bons sentiments, teintée d'humour et de tendresse, et l'auteure nous offre toujours des histoires abouties. Lena à une plume qui nous fait du bien, à travers ses histoires elle réussit à véhiculer des sentiments et des émotions et à faire en sorte que le lecteur en vienne à se poser quelques questions. Ça se lit facilement, ça sent bons les soufflés tropéziens et avec tout ça, De joie coulent mes larmes est sans nul doute un roman idéal pour les jolies journées ensoleillées à venir... 

Bref, vous l'avez déjà sans doute compris, mais De joie coulent mes larmes est un roman que j'ai beaucoup apprécié. Je l'ai dévoré sans m'en rendre compte, souriant bon nombre de fois et laissant même parfois échapper un petit éclat de rire. Surtout, derrière l'histoire de Romy, se cache un vrai message, parce que certes, l'herbe semble toujours plus verte ailleurs, mais qui sait si elle l'est vraiment au final... Oh et au passage, ne loupez pas le petit clin d'œil fait à Aurélie Valognes parmi ces pages. Maintenant, à vous de faire connaissance avec Romy et de partir quelques heures du côté de Saint-Tropez !

De joie coulent mes larmes de Lena Walker est disponible aux Éditions Michel Lafon.

Un grand merci à toi ma chère Lena.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
St Tropez
rêve
espoir
découvertes
vie.

jeudi 7 juin 2018

"Ethan qui aimait Carter" de Ryan Loveless


À 24 ans, Carter décide de quitter Los Angeles et de s'installer dans une petite ville de Californie, là où personne ne le connaît afin de faire profil bas pour cacher ses TOCS et son bégaiement dû à la maladie de Tourette dont il est atteint. Mais c'est sans compter sa rencontre avec Ethan, son voisin, qui va le pousser à sortir de sa bulle. Ethan s'est de suite montré clair pour ses sentiments envers Carter, mais ce dernier n'est pas vraiment prêt pour une nouvelle relation...

C'est en me fiant uniquement à la couverture et au titre de ce roman, que j'ai voulu découvrir Ethan qui aimait Carter de Ryan Loveless.

Il est difficile de résumer ce livre pour éviter de parler de celui-ci comme une simple romance, parce qu'Ethan qui aimait Carter, s'est beaucoup plus que cela. Alors certes, il y a cette attirance immédiate entre les deux hommes, une attirance qu'on sent forte et presque unique, mais derrière cela il y a aussi le quotidien de Carter qui vit donc avec la maladie de Tourette et celui d'Ethan qui lui vit avec des problèmes cérébraux.

Ethan qui aimait Carter, c'est une histoire forte, qui ne ressemble à aucune autre. Nos deux personnages sont terriblement attachants, nous font tantôt sourire et tantôt nous émeuvent profondément. Surtout Ethan qui, avec/à cause de ses problèmes cérébraux, garde une bienveillance enfantine, un naturel surprenant que les adultes non plus, il nous touche autant qu'il peut parfois nous inquiéter. Carter quant à lui, nous avons envie de l'accompagner, de le pousser à toujours vivre malgré ses TOCS ou autres bégaiements. Leur relation est emplie de bienveillance mutuelle, d'une simplicité désarmante et ils nous font chavirer le cœur.

Je l'avoue, je lis très rarement des romances M/M, cela doit être seulement la deuxième, et je ne sais jamais vraiment à quoi m'attendre. Ici, je me suis tellement attachée aux personnages que sont Ethan et Carter, que rien ne m'a dérangé ou gêné dans ma lecture. Les scènes de sexe ressemblaient à leur relation, à ce lien particulier qui semble les unir, et s'inséraient au fil de l'histoire naturellement. Après, comme toutes les romances, si une scène déplaît ou gêne, il suffit de tourner la page...

Ryan Loveless a une écriture douce, emplie de sincérité et de bons sentiments. Surtout, l'auteure aborde avec beaucoup de délicatesse les troubles cérébraux, ou encore les maladies mentales. Jamais elle ne sombre dans le pathos, dans la pitié, jamais elle ne dénigre qui ou quoi que ce soit à travers son histoire. Ethan qui aimait Carter, c'est donc comme dit plus haut bien plus qu'une simple romance, c'est l'histoire de deux êtres qui ont du mal à trouver leur place dans la société, mais qui se trouvent, deux hommes qui sont faits l'un pour l'autre, qui s'épaulent dans chaque épreuve avec une grande facilité et un naturel désarmant, ils sont sans filtre parfois même un peu naïfs, mais véhiculent un beau message teinté de tolérance.

Vraiment, j'ai beaucoup aimé cette histoire. Par ses personnages si particuliers, qui ne ressemblent à aucun autre et terriblement attachants, par l'histoire qu'ils partagent ensemble et par cette bienveillance qui se dégage de celle-ci. Si vous avez l'occasion de lire Ethan qui aimait Carter, n'hésitez vraiment pas un seul instant, croyez-moi, c'est un roman qui ne ressemble à aucun autre.

Ethan qui aimait Carter de Ryan Loveless est disponible chez MXM Bookmark.

Merci à NetGalley & MXM Bookmark

5 mots en bref pour décrire ce livre :
amour
sincérité
particularités
sentiments
bienveillance.

mercredi 6 juin 2018

"Piège conjugal" de Michelle Richmond


Après avoir été une vraie rockeuse, Alice est maintenant avocate, Jake quant à lui est psychologue. Lors de leur mariage, un riche client d'Alice leur fait un cadeau des plus particulier, il leur propose d'adhérer au Pacte. Le Pacte, c'est un club secret, un club dont le but est de garantir à ses membres un mariage heureux et "pour toujours", il suffit de suivre quelques règles bien définies. Et si ces règles ne sont pas suivies ? Hé bien, le Pacte se charge aussi de régler ce genre de problèmes...

Avant d'avoir ce livre dans les mains, je ne connaissais ni le titre ni l'auteur. Piège conjugal de Michelle Richmond était donc une totale découverte, et quelle découverte !

Alice et Jake s'aiment depuis déjà quelques années et s'apprêtent à se marier. C'est justement lors de leur mariage qu'ils découvrent le Pacte, quand un de leurs invités leur offre la possibilité de rejoindre ce club secret. Alice et Jake décident de signer, de le rejoindre, ils semblent apprécier les soirées et les rencontres qu'ils y font à cette occasion. Mais le Pacte, ils le découvrent alors quelque temps plus tard, a aussi son côté sombre, un aspect punitif pour ceux qui ne respectent pas les règles qui lui sont imposées. Véritable machination, le Pacte finit par effrayer également notre couple de jeunes mariés, mais tout comme le mariage, c'est pour le meilleur et pour le pire, et le pire ici fait frissonner...

Le Pacte, c'est l'élément au cœur de tout, ce qui fait chavirer nos deux personnages principaux dans une spirale infernale et c'est rondement bien ficelé. Tout comme Alice et Jake nous découvrons le Pacte en même temps qu'eux, et surtout ses règles et les punitions que les hautes instances du Pacte infligent quand celles-ci ne sont pas respectées. Ces règles qui peuvent aller du simple "Toujours répondre quand l'autre l'appelle" à d'autres plus complexes voir tordus. Rapidement, le doute s'installe dans notre esprit, on comprend plus vite que notre couple, que le Pacte cache sûrement un côté malveillant et insidieux, mais on est loin d'imaginer tout de même tout ce que celui-ci réserve.

Les personnages sont bien ficelés, et mention spéciale à Jake. Il est le narrateur de l'histoire, et entre le quotidien avec Alice et la place que prend de plus en plus le Pacte dans leur vie, des chapitres sur son travail de psychothérapeute viennent s'insérer et permettent même grâce aux recherches qu'il fait pour son travail, de connaître certaines statistiques du mariage et d'avoir un point de vue sur ce qu'il pense réellement et intimement. En plus de notre couple, les autres membres sont aussi bien intrigants surtout, Jo Anne...

Michelle Richmond, fait en sorte que la tension soit constante, que celle-ci gagne en intensité même au fil des pages, et ne laisse aucun répit au lecteur. Ca fait froid dans le dos, certains passages nous glacent même, et ce côté "Big Brother" nous rendrait presque parano. Cette idée de Pacte est originale, mais aboutie de A à Z. Rien n'est oublié, bien au contraire, et grâce à cela l'intrigue de Piège conjugal est menée d'une main de maître.

"N'écris rien si tu peux le dire, ne dis rien si tu peux le chuchoter, ne chuchote rien si tu peux te contenter d'un hochement de tête."

L'écriture d'ailleurs de Michelle Richmond est haletante, prenante et terriblement addictive. En se lançant dans Piège conjugal, on est loin de s'imaginer jusqu'où toute cette histoire va nous mener, et c'est ce que j'aime dans ce genre de thriller psychologique ! Impossible de lâcher ce livre, on le repose à regret, on souhaite tellement savoir jusqu'où le Pacte est prêt à aller et ce que vont encore subir Alice et Jake.

Piège conjugal de Michelle Richmond est un coup de cœur ! Ce livre m'a happé dès les premières pages dans son intrigue, ses personnages sont tellement bien ficelés, l'intrigue tellement haletante et surtout cette idée de Pacte pour le mariage si originale, que tout m'a plu dans ce livre. C'est presque d'une traite que je l'ai dévoré. En vrai thriller psychologique, il m'a tenu en haleine jusqu'à la toute fin, fin dont on se pose mille et une question à mesure que celle-ci approche et si j'avais un reproche à faire, c'est que celle-ci n'était pas vraiment à la hauteur de tout le reste. Bref, je ne peux que vous recommander de découvrir Piège conjugal qui je l'espère, vous plaira tout autant que moi.

"Personne n'est ici contre son gré, Jake. Tous nos résidents sont conscients de leurs crimes et heureux de pouvoir procéder à un réalignement psychique dans un environnement où ils se sentent accompagnés."

Piège conjugal de Michelle Richmond est disponible aux Presses de la Cité.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
couple
mariage
pacte
surveillance
suspens.

"La meilleure façon de marcher est celle du flamant rose" de Diane Ducret


Enaid s'est fait larguer alors qu'elle était en promotion à Gdansk pour son dernier roman, pour elle qui pense depuis toujours que les fées qui se sont penchées sur son berceau à la naissance lui ont sûrement toujours porté malchance. Parce qu'il y a cela, mais il y aussi et surtout le fait que ses parents adoptifs sont en fait ses grands-parents, que l'école buissonnière à marquer toute son adolescence ou encore qu'un accident a fait chavirer sa vie. Vous connaissez la loi de Murphy ? Hé bien, ici, vous allez connaître la loi d'Enaid.

De Diane Ducret j'avais lu il y a quelque temps son roman L'homme idéal existe, il est québécois que j'avais beaucoup aimé et dont je vous parlais par ici. J'avais vu plusieurs fois passer ce nouveau titre La meilleure façon de marcher est celle du flamant rose sur les réseaux sociaux, et j'ai donc enfin pu découvrir ce que cachait ce titre.

C'est donc l'histoire d'Enaid, l'histoire quasi-complète de la vie d'Enaid même que nous découvrons dans La meilleure façon de marcher est celle du flamant rose. Cette jeune femme qui n'a pas toujours eu la vie toute rose, qui a eu des parents adoptifs qui se sont en fait révélés être ses grands-parents, qui a longtemps fait l'école buissonnière afin de tout expérimenter. Mais c'est aussi l'histoire d'une jeune femme qui s'est toujours sentie incomplète, qui a toujours ressenti un manque dans sa vie sans réussir vraiment à le définir et qui a longtemps chercher sa place et son équilibre.

C'est toute l'histoire de cette jeune femme, avec les hauts, les bas qui rythment toute une vie. Avec surtout une force à toute épreuve, une volonté de vivre sa vie, malgré les échecs ou les obstacles. Alors certes, Enaid n'a pas eu une vie très facile, comme beaucoup sûrement, mais malgré cela, je n'ai pas réussi à adhérer plus que cela à l'histoire d'Enaid, je n'ai notamment pas réussi à m'attacher à elle. J'ai eu l'impression de toujours garder comme un recul face à son histoire, de toujours trouver un petit élément qui me laissait de marbre. Alors certes, l'histoire d'Enaid n'est pas la plus simple, pas forcément la plus gaie, mais c'est comme une quête de soi, comme cette quête de passer outre cette sensation d'avoir un manque dans sa vie, manque que l'on arrive à identifier assez rapidement d'ailleurs, et de toujours réussir à se relever malgré cette sensation d'être en équilibre instable.

Diane Ducret offre néanmoins un récit complet qui fait écho à sa propre histoire. Un récit qui, je l'ai lu à de nombreuses reprises, embarque bien souvent le lecteur dans son histoire, dans la vie de l'héroïne, dans toutes ces péripéties et ces obstacles rencontrés. Même si personnellement je suis restée en marge de celui-ci, je ne peux que vous recommander de découvrir vous même La meilleure façon de marcher est celle du flamant rose afin de vous faire votre propre avis.

La meilleure façon de marcher est celle du flamant rose de Diane Ducret est disponible chez Flammarion.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
vie
récit
quête de soi
adolescence
famille.

mardi 5 juin 2018

Bilan livresque #17 : mai 2018


Il est déjà temps de faire un retour sur les lectures du mois de mai à travers le fameux bilan mensuel ! Ahh mai et la semaine de vacances que j'ai pu avoir, mai et tous ses jours fériés... vous aussi vous aimez le mois de mai dîtes moi ? Mais hélas, celui-ci est déjà terminé et rien que pour ça, juin risque de paraître interminable.

Alors le mois passé a été ponctué de pas mal de lecture. J'ai, en revanche, lamentablement échoué au #ChallengeNetGalleyFrance je dois l'avouer. Je n'ai finalement lu que très peu de livres numériques ce mois-ci, alors forcément ça coinçait avec l'objectif. Mais je ferais mieux une prochaine fois ^^

Résultat du mois de mai : 16 livres lus ! Ça devient un peu ma moyenne en ce moment de lire ce nombre de livres et ça me convient plutôt bien. Six livres sont sortis de ma PAL, dont quatre qui y étaient depuis bien trop longtemps et que j'avais emmené du coup en vacances. Pas mal de nouveautés donc parmi ces lectures, mais un seul thriller parmi tout cela (ce mois-ci, il est prévu que j'en lise plus, ouff !).

Retour sur les livres lus :

  • La vérité sur l'Affaire Harry Québert de Joël Dicker
  • La servante écarlate de Margaret Atwood **
  • L'amour et tout ce qui va avec de Kristian Higgins
  • Minute papillon d'Aurélie Valognes
  • Histoire d'@ de Laure Manel
  • Olivia de Marion Olharan **
  • Au sorbier des oiseleurs de Jo Ann Von Haff
  • Le Club des Feignasses de Gavins Clemente Ruiz
  • Le jardin des bonheurs égarés de Tor Udall
  • Les étoiles de Noss Head 1 de Sophie Jomain
  • Click & Love de Cyril Massarotto
  • Ethan qui aimait Carter de Ryan Loveless
  • La meilleure façon de marcher est celle du flamant rose de Diane Ducret
  • J'irai danser si je veux de Marie-Renée Lavoie
  • Pas facile d'être une fille facile d'Anna Prémoli
  • Vices de Gipsy Paladini **
Cliquez sur ** pour accéder aux chroniques

Alors je dois avouer que mai a été un très très bon mois de lectures ! J'ai apprécié quasiment tous ces livres, les seuls qui furent une petite déception ont été La meilleure façon de marcher est celle du flamant rose de Diane Ducret et La servante écarlate de Margaret Atwood.

J'ai eu surtout de très gros coups de cœur ! Pour Vices de Gipsy Paladini dont il me tarde maintenant de découvrir la suite, pour Click & Love de Cyril Massarotto que j'ai trouvé assez original dans son histoire d'amour qui plus est, et pour Le Club des Feignasses de Gavins Clemente Ruiz qui est tout simplement un magnifique roman.

Cela a été aussi l'occasion de découvrir les premiers titres du nouveau label LJ, dont je vous parlais par ici, avec J'irai danser si je veux de Marie-Renée Lavoie et Pas facile d'être une fille facile d'Anna Prémoli et puis cela a aussi sonné la fin de la saga Attitude de Marion Olharan que j'ai beaucoup apprécié avec le dernier tome Olivia.


Voilà pour ce fameux mois de mai ! 
Un mois donc ponctué de lectures très appréciables, 
pourvu que juin soit dans la même veine, mais avec mes premiers livres lus, 
je pense que c'est bien parti pour ;)

lundi 4 juin 2018

C'est lundi ! Je lis ca, et vous ?


Pour bien débuter cette nouvelle semaine, le lundi est l'occasion de faire le point sur ses lectures ! Alors rien de bien compliqué, le principe est simple, on parle de sa lecture passée, de sa lecture en cours et de sa lecture à venir.

Je vous dis ce que je lis, et vous faites de même, ok ? :)

J'ai terminé
Un Havre de paix de Stanislas Petrosky

Je suis en train de lire
De joie coulent mes larmes de Lena Walker

Je lirai ensuite
Piège conjugal de Michelle Richmond 

samedi 2 juin 2018

Actu Flash de la semaine #12


Toutes les unes ou deux semaines, le samedi à travers "L'actu Flash de la semaine" je reviendrais sur une actu croisée durant ces derniers jours. Une actu liée aux livres, mais qui peut aussi bien être une information, un post croisé sur les réseaux sociaux ou une photo. Le tout présenté en seulement quelques lignes. 

C'est LA bonne nouvelle de la semaine à partager et repartager sans hésiter. C'est quoi ? C'est ça :


Et ouiii Virginie Grimaldi, une auteure que nous sommes beaucoup à apprécier voir adorer, va voir deux de ses romans adaptés au cinéma ! Tu comprendras quand tu seras plus grande et le dernier Il est grand temps de rallumer les étoiles vont donc maintenant prendre vie sur le grand écran.

Ses romans donnent le sourire, transmettent des émotions, nous font même vibrer et sont de véritables petites bulles de bonheur et de douceur à chaque lecture. Imaginer leurs futures adaptations fait forcément plaisir, imaginer un seul instant tous ces personnages prendre vie et partager encore un peu de temps avec eux... Il faudra savoir être patients, mais nul doute que comme chaque roman de Virginie Grimaldi, ces films seront aussi très attendus.

Pour rappel, ci-dessous les résumés des deux romans en question.

Tu comprendras quand tu seras plus grande :
Quand Julia débarque comme psychologue à la maison de retraite Les Tamaris, à Biarritz, elle ne croit pas plus au bonheur qu’à la petite souris. Pire, une fois sur place, elle se souvient qu’elle ne déborde pas d’affection pour les personnes âgées. Et dire qu’elle a tout plaqué pour se sauver, dans tous les sens du terme.
Au fil des jours, Julia découvre que les pensionnaires ont bien des choses à lui apprendre. Difficile pourtant d’imaginer qu’on puisse reprendre goût à la vie entre des papys farceurs, des mamies fantaisistes et des collègues au cœur brisé… Et si elle n’avait pas atterri là par hasard ? Et si l’amour se cachait là où on ne l’attend pas ?
C’est l’histoire de chemins qui se croisent : les chemins de ceux qui ont une vie à raconter et de ceux qui ont une vie à construire.
C’est une histoire d’amour(s), une histoire de résilience, une ode au bonheur.

Il est grand temps de rallumer les étoiles :
Anna, 37 ans, croule sous le travail et les relances des huissiers.
Ses filles, elle ne fait que les croiser au petit déjeuner. Sa vie défile, et elle l’observe depuis la bulle dans laquelle elle s’est enfermée.
À 17 ans, Chloé a des rêves plein la tête mais a choisi d’y renoncer pour aider sa mère. Elle cherche de l’affection auprès des garçons, mais cela ne dure jamais. Comme le carrosse de Cendrillon, ils se transforment après l’amour.
Lily, du haut de ses 12 ans, n’aime pas trop les gens. Elle préfère son rat, à qui elle a donné le nom de son père, parce qu’il a quitté le navire.
Le jour où elle apprend que ses filles vont mal, Anna prend une décision folle : elle les embarque pour un périple en camping-car, direction la Scandinavie. Si on ne peut revenir en arrière, on peut choisir un autre chemin.

Anna, Chloé, Lily. Trois femmes, trois générations, trois voix qui se répondent. Une merveille d’humour, d’amour et d’humanité.

vendredi 1 juin 2018

"Vices" de Gipsy Paladini


C'est sur une idée de ma sœur, que vous connaissez déjà un peu à travers "La chronique de Lili" que ce nouveau rendez-vous a vu le jour. Grande lectrice de polars/thrillers, elle n'a de cesse de me conseiller de multiples titres, que je ne prends pas toujours la peine de lire. Alors dorénavant, une fois par mois, celle-ci sélectionnera un de ses romans à me faire découvrir et dont je vous parlerais à travers donc le "Lili's Books".


Marie a toujours rêvé d'être justicière, mais aujourd'hui elle fait face à la réalité. Elle a quitté sa campagne pour entrer dans la police et exerce aujourd'hui au sein de la Brigade des Jeunes Victimes en tant que lieutenant. Disparitions, viols, suicides ou encore harcèlement font partie de son quotidien dorénavant. Marie doit aussi se créer sa place au sein d'une équipe qui semble bien soudé, mais entre Sophie qui semble se consumer de fureur et Zolan qui semble en proie à de vieux démons, rien n'est facile finalement pour la jeune bleue de l'équipe.

C'est donc Lili qui a choisi de me faire découvrir ce roman dans le cadre du rendez-vous "Lili's books". Elle m'avait parlé à de nombreuses reprises déjà de Gipsy Paladini, ayant lu tous les romans de l'auteure, et grâce à elle, je l'ai donc enfin découverte avec le dernier en date Vices.

Vices, c'est deux enquêtes dans un bouquin, deux épisodes d'une série qui en comptera huit au total. Sur ces fameuses enquêtes, je ne dirais rien, elles sont tellement fortes, tellement intrigantes, qu'il vous faut vous plonger dans ce roman sans rien savoir là-dessus afin de les apprécier totalement. Mais une chose est sure, vous plongez directement dans l'atmosphère de la Brigade des Jeunes Victimes et de ses enquêtes qui peuvent parfois vraiment faire froid dans le dos.

Marie est donc une jeune lieutenant qui exerce dans cette Brigade depuis quelques mois seulement. Elle creuse sa place dans l'équipe avec plus ou moins de difficultés, elle tente de faire ses preuves au fil des enquêtes, mais Marie, c'est aussi une jeune femme qui cache un lourd secret. Dès les premières pages, on sent que Marie sera un de ces personnages qui marque l'esprit du lecteur, un personnage à qui on va s'attacher (trop ?) et dont on veut tout savoir. Au jour le jour, on la suit dans son quotidien avec les enquêtes, son équipe, mais aussi ses pensées et ses démons.

Mais Marie n'est pas le seul personnage marquant, il y a aussi Zolan. Ah Zolan... il prend rapidement autant que place qu'elle dans l'histoire. Ils forment un sacré duo tous les deux, on sent qu'entre eux, il y a quelque chose de fort qui se passe et se noue, mais aussi qu'ils ne se dévoilent pas complètement l'un à l'autre. Les personnages sont un point fort de Vices, en plus de Marie et Zolan, il y a aussi Sophie, Amir, Marcus et j'en passe. Une sacrée équipe qui n'a pas finit de nous livrer des enquêtes de choc et qui surtout n'a pas fini de nous surprendre.

Les deux enquêtes qu'on découvre dans Vices sont différentes l'une de l'autre, mais tout aussi marquantes et prenantes. On se retrouve littéralement happé dans celles-ci, on les suit et les mène presque à bout de souffle avec nos personnages. C'est prenant, c'est fort, c'est intrigant, on avance au jour le jour avec les indices et les suspects et tout ne fait que gagner en intensité. Surtout, Vices aborde la face sombre des gens, ce côté noir qui nous fait frémir lorsque nous le découvrons comme le harcèlement ou encore l'emprise que certains peuvent avoir sur d'autres.

"On observe le monde avec les yeux, mais seuls ceux qui savent le faire avec le coeur sont en mesure de comprendre ce qui s'y passe vraiment."

L'écriture de Gipsy Paladini est brute, franche, sans détour et haletante. L'auteure ne s'ennuie pas de détails inutiles, elle va directement là où elle veut nous mener sans détour. Ça fait parfois frissonner, froid dans le dos, mais c'est totalement addictif. Les faits nous sont relatés avec beaucoup de justesse et de maîtrise, les deux intrigues sont parfaitement bien maîtrisées, on ne se doute pas de leur résolution, le doute dans notre esprit reste constant. Surtout, Gipsy Paladini réussit à nous offrir des personnages de haute volée. Ils sont forts mais fragiles à la fois, ils font preuve de courage au quotidien dans leur métier, mais plein de secrets qui les font brusquement basculer sur terre une fois la porte de la Brigade refermée, et surtout les relations entre tous sont loin d'être au beau fixe, et on se demande tout simplement pourquoi. Marie et Zolan sont deux personnages vraiment incroyables, n'ayons pas peur des mots. C'est simple, je veux connaître toute leur histoire, je veux savoir ce qu'ils cachent réellement, car même si au fur et à mesure, on en apprend de plus en plus sur eux, leur part d'ombre reste importante. 

Vices de Gipsy Paladini est un vrai coup de cœur ! Cela faisait longtemps que je n'avais pas été autant captivée par un thriller aussi sombre et surtout pas des personnages qui semblent tellement torturés. C'était glaçant, fort, mais tellement prenant que la fin m'a semblé des plus cruelles et que l'attente semblera longue avant de pouvoir retrouver Marie et Zolan.

Bravo Lili pour ce choix parce que tu as visé juste ! J'ai adoré ce roman, je l'ai dévoré n'arrivant à m'en détacher qu'avec regret et en le terminant, je n'ai pu m'empêcher de pousser un "ahhhh, mais c'est quand la suite ?!". 

"Tu as remarqué que les superhéros sont souvent des gens simples qui ont été persécutés durant leur enfance et le sont même encore adultes ? [...] C'est dans leurs souffrances qu'ils puisent leur force et leur motivation."

Vices de Gipsy Paladini est disponible aux Éditions Fleuve.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
enquêtes
épisodes
flics
relations
passé.

mercredi 30 mai 2018

"Au petit bonheur la chance" d'Aurélie Valognes


À six ans, en 1968, Jean est confié à sa grand-mère du jour au lendemain pour l'été. Mais l'été passe, tout comme les mois, et Jean reste alors avec sa Mémé Lucette. Mémé Lucette ne semble pas très commode, mais cache en fait un vrai cour tendre plein d'amour. Entre Jean qui découvre la vie, qui est un véritable moulin à paroles et qui s'étonne de tout, et Mémé Lucette qui s'accommode du petit garçon et qui voit son existence paisible volée en éclats, ils vont apprendre à se connaître, à s'apprivoiser, le temps que la mère de Jean vienne le récupérer...

Impossible maintenant de ne pas connaître le nom d'Aurélie Valognes, et impossible également de passer à côté de ses romans. À chaque parution, les nouveaux titres de l'auteure sont très attendus par tous ses lecteurs, dont moi, je l'avoue. J'ai donc fini par découvrir le dernier intitulé Au petit bonheur la chance dont je vous parle aujourd'hui.

C'est donc l'histoire de Jean, l'histoire de cet enfant qui voit son quotidien et sa vie basculer quand sa mère le confie à sa grand-mère du jour au lendemain. L'histoire de Jean qui va l'attendre patiemment, qui va découvrir un autre quotidien avec sa Mémé Lucette et qui va recevoir un autre amour tout aussi fort qu'un amour maternel. C'est l'histoire d'un jeune garçon, qui va grandir avec sa grand-mère et qui va découvrir la vie, l'amour et ce qu'est vraiment le sentiment d'appartenir à une famille.

"Une vraie famille, c'est aussi quand on se sent à l'aise même sans rien se dire, sans rien faire de particulier. Ensemble, tout simplement."

Des personnages simples, tendres, à l'histoire parfois un peu plus compliquée que ce que l'on imaginait. Des sentiments et émotions qui reflètent la vie, auxquels on peut s'identifier facilement. Voilà une recette qui marche, voilà les ingrédients qu'on aime retrouver dans les livres d'Aurélie Valognes.

Ici, c'est l'histoire d'un bouleversement pour un petit garçon, Jean, mais aussi pour aussi sa grand-mère Mémé Lucette. Deux personnes qui s'apprivoisent, qui ne se le montrent pas vraiment, mais qui s'aiment profondément. Ils forment une famille à eux deux, s'apportent mutuellement beaucoup et partagent les petits et grands bonheurs de toute une vie. Et puis il y a aussi Lucien le facteur ou encore Anita, tous des personnages qui gravitent autour de ce tendre duo et qui s'apportent une entraide et des relations qui se nouent au fil des pages. Au petit bonheur la chance est aussi un roman moins léger qu'on ne le pense. Derrière cette histoire, se cache aussi d'autres thèmes, notamment celui que nous avons en tant que femme de pouvoir faire des choix librement, une chance que nous n'avions pas il y a quelques décennies de cela.

"Nous faisons tous des erreurs, parce que nous sommes humains. Certaines ont des conséquences plus graves que d'autres, certaines ont des répercussions sur autrui."

Et ce que j'aime dans les romans d'Aurélie Valognes, c'est cette douceur dans son écriture qu'on retrouve toujours. Cette douceur qui enveloppe son histoire, ses personnages, mais également les sentiments et émotions qu'elle véhicule à travers les pages. Au petit bonheur la chance, c'est de nouveau tout cela. Des personnages auxquels on s'attache de suite, dont on a l'impression de tenir la main durant une partie de leur vie, des émotions qui se succèdent et nous touchent du début à la fin, et ce sont surtout plein de bons sentiments qui nous font sourire et nous font du bien.

Vous l'avez compris, Au petit bonheur la chance a été un coup de cœur. Aurélie Valognes a de nouveau fait battre la chamade à mon cœur de lectrice, m'a de nouveau transporté dans une histoire douce et touchante durant quelques heures et m'a touché plus d'une fois avec l'histoire de Jean. Ce roman s'est de nouveau une histoire de vie, d'amour, de famille, une histoire qui peut ressembler à la vôtre, à la nôtre et c'est en cela que les romans d'Aurélie Valognes sont si précieux. Lisez-le, sincèrement.

"- On ne choisit pas les surprises de la vie, mon petit. On fait avec, et souvent, c'est pour le meilleur.- C'est ça la foi, Mémé ?- Non, ça, c'est la vie."

Au petit bonheur la chance d'Aurélie Valognes et disponible aux Éditions Mazarine.

Merci à NetGalley & Mazarine.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
famille
émotions
sentiments
douceur
vie.


lundi 28 mai 2018

Rendez-vous à "Envie de Livres" ce week-end


Rien de prévu encore pour le week-end à venir ? Alors j'ai ce qu'il vous faut ! Dimanche se tiendra la 4ème édition du salon Envie de Livres à Sailly-Labourse.

C'est quoi Envie de Livres ? C'est un salon simple, accueillant et convivial durant lequel vous pourrez rencontrer bon nombre d'auteurs, de participer à des tables rondes et de faire de nombreuses découvertes dans un cadre enchanteur.

Envie de Livres, c’est un salon pas tout à fait comme les autres, éthique et citoyen, en lien avec des actions humanitaires menées en France et au Sénégal. Il se caractérise aussi par sa volonté d’intégrer les enfants accueillis au sein de l’établissement, mais également de jeunes mineurs isolés de la Jungle de Calais. Notre objectif est de les ouvrir à la littérature en leur proposant de participer à un atelier d’écriture, puis d’être impliqués au cœur de l’organisation.
Une trentaine d'auteurs seront présents dimanche à cet événement, voici quelques noms pour vous donner envie : Marianne Levy, Emily Blaine, Maxime Gillio, Sophie Jomain, Nicolas Jaillet, Stéphanie Pélerin ou encore Clarisse Sabard.

Infos pratiques :
Envie de Livres c'est dimanche 3 juin
Rendez-vous Avenue du château 62113 Sailly Labourse
De 10h à 18h
Restauration possible sur place et repas offert aux enfants.

Pour tout savoir, consultez le site internet en cliquant ici !

"Olivia : Attitude 3ème" de Marion Olharan


Après sa blessure, Olivia a du mal à s'en remettre. Elle, qui était si irascible avec les autres, s'isole de plus en plus et retarde sa rééducation. Lorsque la directrice du ballet de New-York lui pose un ultimatum, elle finit par partir à contrecœur pour Paris afin d'être suivie par une spécialiste. A Paris elle y retrouve avec surprise Guillaume, ce jeune professeur qu'elle a déjà croisé à New-York, et Olivia finit par jeter son dévolu sur le jeune homme qui ne semble pas vraiment prêt à se dévoiler à elle...

Marion Olharan, oui ce nom ne vous est plus inconnu dorénavant ! Il faut dire que je vous ai déjà parlé des premiers tomes de sa saga Attitude. Souvenez-vous il y a d'abord eu Diane, cliquez ici pour redécouvrir la chronique, ensuite Joaquin que vous pouvez retrouver en cliquant là, et maintenant le dernier tome dont je vous parle aujourd'hui Olivia.

Au tour maintenant d'Olivia d'être au cœur d'un tome de cette saga. Olivia nous l'avons déjà rencontré bon nombre de fois dans les couloirs du ballet de New-York et avouons-le, elle ne nous semblait pas forcément toujours sympathique. Ici, nous la découvrons sous un nouveau jour le temps de sa lourde rééducation et par la même occasion nous en découvrons plus sur Guillaume. Ahh Guillaume... le fameux meilleur ami de Diane, qui lui nous intriguait depuis déjà quelque temps.

La danse est toujours au rendez-vous, mais pas comme dans les précédents tomes. Ici, nous abordons avec la rééducation d'Olivia un autre aspect de ce sport, parce que oui, la danse classique ne l'oublions pas est aussi un sport avec tout ce que celle-ci demande et exige. Surtout, avec Guillaume, le thème de la littérature et surtout de Balzac est très présent dans ce livre, il nous donnerait presque envie de nous plonger pendant des heures avec lui dans toute l'œuvre de Balzac...

Ce qu'il faut souligner dans Olivia, c'est que Marion Olharan réussie à nous offrir un autre aspect de ses personnages. Olivia n'est vraiment pas celle qu'on pouvait imaginer et tant mieux ! L'auteure réussie toujours à renouveler son histoire, à faire en sorte qu'on ne se lasse pas de tout cet univers qu'elle a créé et surtout à réussir à faire qu'on en veut encore et toujours plus.

Au fil des pages, l'amour, la séduction surtout nous fait sourire et on se délecte de l'histoire et de la tournure que celle-ci prend. Surtout, on apprécie autant Olivia que Guillaume, et on trépigne quand celui-ci lui résiste encore et toujours. Impossible de s'ennuyer, on dévore ce roman avec autant de plaisir que les précédents.

"Voir Guillaume sans ses lunettes a quelque chose d'intime et de troublant. C'est l'effet Clark Kent. J'ai l'impression de découvrir son identité secrète et avec ou sans lunettes, je prends."

Et puis l'écriture de Marion Olharan nous transporte toujours autant, ici à Paris et non plus à New-York. On se projette une fois de plus totalement dans tous les lieux que nos personnages côtoient et on rencontre d'autres personnages qu'on aimerait découvrir un peu plus à leur tour. Surtout, l'auteure allie toujours avec justesse passion, amour et humour au fil des pages.

Ainsi s'achève donc la saga Attitude de Marion Olharan. Une saga, comme vous avez pu le remarquer, que j'ai vraiment beaucoup aimé du début à la fin. Le fait de suivre tous ses personnages dans leur évolution, d'être plongé dans ce monde assez particulier de la danse classique, j'avais réellement l'impression de retrouver des amis à chaque fois et quel plaisir ! Vous ne devez pas hésiter une seule seconde à découvrir Diane, Joaquin, Olivia et tous les autres... en attendant de peut-être lire un jour une saison 2 !

Olivia de Marion Olharan est disponible chez Montlake Romance.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
rééducation
voyage
lâcher prise
amour
Paris.