mercredi 30 mai 2018

"Au petit bonheur la chance" d'Aurélie Valognes


À six ans, en 1968, Jean est confié à sa grand-mère du jour au lendemain pour l'été. Mais l'été passe, tout comme les mois, et Jean reste alors avec sa Mémé Lucette. Mémé Lucette ne semble pas très commode, mais cache en fait un vrai cour tendre plein d'amour. Entre Jean qui découvre la vie, qui est un véritable moulin à paroles et qui s'étonne de tout, et Mémé Lucette qui s'accommode du petit garçon et qui voit son existence paisible volée en éclats, ils vont apprendre à se connaître, à s'apprivoiser, le temps que la mère de Jean vienne le récupérer...

Impossible maintenant de ne pas connaître le nom d'Aurélie Valognes, et impossible également de passer à côté de ses romans. À chaque parution, les nouveaux titres de l'auteure sont très attendus par tous ses lecteurs, dont moi, je l'avoue. J'ai donc fini par découvrir le dernier intitulé Au petit bonheur la chance dont je vous parle aujourd'hui.

C'est donc l'histoire de Jean, l'histoire de cet enfant qui voit son quotidien et sa vie basculer quand sa mère le confie à sa grand-mère du jour au lendemain. L'histoire de Jean qui va l'attendre patiemment, qui va découvrir un autre quotidien avec sa Mémé Lucette et qui va recevoir un autre amour tout aussi fort qu'un amour maternel. C'est l'histoire d'un jeune garçon, qui va grandir avec sa grand-mère et qui va découvrir la vie, l'amour et ce qu'est vraiment le sentiment d'appartenir à une famille.

"Une vraie famille, c'est aussi quand on se sent à l'aise même sans rien se dire, sans rien faire de particulier. Ensemble, tout simplement."

Des personnages simples, tendres, à l'histoire parfois un peu plus compliquée que ce que l'on imaginait. Des sentiments et émotions qui reflètent la vie, auxquels on peut s'identifier facilement. Voilà une recette qui marche, voilà les ingrédients qu'on aime retrouver dans les livres d'Aurélie Valognes.

Ici, c'est l'histoire d'un bouleversement pour un petit garçon, Jean, mais aussi pour aussi sa grand-mère Mémé Lucette. Deux personnes qui s'apprivoisent, qui ne se le montrent pas vraiment, mais qui s'aiment profondément. Ils forment une famille à eux deux, s'apportent mutuellement beaucoup et partagent les petits et grands bonheurs de toute une vie. Et puis il y a aussi Lucien le facteur ou encore Anita, tous des personnages qui gravitent autour de ce tendre duo et qui s'apportent une entraide et des relations qui se nouent au fil des pages. Au petit bonheur la chance est aussi un roman moins léger qu'on ne le pense. Derrière cette histoire, se cache aussi d'autres thèmes, notamment celui que nous avons en tant que femme de pouvoir faire des choix librement, une chance que nous n'avions pas il y a quelques décennies de cela.

"Nous faisons tous des erreurs, parce que nous sommes humains. Certaines ont des conséquences plus graves que d'autres, certaines ont des répercussions sur autrui."

Et ce que j'aime dans les romans d'Aurélie Valognes, c'est cette douceur dans son écriture qu'on retrouve toujours. Cette douceur qui enveloppe son histoire, ses personnages, mais également les sentiments et émotions qu'elle véhicule à travers les pages. Au petit bonheur la chance, c'est de nouveau tout cela. Des personnages auxquels on s'attache de suite, dont on a l'impression de tenir la main durant une partie de leur vie, des émotions qui se succèdent et nous touchent du début à la fin, et ce sont surtout plein de bons sentiments qui nous font sourire et nous font du bien.

Vous l'avez compris, Au petit bonheur la chance a été un coup de cœur. Aurélie Valognes a de nouveau fait battre la chamade à mon cœur de lectrice, m'a de nouveau transporté dans une histoire douce et touchante durant quelques heures et m'a touché plus d'une fois avec l'histoire de Jean. Ce roman s'est de nouveau une histoire de vie, d'amour, de famille, une histoire qui peut ressembler à la vôtre, à la nôtre et c'est en cela que les romans d'Aurélie Valognes sont si précieux. Lisez-le, sincèrement.

"- On ne choisit pas les surprises de la vie, mon petit. On fait avec, et souvent, c'est pour le meilleur.- C'est ça la foi, Mémé ?- Non, ça, c'est la vie."

Au petit bonheur la chance d'Aurélie Valognes et disponible aux Éditions Mazarine.

Merci à NetGalley & Mazarine.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
famille
émotions
sentiments
douceur
vie.


lundi 28 mai 2018

Rendez-vous à "Envie de Livres" ce week-end


Rien de prévu encore pour le week-end à venir ? Alors j'ai ce qu'il vous faut ! Dimanche se tiendra la 4ème édition du salon Envie de Livres à Sailly-Labourse.

C'est quoi Envie de Livres ? C'est un salon simple, accueillant et convivial durant lequel vous pourrez rencontrer bon nombre d'auteurs, de participer à des tables rondes et de faire de nombreuses découvertes dans un cadre enchanteur.

Envie de Livres, c’est un salon pas tout à fait comme les autres, éthique et citoyen, en lien avec des actions humanitaires menées en France et au Sénégal. Il se caractérise aussi par sa volonté d’intégrer les enfants accueillis au sein de l’établissement, mais également de jeunes mineurs isolés de la Jungle de Calais. Notre objectif est de les ouvrir à la littérature en leur proposant de participer à un atelier d’écriture, puis d’être impliqués au cœur de l’organisation.
Une trentaine d'auteurs seront présents dimanche à cet événement, voici quelques noms pour vous donner envie : Marianne Levy, Emily Blaine, Maxime Gillio, Sophie Jomain, Nicolas Jaillet, Stéphanie Pélerin ou encore Clarisse Sabard.

Infos pratiques :
Envie de Livres c'est dimanche 3 juin
Rendez-vous Avenue du château 62113 Sailly Labourse
De 10h à 18h
Restauration possible sur place et repas offert aux enfants.

Pour tout savoir, consultez le site internet en cliquant ici !

"Olivia : Attitude 3ème" de Marion Olharan


Après sa blessure, Olivia a du mal à s'en remettre. Elle, qui était si irascible avec les autres, s'isole de plus en plus et retarde sa rééducation. Lorsque la directrice du ballet de New-York lui pose un ultimatum, elle finit par partir à contrecœur pour Paris afin d'être suivie par une spécialiste. A Paris elle y retrouve avec surprise Guillaume, ce jeune professeur qu'elle a déjà croisé à New-York, et Olivia finit par jeter son dévolu sur le jeune homme qui ne semble pas vraiment prêt à se dévoiler à elle...

Marion Olharan, oui ce nom ne vous est plus inconnu dorénavant ! Il faut dire que je vous ai déjà parlé des premiers tomes de sa saga Attitude. Souvenez-vous il y a d'abord eu Diane, cliquez ici pour redécouvrir la chronique, ensuite Joaquin que vous pouvez retrouver en cliquant là, et maintenant le dernier tome dont je vous parle aujourd'hui Olivia.

Au tour maintenant d'Olivia d'être au cœur d'un tome de cette saga. Olivia nous l'avons déjà rencontré bon nombre de fois dans les couloirs du ballet de New-York et avouons-le, elle ne nous semblait pas forcément toujours sympathique. Ici, nous la découvrons sous un nouveau jour le temps de sa lourde rééducation et par la même occasion nous en découvrons plus sur Guillaume. Ahh Guillaume... le fameux meilleur ami de Diane, qui lui nous intriguait depuis déjà quelque temps.

La danse est toujours au rendez-vous, mais pas comme dans les précédents tomes. Ici, nous abordons avec la rééducation d'Olivia un autre aspect de ce sport, parce que oui, la danse classique ne l'oublions pas est aussi un sport avec tout ce que celle-ci demande et exige. Surtout, avec Guillaume, le thème de la littérature et surtout de Balzac est très présent dans ce livre, il nous donnerait presque envie de nous plonger pendant des heures avec lui dans toute l'œuvre de Balzac...

Ce qu'il faut souligner dans Olivia, c'est que Marion Olharan réussie à nous offrir un autre aspect de ses personnages. Olivia n'est vraiment pas celle qu'on pouvait imaginer et tant mieux ! L'auteure réussie toujours à renouveler son histoire, à faire en sorte qu'on ne se lasse pas de tout cet univers qu'elle a créé et surtout à réussir à faire qu'on en veut encore et toujours plus.

Au fil des pages, l'amour, la séduction surtout nous fait sourire et on se délecte de l'histoire et de la tournure que celle-ci prend. Surtout, on apprécie autant Olivia que Guillaume, et on trépigne quand celui-ci lui résiste encore et toujours. Impossible de s'ennuyer, on dévore ce roman avec autant de plaisir que les précédents.

"Voir Guillaume sans ses lunettes a quelque chose d'intime et de troublant. C'est l'effet Clark Kent. J'ai l'impression de découvrir son identité secrète et avec ou sans lunettes, je prends."

Et puis l'écriture de Marion Olharan nous transporte toujours autant, ici à Paris et non plus à New-York. On se projette une fois de plus totalement dans tous les lieux que nos personnages côtoient et on rencontre d'autres personnages qu'on aimerait découvrir un peu plus à leur tour. Surtout, l'auteure allie toujours avec justesse passion, amour et humour au fil des pages.

Ainsi s'achève donc la saga Attitude de Marion Olharan. Une saga, comme vous avez pu le remarquer, que j'ai vraiment beaucoup aimé du début à la fin. Le fait de suivre tous ses personnages dans leur évolution, d'être plongé dans ce monde assez particulier de la danse classique, j'avais réellement l'impression de retrouver des amis à chaque fois et quel plaisir ! Vous ne devez pas hésiter une seule seconde à découvrir Diane, Joaquin, Olivia et tous les autres... en attendant de peut-être lire un jour une saison 2 !

Olivia de Marion Olharan est disponible chez Montlake Romance.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
rééducation
voyage
lâcher prise
amour
Paris.

C'est lundi ! Je lis ça, et vous ?


Pour bien débuter cette nouvelle semaine, le lundi est l'occasion de faire le point sur ses lectures ! Alors rien de bien compliqué, le principe est simple, on parle de sa lecture passée, de sa lecture en cours et de sa lecture à venir.

Je vous dis ce que je lis, et vous faites de même, ok ? :)

J'ai terminé
J'irai danser (si je veux) de Marie-Renée Lavoie

Je suis en train de lire
Pas facile d'être une fille facile d'Anna Premoli

Je lirai ensuite
Vices de Gipsy Paladini.

mercredi 23 mai 2018

Petit bonheur de lecteur #3



Petit bonheur de lecteur ? Qu'est-ce donc ?
En tant que lecteur et lectrice, on a tous des petites manies ou des petites choses qui nous font sourire, que ce soit à travers les lectures, à travers des rendez-vous ou même des petits événements qui semblent pourtant anodins. Ca va être l'occasion tout simplement de partager ça et de bavarder un petit peu même.

Le nom "Petit bonheur de lecteur" pourquoi ? 
Parce que parfois au cours de ma lecture, il m'arrive de partager sur Twitter des petits messages ou remarques que je ponctue parfois de #petitbonheurdelecteur. C'est simple, clair et significatif non ?

Petit bonheur de lecteur #3 :
Tomber sur un bouquiniste.

C'est au retour de mes dernières vacances, que j'ai eu cette idée pour un nouveau numéro de "Petit bonheur de lecteur". Parce que lors de celle-ci, en ballade à Concarneau nous sommes tombées sur un incroyable bouquiniste qui ressemblait un peu au paradis, n'ayons pas peur des mots.

Un étal devant la vitrine sous un soleil éclatant, et à l'intérieur des piles de livres à ne pas savoir où donner de la tête. Pas de doute, ça, c'est un sacré bouquiniste ! L'arrêt est immédiat, la bouche s'arrondit en un O admiratif et les mains fouillent déjà dans les piles de livres, impossibles d'y résister.


On peut l'appeler paradis, parce que finalement autant de livres réunis ça y ressemble fortement, mais également l'antre du mal, parce que soyons honnêtes, c'est aussi le risque de céder sur tout un tas de romans.

  • Tomber sur un bouquiniste, c'est l'obligation d'y pousser la porte au moins par curiosité !
  • Tomber sur un bouquiniste, c'est plonger dans l'odeur des livres avec un ravissement total.
  • Tomber sur un bouquiniste, c'est fouiner sans hésitation dans les piles de livres à la recherche DU roman dont on avait envie depuis un moment.
  • Tomber sur un bouquiniste, c'est aussi passer des piles de livres en revue juste pour le plaisir d'en détailler tous les titres.
  • Tomber sur un bouquiniste, c'est ne plus savoir où donner de la tête pour essayer de ne pas louper le moindre livre (bon, sachez que ça s'est perdu d'avance, on loupe forcément quelque chose).
  • Tomber sur un bouquiniste, c'est le risque d'y passer des heures, mais on y prend tellement de plaisir !
  • Tomber sur un bouquiniste, c'est ressortir obligatoirement avec au moins un bouquin.
  • Tomber sur un bouquiniste, c'est s'obliger à être raisonnable sinon la PAL explose tout autant que notre porte-monnaie.
  • Tomber sur un bouquiniste, c'est aussi et surtout une jolie petite parenthèse dans notre journée et une vraie joie non dissimulée pour chaque amoureux des livres.


J'avoue tout, pour ma part, j'en suis ressortie avec 4 romans ! Heureusement que nous avions un programme pour la journée, sinon je risquais de ressortir avec le double lol. Mais nous y avons passé un loooong moment, surtout dans la partie thrillers qui était vraiment hallucinante, et avons soupiré longuement devant tous les romans que nous aurions aimé pouvoir acheter ;)


Vous avez un bouquiniste chez qui 
vous aimez vous rendre ?
Ou vous êtes déjà également tombé 
par hasard sur l'un d'entre eux ?

Pour info, le bouquiniste en question dont je vous parlais à Concarneau, se trouve à l'adresse suivante :
Malo Jean-Claude, bouquiniste, 19 Avenue de la Gare, 29900 Concarneau 


mardi 22 mai 2018

"Le début des haricots" de Fanny Gayral


Anna, trentenaire, est une brillante médecin urgentiste dans un hôpital parisien. Cette année, comme toutes les précédentes, son père, brillant chirurgien cardiaque, l'envoie à sa place à San Francisco pour un congrès très attendu. Anna obéit, une fois de plus, mais arrivée à l'aéroport, elle croise un groupe de thérapie sur le courage...

C'est un roman que j'avais repéré à sa sortie, surtout attirée par sa couverture, je l'avoue. Lorsque je suis tombée sur Le début des haricots de Fanny Gayral à la médiathèque, je n'ai donc pas hésité à l'emprunter pour enfin découvrir l'histoire de celui-ci.

Anna a tout pour être une trentenaire épanouie avec un travail, certes épuisant, mais qui la passionne. Mais c'est sans compter sur son père qui est toujours sur elle telle une ombre, et le fait qu'ils travaillent tous les deux dans le même hôpital n'arrange pas les choses. Alors quand la jeune femme débarque à l'aéroport et croise ce fameux groupe de thérapie, elle s'arme de courage pour finalement rejoindre leur groupe. Pendant une semaine, finie la médecine et place à l'écoute de soi, mais pas que...

Le début des haricots c'est donc l'histoire d'Anna, l'histoire de cette jeune femme qui finalement ose prendre sa vie en main sur un coup de tête. C'est un roman sur la confiance en soi, sur le fait de réussir à faire ce que l'on désire pour soi et pas pour les autres. C'est à travers ce groupe de thérapie qu'Anna prend conscience de tout cela, à travers des rencontres aussi surtout qu'elle verra que chacun à besoin parfois d'une sacrée dose de courage dans son quotidien.

Bon, autant le dire, ce livre a vraiment été une déception. J'ai trouvé l'histoire trop simple, alors qu'elle avait un bon potentiel, je n'ai pas réussi à m'attacher aux personnages, même pas Anna non, et puis tout au fil de la lecture j'ai eu ce sentiment où on sait pertinemment ce qui va se produire. Le seul point que j'ai plutôt apprécié c'est le domaine médical qu'on y retrouve, et encore... tout le monde n'a pas de connaissances dans celui-ci et certains termes sont vraiment trop pointus pour qu'on comprenne réellement de quoi il s'agit, il manque quelques petites notes de bas de page à ce propos ou une simplification des termes peut-être ?

Fanny Gayral réussit néanmoins à livrer une histoire qui tient la route, qui sait nous faire sourire et qui saura donner du baume au cœur à certains. Je retiens néanmoins les messages véhiculés par cette histoire, parce qu'ils peuvent parfois être le coup de pouce que certains ont besoin, comme le fait de prendre une décision pour soi sans l'influence de son entourage quand on pense que c'est la bonne pour nous, ou encore comme celle d'oser sortir de sa zone de confort pour parfois se retrouver.

Je suis triste que ce livre n'ait pas réussi à me convaincre, j'avais tellement hâte de le découvrir en plus... Peut-être que Le début des haricots n'attend que vous pour trouver un lecteur qui saura l'apprécier, en tout cas pour vous faire une vraie idée c'est maintenant à vous de le découvrir !

Le début des haricots de Fanny Gayral est disponible aux Éditions Albin Michel.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
médecin
voyage
décision
psychologie
déception.

lundi 21 mai 2018

C'est lundi ! Je lis ca, et vous ?


Pour bien débuter cette nouvelle semaine, le lundi est l'occasion de faire le point sur ses lectures ! Alors rien de bien compliqué, le principe est simple, on parle de sa lecture passée, de sa lecture en cours et de sa lecture à venir.

Je vous dis ce que je lis, et vous faites de même, ok ? :)

J'ai terminé
Les étoiles de Noss Head : vertige de Sophie Jomain

Je suis en train de lire
Click & Love de Cyril Massarotto

Je lirai ensuite
Ethan qui aimait Carter de Ryan Loveless.

samedi 19 mai 2018

Actu Flash de la semaine #11


Toutes les unes ou deux semaines, le samedi à travers "L'actu Flash de la semaine" je reviendrais sur une actu croisée durant ces derniers jours. Une actu liée aux livres, mais qui peut aussi bien être une information, un post croisé sur les réseaux sociaux ou une photo. Le tout présenté en seulement quelques lignes. 


Cette semaine, c'est une auteure que j'apprécie particulièrement qui nous a fait le plaisir de dévoiler la couverture de son prochain roman. Sans doute avez-vous vu passer l'info, mais si ce n'est pas le cas, séance de rattrapages !


Et oui il s'agit de Lena Walker et de son prochain roman intitulé De joie coulent mes larmes !

Lena Walker, si vous suivez un peu le blog, est une auteure que j'apprécie beaucoup et que je suis depuis maintenant un long moment. Depuis la lecture de Beyond qui était alors en auto-édition, nous avons eu le plaisir de suivre la jolie aventure que l'auteure vit avec ses romans désormais disponibles chez diverses maisons d'édition.

Dans quelques semaines, elle s'apprête donc à voir son histoire De joie coulent mes larmes sortir chez Michel Lafon, rien que ça ! Impatients de le lire ? Voici déjà de quoi en savoir plus...

De joie coulent mes larmes :
Juriste sans entrain dans un cabinet d'avocats, Romy Bavarois rêve depuis sa plus tendre enfance de présenter le journal télévisé de la plus grande chaîne de France. Au décès de son grand-père, elle décide sans regret de tout quitter et de s'installer chez sa grand-mère à Saint-Tropez. Acceptant un emploi saisonnier de vendeuse de soufflés tropéziens, Romy se laisse vivre jusqu'au jour où elle rencontre Jean-Luc, le médium des stars. Lui fera-t-il des révélations décisives sur son avenir ? Aura-t-elle enfin l'électrochoc qu'il lui fallait pour sortir de sa douce léthargie et prendre son destin en main ?

En attendant de vous procurer De joie coulent mes larmes, vous pouvez toujours vous ruer sur Un jour j'ai changé de parfum afin de lire ce roman dont je vous parlais par ici, cliquez. 

De joie coulent mes larmes de Lena Walker sera donc disponible le 7 juin prochain aux Éditions Michel Lafon ! Sachez qu'il est déjà en pré commande sur de nombreux sites :)

vendredi 18 mai 2018

Le TAG PKJ fait son cinéma !


Je n'avais encore jamais participé à un TAG PKJ, parce que je l'avoue parfois quand je les croise, je n'arrive même pas à répondre à la totalité des petites questions. Mais cette fois-ci, le TAG dédié au cinéma (le festival de Cannes oblige) m'a inspiré de suite et j'ai presque trouvé tous les livres dont je souhaitais parler tout de suite. Alors ma participation, juste ci-dessous :

1) Citer un livre adapté au cinéma.













2) Citer un livre que vous aimeriez voir adapté au cinéma.













3) Citer un livre que vous avez lu avant de voir son adaptation.













4) Citer un livre que vous avez lu après avoir vu son adaptation.













5) Citer un livre dont l'adaptation au cinéma porte un autre nom que le titre du livre.













6) Citer un livre dont l'adaptation vous a déçue. 













7) Citer un livre dont vous avez préféré l'adaptation.













8) Quel est le dernier film adapté d'un livre que vous avez vu?













9) Citer un livre qui fait des références au cinéma.



jeudi 17 mai 2018

"Qui je suis" de Mindy Mejia


Dans la petite ville de Pine Valley, quand le corps d'Hattie est retrouvé, c'est un véritable choc. Hattie cette jeune fille que tout le monde connaissait, cette bonne élève, cette fille sans histoire et la petite amie idéale, qui a pu lui faire une telle chose ? Mais Hattie était-elle vraiment tout cela ? Le doute s'installe quand il apparaît qu'elle entretenait une relation secrète depuis de longs mois...

Un thriller des Éditions Mazarine, ça faisait longtemps non ? Donc j'ai lu dernièrement le titre Qui je suis de Mindy Mejia avec sa couverture plutôt énigmatique...

Hattie... Hattie, c'est donc la jeune fille au cœur de cette intrigue. Cette fille modèle qui joue un rôle, le rôle de sa vie pourrait-on dire. Le roman porte alors sur l'enquête sur son meurtre, mais aussi sur les mois qui ont précédé celui-ci. D'autres personnages apparaissent alors, d'autres qui vont apporter leur voix à cette histoire, comme le policier qui enquête sur tout cela, mais aussi la personne avec qui la jeune femme entretenait sa fameuse relation secrète.

Qui je suis est donc un thriller aux multiples voix, d'ailleurs au début accrochez-vous pour bien situer qui est qui durant quelques chapitres, mais une fois le rythme pris l'engrenage se met en place. Au fil des pages et des révélations, cette chère Hattie va presque nous laisser sans voix. On découvre tellement de facettes de la jeune femme, on découvre le rôle qu'elle tenait selon les personnes qu'elle côtoyait, c'est autant fascinant que presque dérangeant.

"Pour eux, c'est un spectacle. Ils ne comprennent pas que jouer la comédie, c'est devenir quelqu'un d'autre, modifier ses pensées et ses besoins, jusqu'à les oublier. Vous laissez l'autre personne envahir tout ce que vous êtes, puis vous vous transformez pour déverser son identité sur scène, comme une effusion de sang. Parfois, je me dis que jouer la comédie est une maladie, mais je ne peux pas l'affirmer, car je ne sais pas ce que veut dire être bien portant."

L'histoire aborde également plusieurs thèmes autour de l'histoire d'Hattie. Ceux de l'adolescence, de l'innocence et de la culpabilité, de la découverte de l'amour qui peut aussi bien faire basculer toute une vie ou la dévaster, mais aussi et surtout celui de l'image de soi, de celle qu'on donne aux autres pour ne pas forcément montrer la personne que l'on est réellement.

Mindi Mejia livre ici un roman surprenant. Surprenant dans les rebondissements qui font basculer les idées que le lecteur s'étaient mis en tête, surprenant par ses personnages qu'on ne cesse de découvrir jusqu'aux toutes dernières pages, et surprenant dans son intrigue. Bien que Qui je suis m'a semblé parfois bien long, ces longueurs apportent néanmoins un petit quelque chose à cette histoire et à son intrigue. Ce n'est pas forcément un thriller que je retiendrais, mais il a le mérite d'offrir une histoire originale et surprenante et surtout d'avoir un personnage principal vraiment fascinant.

Le jeu d'Hattie, de ces multiples facettes dans ce roman Qui je suis vaut le détour ! Rien que pour cela, je ne peux que vous inviter à lire ce titre quand vous en aurez l'occasion, et puis si ça se trouve vous vous rendrez compte alors que l'image que vous avez d'une personne proche n'est pas forcément le reflet de ce qu'elle est vraiment...

"J’avais passé ma vie à jouer des rôles, à être ce qu’ils voulaient que je sois, concentrée sur tous ceux qui m’entouraient, alors qu’à l’intérieur, j’avais toujours l’impression d’être assise à cet endroit précis : recroquevillée au cœur d’une prairie morte, infinie, sans âme qui vive pour me tenir compagnie."

Qui je suis de Mindy Mejia est disponible aux Éditions Mazarine.

Merci à NetGalley & Mazarine.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
meurtre
enquête
rôle
apparences
fascinant.

mardi 15 mai 2018

"Macron l'an I : Pardon de vous le dire..." de Zef / Kak / Degreff


À l'occasion de la première année d'Emmanuel Macron à la tête de la Présidence en France, la BD Macron l'an I : Pardon de vous le dire... revient sur ces 365 jours à travers le regard acéré de Nemo le chien du couple présidentiel.

Je lis rarement de BD comme vous avez sûrement dû le remarquer, et c'était dans le cadre d'une Masse Critique Babelio que j'ai donc découvert celle-ci. Le sujet m'intéressait et m'amusait fortement, cela m'amusait déjà de savoir comment Zef, Kak et Degreff allaient nous parler de tout cela à travers quelques bulles.

Il s'en est passé des choses en un an, pendant cette première année durant laquelle Emmanuel Macron a donc présidé notre chère France. Des rencontres avec les différents chefs d'Etat à travers le monde, de son quotidien de Président avec bien entendu Brigitte Macron à ses côtés, en passant par ses diverses visites sur le territoire français, tout y est abordé ou presque dans cette BD. Au détour d'une page j'ai même découvert la trombine de la maire de ma ville, je ne vous cache pas que je n'ai pas pu m'empêcher de laisser sortir un petit rire.

Sous couvert de l'ironie, à travers cette BD quelques vérités sont disséminées ici ou là. Revenir de cette façon sur la première année d'Emmanuel Macron, avec un humour ponctué de quelques petites piques ici ou là fait de cette BD une réussite. On la lit tantôt en riant, en fronçant parfois les sourcils, on s'amuse de notre Président sous la douche, moins du monologue de Luchini empreint de vérité. Et puis l'idée de faire passer tout cela avec le regard de Nemo, qui n'a pas vraiment la langue dans sa poche, est assez originale.

"Le labrador est le chien préféré des présidents de la république française. C'est aussi le chien de prédilection des aveugles."

Le trio formé par Zef, Kak et Degreff offre un moment savoureux à mettre entre toutes les mains avec Macron l'an I : Pardon de vous le dire... Et on peut même déjà espérer que l'an II sera à son tour présenté en BD, afin de réussir à rire parfois des situations qui sont loin d'être amusantes dans notre société actuelle...

Macron l'an I : Pardon de vous le dire... de Zef, Kak et Degreff est disponible aux Editions Massot.

"La Servante écarlate" de Margaret Atwood


La République de Gilead est une république fondée par des fanatiques religieux. Dans celle-ci les femmes jugées fertiles sont réduites au rand d'esclaves sexuelles, vêtues de rouge elles sont des "servantes écarlate" comme Defred. Elles n'ont plus leur vrai nom, elles n'ont plus de famille, elles n'ont qu'un rôle dorénavant, celui d'être au service de leur Commandant et de leur épouse afin de porter leur enfant. Defred en est donc une, et en repensant au temps où elle pouvait vivre comme elle le souhaitait avec sa famille, elle n'aura plus qu'une idée, celle de retrouver sa liberté.

J'avais entendu parler bon nombre de fois de ce livre forcément, et même de sa série télé. J'ai fini par céder, j'ai fini par vouloir vraiment savoir ce qu'était l'histoire de La Servante écarlate de Margaret Atwood et j'en ai donc profité pendant mes vacances pour le lire.

J'avais entendu parler de ce livre comme un "chef d'œuvre", comme un "roman incontournable". Alors roman incontournable peut-être oui, mais chef d'œuvre mouais. Autant l'histoire en elle-même m'a bien entendu fait frissonner, m'a même angoissé pour tout avouer tellement tout me semblait réaliste dans la façon d'être écrite, tellement cela me semblait possible d'en arriver là un jour peut-être. Mais je ne sais pas, il m'a manqué quelque chose... j'ai toujours eu l'impression de ne rester que simple spectatrice, d'avoir l'impression de lire ce roman pour dire de le lire sans entrer véritablement dedans.

L'histoire de Defred, tout comme ce roman, est très particulière. Cette jeune femme, réduite en "servante écarlate" en esclave sexuelle, m'a assez choqué. Son histoire ne nous laisse bien entendue pas de marbre, surtout les passages où son passé nous est conté, son passé "normal" de femme aimée, de mère même. Quand petit à petit, le système de cette République nous est dévoilé, nous en sommes effarés...

La Servante écarlate, c'est aussi l'histoire des droits de la femme, l'histoire de sa place dans la société. Une histoire où ces droits disparaissent presque machinalement afin de mettre en place un système où chaque femme est contrôlée. C'est ça, c'est cette façon dont tout a changé qui marque, qui atteint le lecteur. Parce qu'au fil du récit de Defred, on se rend bien compte que petit à petit chaque droit a été supprimée de manière anodine, en commençant par la suppression de leur compte en banque, pour en arriver à tout cela.

Je dois tout de même souligner que Margaret Atwood a livré ici un roman qui forcément marque, par cette histoire, cette idée même de réduire les femmes à ce rôle. Mais j'admire l'imagination de certains auteurs pour livrer de tels livres ! La Servante écarlate est un classique à lire en effet, qui va marquer forcément chaque lecteur et qui surtout va en faire réfléchir plus d'uns. Et si... et si ce roman annonçait une part de vérité, et si la femme, qui dans certains pays n'a pas une situation enviable, finissait par n'avoir plus que ce genre de rôle. Réfléchissez-y, imaginez donc cela un peu pour quelques minutes... Voilà, c'est là où Margaret Atwood fait fort.

Alors même si La Servante écarlate n'est pas vraiment le roman auquel je m'attendais vu toutes les choses dithyrambiques que j'en avais lu (peut-être en attendais-je plus ou autre chose ?) en effet, c'est un roman qui vaut d'être lu. Au moins pour découvrir ce rôle de "servante écarlate", et aussi surtout pour se rendre compte une nouvelle fois à quel point chaque petite liberté de chacun est précieuse pour ne pas en arriver là.

La Servante écarlate de Margaret Atwood est disponible chez Robert Laffont dans la collection Pavillons Poche.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
République
femmes
esclavagisme
choc
liberté.

lundi 14 mai 2018

La comédie romantique a enfin son label, c'est LJ !

Vous êtes amateurs de comédies romantiques comme moi ? 
Alors c'est LA bonne nouvelle du moment, 
les Éditions J'ai Lu viennent de créer un label dédié à ce genre appelé LJ.


LJ est donc un label qui ne proposera que des comédies romantiques en format semi-poche ! Des livres pétillants, frais, tout colorés, parlant d'amour, mais pas que, et permettant de découvrir de nouveaux talents. En voilà quelque chose de très prometteur.

Ce qui définit LJ :

  • des romans vitaminés, décalés et déjantés
  • des couvertures colorées, fraîches et dynamiques
  • des talents du monde entier
  • des prix tout doux.



Inutile de préciser que la comédie romantique est un genre à succès, qui n'a pas finit de faire de nouveaux adeptes et qui n'a aussi surtout pas fini de nous surprendre ! Avec LJ, nous allons découvrir des auteur(e)s qui rencontrent un énorme succès à l'international et qui vont enfin être accessibles à nous lecteurs français. Vous voulez quelques noms, je suppose ?! Anna Premoli, auteure italienne avec plus de 500 000 exemplaires vendus, Marie-Renée Lavoie une auteure québécoise saluée par la critique et les libraires, Janette Paul une auteure à succès en Australie ou encore Suzy K. Quinn une romancière avec de nombreux best-sellers au New-York Times !

À travers les romans que va nous proposer LJ on voyagera de New-York à Rome, en passant par Montréal, Sydney ou même Paris. On y trouvera des héroïnes attachantes et amusantes dans des comédies romantiques parfois pimentées, tantôt sensibles, mais toujours aussi délicieuses. 

Alors avec tout ça, impatients de découvrir les premiers romans ? 
Et bien tant mieux, puisque les deux premiers titres débarquent le 16 mai en librairie 
et je vous les présente :


  • J'irai danser (si je veux) de Marie-Renée Lavoie :

Diane danse comme une enclume, aime les chats, se trouve moche et déteste les mariages. Surtout le sien. Elle vient de se faire plaquer pour « quelqu’un d’autre » (sexe non-identifié mais prévisible, genre « jeune pétasse »)… Désagrégée ou presque, Diane est secouée par sa meilleure amie. Celle-ci lui suggère de se remettre au plus vite sur le marché de la séduction, en commençant tout doux par le « frenchage », le flirt. Ji-Pi, le charmant comptable du quatrième étage, marié, devrait faire l’affaire. Enfin, normalement…

  • Pas facile d'être une fille facile d'Anna Premoli :

Jordan débarque à New York avec un plan bien précis : trouver un mari. Pas le genre craquant mais pauvre comme Job. Un mari qui lui assurera sécurité et sérénité. Décidée à épouser un médecin – Chef de service, évidemment —, elle dégote un petit boulot de serveuse pile en face d’un hôpital. Mais le matin de sa première journée de travail, elle s’évanouit… et reprend conscience dans les bras d’un jeune médecin très beau mais surtout très endetté… 

Enlevé, à la fois tendre et ironique Pas facile d’être une fille facile revisite en beauté les démêlés du cœur et de la raison et Diamants sur canapé!

Vous l'avez compris, je vous parlerais prochainement de ces deux romans sur le blog ! 
Je suis très très curieuse de découvrir ces nouvelles auteures ainsi que ces deux titres :)

Prochainement, LJ nous réserve déjà deux nouvelles parutions pour le 6 juin prochain : J'aurais mieux fait de me taire (boomerang thérapie) de Janette Paul et Journal d'une fille débordée 1 : L'année de l'intox de Suzy K. Quinn.

Et pour la suite ? 
  • 4 nouveautés déjà programmées pour la fin de l'année
  • un concours de nouvelles parrainé par Gilles Legardinier pour dénicher les auteurs et les héroïnes de demain
  • 12 titres pour 2019.

"Fashion Victime & Volte-Face" de Tamara Balliana


Zoey, c'est la fashionista de la bande. Toujours à la pointe de la tendance, elle est jeune jolie, célibataire et heureuse. Surtout, elle a fait de sa passion son travail et est créatrice de mode... canine ! Mais tout bascule lorsqu'une célèbre blogueuse mode dont le chien est le mannequin vedette de la marque de Zoey, est retrouvée assassinée. Pour Zoey, l'affaire est un vrai désastre, surtout qu'il s'agit de l'inspecteur Tom McGarrett qui est chargé de l'enquête et qu'entre lui et Zoey l'ambiance n'est pas véritablement au beau fixe. Durant toute l'enquête, ils ne vont avoir de cesse de se croiser, et les relations entre Zoey et Tom vont évoluer en pire, mais aussi en meilleur...

Je vous parle déjà depuis quelques mois de cette saga Bay Village de Tamara Balliana. Il y a d'abord eu Coup de foudre & Quiproquos, suivit de Diamant & Mauvais Karma et maintenant le troisième tome Fashion Victime & Volte-face dans lequel je me suis plongée avec plaisir.

Il était donc temps pour nous d'en savoir un peu plus sur Zoey, celle que nous avions déjà croisé dans les deux premiers tomes sans pour autant en savoir plus sur elle. Maintenant, c'est chose faite, nous savons tout ou presque de la jeune créatrice de mode canine donc (ce point m'a particulièrement plu !). Il est d'autant plus agréable qu'on va aussi en savoir plus sur le fameux Tom qui avait eu une place importante dans Coup de foudre & Quiproquos. Les deux jeunes gens vont se croiser, se détester, mais forcément leur relation ne va pas en rester là pour notre plus grand plaisir.

Même si Zoey est celle dont je me suis sentie le moins proche, j'ai été ravie de découvrir enfin qui se cachait réellement derrière cette fashion-victime. L'histoire de Fashion Victime & Volte-face offre une intrigue différente des précédents, tout en nous permettant d'y retrouver quelques similitudes. Le roman mêle amour, humour, amitié toujours au fil des pages, l'histoire est aussi amusante qu'attachante et c'est une recette qui fonctionne et qui gagne associée avec l'écriture de Tamara Balliana !

L'écriture de Tamara Balliana est toujours aussi fraîche, légère, teintée d'humour et divertissante. L'auteure nous emmène une fois de plus dans la vie de sa nouvelle héroïne avec une grande facilité, nous faisant rire et sourire plus d'une fois et nous donnant réellement l'impression d'être amie avec toute cette bande de copines. Surtout, malgré que celui-ci soit le troisième (et dernier) tome de la saga, pas d'impression de déjà lu, Tamara Balliana sait toujours renouveler les aventures de ses personnages tout en bouclant la boucle de toute cette saga. Une vraie réussite, un vrai délice à lire.

Je vous l'avais déjà dit précédemment, mais Bay Village est vraiment une série que j'adore ! De par ses personnages que nous retrouvons dans chaque tome, par son environnement et ce fameux Bay Village qu'on imagine tellement bien, mais également par chacune des histoires que nous livre Tamara Balliana. Même si ce tome-ci n'est pas mon préféré de la série, je ne m'en lasse pas tout simplement.

Alors à vous de découvrir maintenant cette saga de Tamara Balliana, à vous de vous installer quelques heures dans Bay Village. Ces trois titres sont vraiment l'idéal pour passer un très bon moment pendant ces beaux jours qui s'offrent à nous, vous m'en direz des nouvelles...

Fashion Victime & Volte-Face de Tamara Balliana est disponible chez Montlake Romance.

Merci à NetGalley & Montlake Romance.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
saga
originalité
amour
humour
amitié.

C'est lundi ! Je lis ça, et vous ?


Pour bien débuter cette nouvelle semaine, le lundi est l'occasion de faire le point sur ses lectures ! Alors rien de bien compliqué, le principe est simple, on parle de sa lecture passée, de sa lecture en cours et de sa lecture à venir.

Je vous dis ce que je lis, et vous faites de même, ok ? :)

J'ai terminé
Au Sorbier des Oiseleurs de Jo Ann Von Haff

Je suis en train de lire
Le Club des Feignasses de Gavin's Clemente Ruiz

Je lirai ensuite
Le jardin des bonheurs égarés de Tor Udall.

dimanche 13 mai 2018

Cite moi... le bonheur


Peut-être êtes-vous comme moi à relever des passages, des citations, des extraits lors de votre lecture ? Moi en tout cas, je suis une fervente utilisatrice de post-it et je n'hésite pas à relever bon nombre de citations qui me plaisent au cours de mes lectures. Alors j'ai décidé de vous en parler, vous parler de ces passages qui me touchent, m'interpellent et que j'aime dans ce rendez-vous "Cite moi..."

Le retour du petit rendez-vous "Cite moi..." avec un nouveau thème qui est le bonheur.
Le dictionnaire Larousse définit le bonheur ainsi : bonne chance, circonstance favorable, état de complète satisfaction, joie, plaisir liés à une circonstance. Bon inutile de vous faire un dessin en plus, je pense que vous savez tous ce qu'est le bonheur finalement :)

À travers certaines de mes lectures, j'ai relevé quelques phrases d'auteurs parlant du bonheur, partageant une vision de celui-ci ou une image qui se devait d'être partagé. Alors les voici !



  • "Le bonheur est si fragile. C'est si facile de passer à côté. Parfois, il se présente et on ne le voit pas. Mais d'autres fois, avec une bonne dose de chance et de patience, il sonne une deuxième fois."

Les Mondes de Sam de Keith Stuart

  • "Si le bonheur était aussi simple, on l'aurait tous. On souscrirait en ligne. On téléchargerait l'appli. Le coût n'aurait pas d'importance. On serait prêt à mettre n'importe quel prix."

Les Mondes de Sam de Keith Stuart


  • "Le bonheur consiste-t-il à aimer les choses comme elles arrivent ?"

La ballade de l'enfant gris de Baptiste Beaulieu


  • "On oublie trop souvent que le bonheur le plus simple est parfois le résultat d'un véritable parcours du combattant. Il n'est pas "donné" à tout le monde : parfois, il se mérite ! Nous nous sommes promis de ne jamais l'oublier."

Calais mon amour de Béatrice Huret


  • "Le bonheur et le malheur vont souvent de pair. Pour le formuler autrement, on pourrait dire que le bonheur prend de temps en temps de curieux détours."

Le sourire des femmes de Nicolas Barreau


  • "Le bonheur est plus bruyant quand il est partagé."

Et bien dansons maintenant ! de Karine Lambert


  • "Mais le bonheur, ça demande de prendre des risques. [...] mais si tu n'es pas prête à tout pour repousser les murs de ton quotidien, alors peut-être que tu ne veux pas être heureuse."

L'horizon à l'envers de Marc Levy

jeudi 10 mai 2018

"Profil bleu Obsession pourpre" de Séverine Deffay


Juliette, 40 ans mène une vie paisible, entre son travail et sa vie de famille, elle est ancrée dans une certaine routine. Un jour, elle rencontre Jérémy, il est son opposé lui qui est si volubile et qui sait s'affirmer facilement. L'attirance est immédiate entre les deux, et rapidement une relation clandestine et passionnelle va se tisser entre Juliette et Jérémy. Bien que tout cela soit très fort entre eux, leur permettant même de se redécouvrir eux-mêmes, ils ne vont avoir de cesse de penser à ce que cette relation risque d'infliger à leurs proches. Quelle suite vont ils alors donner à leur relation ? Quel choix Juliette et Jérémy, vont-ils faire ?

C'est un titre que j'ai découvert sur le site SimplementPro et dont le résumé m'intriguait. Séverine Deffay m'a alors fait parvenir Profil Bleu Obsession Pourpre afin que je puisse le découvrir.

Deux personnages que tout semble opposer, mais deux personnages qui vont se redécouvrir grâce à leur rencontre. Jérémy et Juliette vont vivre une passion dévorante, une passion qui va leur offrir des moments particulièrement intenses et passionnels. Mais à côté de cela, de cette douce euphorie qu'ils partagent quand ils sont ensemble, il y a la culpabilité vis-à-vis des autres qui prend beaucoup de place, les nombreuses hésitations qui repoussent toujours les choix à faire et tout ce que ces choix en question peuvent entraîner.

Profil bleu Obsession pourpre, c'est l'histoire d'une histoire d'amour plutôt particulière, d'une relation extra-conjugale qui offre beaucoup à nos deux personnages principaux, mais une relation qui va aussi d'une certaine façon leur empoisonner l'existence. Ce roman met en avant beaucoup de sentiments, beaucoup de questions aussi bien du côté de Juliette et Jérémy que de celui des lecteurs.

Mais c'est un roman qui me laisse un peu sur ma faim. Autant le thème abordé de l'adultère est vraiment intéressant, le fait de se sentir responsable du bonheur des siens quand tout cela découle d'une seule décision, mais autant les personnages ne m'ont pas vraiment touché et surtout Juliette ! Je dois même avouer que Juliette m'a agacé prodigieusement plus d'une fois. J'ai eu l'impression plus d'une fois qu'elle se jouait de Jeremy, qu'elle se jouait de ses sentiments, et j'avais presque envie de les secouer tous les deux pour qu'ils prennent vraiment une décision. Alors oui, le livre tourne autour de cela, mais au bout d'un moment à trop tourner en rond, on finit par s'en lasser malheureusement !

Séverine Deffay avec Profil Bleu Obsession Pourpre aborde le thème complexe de la liaison extra-conjugale, de tout ce que cela peut engendrer pour toute une famille d'une façon très intéressante en creusant vraiment dans la liaison entre Juliette et Jeremy. L'écriture de l'auteure est fluide, agréable et parfois même teintée d'une petite pointe poétique, pour un premier roman, c'est agréable à découvrir.

Même si Profil Bleu Obsession Pourpre ne m'a pas entièrement convaincu, si je m'étais attachée à Juliette et Jeremy, je pense que j'aurais totalement adhéré, le livre réussi tout de même à amener le lecteur à se poser certaines questions sur l'adultère, sur une décision qui peut changer la vie d'une famille et sur l'importance à réfléchir à celle-ci. C'est une nouvelle auteure à découvrir néanmoins !

Profil Bleu Obsession Pourpre de Séverine Deffay est disponible en auto-édition en cliquant ici !

Merci à SimplementPro & Séverine Deffay

5 mots en bref pour décrire ce livre :
adultère
famille
amour
décision
hésitations.

Bilan livresque #16 : avril 2018


Bonjour par ici, c'est avec un peu de retard dû à une semaine de vacances, que je vais revenir brièvement sur mes lectures du mois passé.

En avril, mes lectures ont toujours été autant diversifiées, vous commencez à avoir l'habitude de cela, je suppose :) Cela a été l'occasion de faire des découvertes, mais également de retrouver des auteurs que j'apprécie.

Résultat du mois d'avril : 16 livres lus et 1 BD ! Parmi tous ces livres, beaucoup de titres récents, mais aussi 5 livres qui sont sortis de ma PAL.

Retour sur les livres lus :


  • L'étoile Russe d'Anne-Marie Revol **
  • Profil Bleu Obsession Pourpre de Severine Deffay **
  • L'anatomie du bonheur de Judicaëlle Bouget **
  • Les Mondes de Sam de Keith Stuart **
  • Sans Titre de Valérie Gans
  • Fashion Victime & Volte Face de Tamara Balliana
  • Qui je suis de Mindy Mejia
  • Rencontre dans l'Upper East Side de Sarah Morgan
  • La fantastique famille Télémachus de Daryl Grégory
  • L'art et la manière de conclure en beauté de Lauren Weisberger
  • Les pétillantes de Didier Fourmy **
  • Toutes blessent la dernière tue de Karine Giebel **
  • La baie des baleines de Jojo Moyes
  • Lettres à Stella d'Iona Grey
  • Le début des haricots de Fanny Gayral
  • Macron l'an 1 : pardon de vous le dire de Zef / Kak / Degreff
  • Les gens sont les gens de Stéphane Carlier


Cliquez sur ** pour accéder aux chroniques

Dans les livres coups de cœur ou presque, ce mois-ci je retiendrais Toutes blessent la dernière tue de Karine Giebel qui a été une vraie lecture coup de poing, Sans Titre de Valérie Gans que j'ai adoré, Lettres à Stella d'Iona Grey qui est une magnifique lecture ou encore Rencontre dans l'Upper East Side de Sarah Morgan parce que j'adore cette série.

Niveau déception, j'avoue que Le début des haricots de Fanny Garay en est une parce que j'attendais vraiment autre chose de ce roman et Les Pétillantes de Didier Fourmy qui m'a déplu sur quelques points.


En attendant de se retrouver le mois prochain pour un nouveau bilan, je peux déjà vous dire que pour ce mois de mai la liseuse va chauffer à l'occasion du premier #ChallengeNetGalleyFrance auquel je participe :)

mardi 1 mai 2018

LaDoryquilit se met en veille quelques jours


Hello à tous !

Un petit message pour vous informer que je pars en vacances quelques jours 
et que par cette occasion le blog sera en veille pendant cette même période.
Bien entendu, j'emporte des livres avec moi, 
alors je reviendrais en forme pour vous en parler.

En attendant, 
profitez bien de tous ces jours fériés qui se profilent à l'horizon 
et à bientôt :)

Marion.