mercredi 10 juillet 2019

Cet été je fais de nouveau baisser ma PAL !


L'été... n'est ce pas la saison idéale pour se plonger dans bon nombre de romans ? Pour s'offrir un peu plus de lectures tardives la nuit ? Et surtout de se faire plaisir à lire tout ce dont on a envie ? Et bien moi, je pense bien que oui !

Alors pour cet été, j'ai décidé de nouveau de plonger la tête la première dans ma PAL et d'en sortir une petite sélection à lire durant les semaines à venir et pendant les vacances (vite vite les vacances !). L'année dernière, j'avais également tenté l'expérience, et souvenez-vous, ce fut une belle réussite, cliquez pour revoir l'article !

Donc pour ces semaines à venir, j'ai fouillé, j'ai fait remonter des livres du fin fond de mes bibliothèques, j'en ai déjà lu pas mal au passage, et je vous propose de découvrir une petite sélection. Vous allez remarquer qu'il ne s'agit que de livres de poche ! Pourquoi ? Parce que c'est le format que je préfère et donc que ce sont eux que j'ai en majorité dans mes bibliothèques... Allez je vous montre ça.



Une sélection d'une vingtaine de romans, tous de genres différents, que j'ai dans mes bibliothèques depuis plus ou moins longtemps. On se penche un peu plus sur cette sélection...


➤ L'aile des vierges de Laurence Perrin : un titre dont j'ai tellement entendu parler qu'il m'a fallu me le procurer. J'espère vraiment qu'il sera à la hauteur de tout le bien qu'on peut en dire.

➤ Rendez-vous au Cupcake Café de Jenny Colgan : Jenny Colgan est une valeur sûre pour moi ! J'adore ce qu'elle propose alors impossible de passer à côté de ce roman.

➤ Les romans de Lorraine Fouchet : en général, j'apprécie ce que l'auteure propose. C'est sympa, plein de bons sentiments et puis on part toujours pour quelques heures à la mer...


Le choeur des femmes de Martin Winckler : un roman que j'ai déjà depuis tellement longtemps et que je veux lire depuis autant de temps, je crois. Mais je ne sais pas pourquoi à chaque fois que je le sors, je finis par le ranger de nouveau... Alors cette fois-ci, c'est sur c'est la bonne !

Origine de Dan Brown : cela fait tellement longtemps que je n'ai pas lu de roman de Dan Brown ! C'est le seul d'ailleurs qu'il me reste à lire, il me semble, alors je n'attends pas plus longtemps.

➤ Le premier tome de la série Marked Men de Jay Crownover : c'est un titre que ma sœur m'avait offert, il y a de cela un moment, j'ai décidé d'enfin le découvrir et de voir si cette saga va donc me plaire.

La part des flammes de Gaelle Nohant : de l'auteure, je n'ai lu que le titre Légende d'un dormeur éveillé qu'étonnamment j'avais beaucoup apprécié. Alors il faut que j'en découvre un peu plus et ce titre me semble être celui idéal.


Nous rêvions juste de liberté de Henri Loevenbruck : un autre roman dont j'ai entendu et lu uniquement du positif. Alors à mon tour de le découvrir et de voir s'il est aussi exceptionnel que ça.

Je peux très bien me passer de toi de Marie Vareille : un  des quelques titres que je n'ai pas encore lu de Marie Vareille que je vais donc dévorer.

Les stagiaires de Samantha Bailly : un roman que j'avais gagné sur internet. Depuis le temps maintenant d'autres titres ont succédé à ce dernier, alors je me décide à le lire pour voir si la suite me tentera aussi ou pas.

Voilà donc pour cette petite sélection de livres de poche. Alors bien entendu, il y aura forcément des titres qui finalement ne seront pas lus, et surtout d'autres qui viendront s'y ajouter. Je compte aussi lire pas mal de livres numériques qui patientent dans ma liseuse, parce que j'ai pas mal de chouette romans qui m'y attendent aussi. Le seul mot qui fixera mes lectures, c'est : plaisir ! Je me ferais plaisir à lire ce que j'ai envie au jour le jour, à sortir un tel ou un autre roman afin de le lire, à changer d'avis plus d'une fois avant de me décider, et à préparer une petite pile de livres qui me suivront en vacances.

Et vous, alors, allez-vous profiter de l'été 
pour faire baisser votre PAL aussi ?
Profitez-vous des vacances pour lire un peu plus ou moins ?
Dites moi tout =)

mardi 9 juillet 2019

1 · 2 · 3... ce mois-ci, je les lis


Et si je vous montrais trois titres que je lirais ce mois-ci ? C'est l'idée de ce rendez-vous. Même si ma liste de lecture évoluera au fil des jours, une chose est sûre, je lirais à coup sûr ces trois romans que je vous présente déjà.

Juillet est là ! Alors comme d'habitude je vous donne déjà un aperçu de trois de mes prochaines lectures. A l'honneur, trois romans sortis tous droits de ma bibliothèque et qui semblent tous les trois tous différents les uns des autres.




Rendez-vous au Cupcake Café de Jenny Colgan

Lorsqu'elle est licenciée, Issy décide de tenter sa chance en ouvrant à Londres un salon de thé spécialisé dans les cupcakes. En effet, la jeune femme a un talent particulier pour réaliser ces petits gâteaux. Un don qu'elle tient de son grand-père boulanger. Mais les ennuis ne vont pas tarder à arriver, et Issy devra se battre pour réaliser son rêve.

_____

Celle qui murmurait à l'oreille du mec en costard de Laetitia Constant

À vingt-sept ans, Fauve est une jeune femme dynamique. Gérante d’un haras atypique niché dans la forêt landaise de Gascogne, elle y exerce avec passion le métier de chuchoteuse. Elle soigne des chevaux traumatisés, tout en donnant des cours d’équitation responsable aux enfants. 
C’est alors qu’une lettre de la mairie vient tout menacer : son terrain vient d’être acheté par une société immobilière qui veut l’expulser. 
Non, elle n’a pas tant donné pour tout perdre aussi bêtement ! 
Elle se rend directement au siège de cette société traîtresse… pour découvrir que l’homme à la tête du projet n’est autre qu’un odieux personnage, arrogant et coureur, qu’elle a déjà eu le malheur de rencontrer. Le voici, semble-t-il, décidé à détruire sa vie. Pour qui se prend-il ? 
Fauve ne se laissera pas faire ! 

_____

Illusion Tragique de Gilda Piersanti

En ce torride mois d’été romain, le petit Mario, dix ans, ne monte pas sur la terrasse de son immeuble pour y prendre l’air, mais pour épier son voisin du dernier étage, monsieur Ruper, un homme sans histoire qui vit seul et mène une vie rangée. Personne ne lui connaît la moindre relation, personne ne l’a jamais vu rentrer chez lui accompagné, et pourtant… Tous les soirs, Mario l’observe dans sa baignoire en train de coiffer et de savonner une très jolie jeune femme.
Son ami Riccardo et lui ont décidé d’aller libérer la princesse, parce qu’il n’y a pas d’autre explication : monsieur Ruper l’a enfermée chez lui, elle est sa prisonnière ! Le plus difficile, toutefois, n’est pas de s’introduire dans l’appartement de monsieur Ruper, mais d’en sortir une fois qu’on y est entré…

Dans ce thriller de l’enfance menacée, Gilda Piersanti interroge les méandres infinis de la perversité. Devenir la proie d’un pervers est une malédiction, une vie entière ne suffit pas pour y échapper. Illusion tragique nous entraîne dans une intrigue aux retournements imprévisibles, comme un labyrinthe dont le tracé se recompose à chaque détour, jusqu’au dénouement… inimaginable.
Car la réalité à laquelle nous nous croyons solidement ancrés se révèle parfois n’être que faux-semblant. Le réveil sera alors sanglant, forcément sanglant.

lundi 8 juillet 2019

Bilan livresque #29 : juin 2019


Le mois dernier, faute de temps et aussi d'envie, je l'avoue, j'avais fait l'impasse sur le bilan mensuel, mais cette fois-ci, je n'oublie pas ! Alors place au bilan des lectures du mois de juin.

Résultat de juin :  15 livres lus. Et oui, juin a été un "petit" mois de lecture, il faut dire qu'au fil des livres, j'en ai abandonné plusieurs qui me laissaient complètement stoïques et depuis quelque temps, j'ai décidé de ne pas m'imposer de lectures qui ne me plaisent pas. La plupart des livres lus sortent en plus de ma PAL, cette chère PAL que je chéris de plus en plus à tel point que je ne pioche que dans celle-ci depuis un petit moment et c'est un vrai plaisir !


Retour sur les livres lus :
  • Les oubliés du dimanche de Valérie Perrin
  • Amélia de Kimberly Mc Creight
  • Dans le même bateau de Cassandra Rocca
  • Les fabuleuses aventures d'Aurore de Douglas Kennedy et Joan Sfar
  • L'irrésistible histoire du Café Myrtille de Mary Simses
  • Si je mens tu vas en enfer de Sarah Pinborought
  • Quand nos souvenirs viendront danser de Virginie Grimaldi
  • Te regarder danser de Scarlett Cole
  • Changer l'eau des fleurs de Valérie Perrin
  • Toute une vie et un soir d'Anne Griffin **
  • Block 46 de Johana Gustawson
  • Albert sur la banquette arrière de Homer Hickam
  • Les beaux bruns ténébreux cachent toujours quelque chose de Sophie Duquesne
  • Pourquoi il ne faut pas tuer (tout de suite) son voisin de Laure Allard d'Adesky
  • Le charmant cottage d'Amélia d'Abby Clements
  • Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie de Virginie Grimaldi

Et oui vous l'avez sans doute remarquer, mais deux auteures reviennent chacune deux fois dans cette liste, Valérie Perrin et Virginie Grimaldi. Même si toutes ces lectures citées plus haut ont toutes été agréables, voire même de très jolies découvertes, j'ai eu un très très très gros coup de cœur pour les titres de Virginie Grimaldi et plus particulièrement Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie qui devient d'ailleurs à ce jour mon livre préféré de l'auteure, pour dire...

Juillet sera sans nul doute ponctué de 
tout autant de jolies lectures ! 
Alors par avance, je vous souhaite 
de belles et longues heures d'évasion 
et on se retrouve dans quelques semaines.

C'est lundi ! Je lis ça, et vous ?


Pour bien débuter cette nouvelle semaine, le lundi est l'occasion de faire le point sur ses lectures ! Alors rien de bien compliqué, le principe est simple, on parle de sa lecture passée, de sa lecture en cours et de sa lecture à venir.

Je vous dis ce que je lis, et vous faites de même, ok ? :)

J'ai terminé
Ciao Bella de Serena Giuliano

Je suis en train de lire
On s'est aimés comme on se quitte de Charlie Wat

Je lirai ensuite
Celle qui murmurait à l'oreille du mec en costard de Laetitia Constant

lundi 1 juillet 2019

"Toute la ville en parle" de Fannie Flagg


Elmwood Springs dans le Missouri est un petit village créé en 1889. Depuis sa création les bonheurs, les rencontres, mais aussi les drames, l'ont façonné. La population d'Elmwood Springs a fait évoluer ce village au fil du temps jusqu'à nos jours. Et alors qu'on pense qu'au cimetière tout y est terminé, et bien là-bas l'histoire continue puisque les défunts s'y retrouvent et continuent leur existence d'une façon bien particulière...

Toute la ville en parle est le dernier roman paru de Fannie Flagg. J'ai déjà lu quelques titres de l'auteure, appréciant à chaque fois en général ses histoires, voyons donc si ce fut de nouveau la même chose avec ce titre...

Toute la ville en parle est un roman chorale. Dans ce roman, nous découvrons toute la vie d'une petite ville depuis sa création à travers de multiples personnages. Ces personnages y vivent ou y ont vécu, y sont depuis le début ou s'y sont installés au fil des ans, et chacun apporte alors son propre regard sur la ville, sa communauté.

La première chose qu'on peut retenir de ce titre, ce sont les multiples personnages. Autant vous le dire, j'ai mis un peu de temps à réussir à re situer chacun et à bien cerner les liens qui unissent les uns aux autres. Peut-être même y en a-t-il trop, parce que plus d'une fois, j'ai perdu pied. Après, c'est aussi ce qui apporte une richesse à ce titre, c'est diversifié, et c'est même amusant quand ceux-ci passent du côté du cimetière.

Roman amusant et tendre, Toute la ville en parle est un roman divertissant. L'histoire est originale et quelque peu passionnante même. Suivre la création d'un village à travers le temps et les siècles et particulièrement intéressant. J'ai beaucoup aimé suivre cela, suivre les évolutions jusqu'à nos jours et constater qu'au fil du temps, Elmwood Springs garde son âme.

Fannie Flagg comme toujours, livre une histoire pleine de bons sentiments, une histoire portée par une écriture douce et tendre. J'ai vraiment eu l'impression ici qu'elle nous livrait comme des amis et qu'elle nous confiait la tâche d'en prendre soin, ce qu'on fait finalement en les découvrant, les appréciant et les accompagnant au fil des pages.

Toute la ville en parle est un roman que j'ai apprécié, même s'il n'est pas mon préféré de l'auteure à ce jour. J'ai vraiment beaucoup apprécié passer du temps à Elmwood Springs avec ses habitants. Alors à vous maintenant d'aller y faire un tour et d'y poser vos bagages pour quelques heures...

Toute la ville en parle de Fannie Flagg est disponible aux Éditions Le Cherche Midi.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
village
Missouri
habitants
histoire
cimetière.

C'est lundi ! Je lis ça, et vous ?


Pour bien débuter cette nouvelle semaine, le lundi est l'occasion de faire le point sur ses lectures ! Alors rien de bien compliqué, le principe est simple, on parle de sa lecture passée, de sa lecture en cours et de sa lecture à venir.

Je vous dis ce que je lis, et vous faites de même, ok ? :)

J'ai terminé
Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie de Virginie Grimaldi

Je suis en train de lire
La plage de la mariée de Clarisse Sabard

Je lirai ensuite
Je ne sais pas encore =) 

samedi 29 juin 2019

Flash-back chronique #4 : "Vous n'aurez pas ma haine" d'Antoine Leiris


Dans ce nouveau rendez-vous, et comme son nom peut le laisser entendre, j'ai décidé de vous proposer d'anciennes chroniques. Des chroniques que j'avais publiées il y a de cela plusieurs années avant d'écrire sur le blog, postées sur différentes plateformes. L'occasion de remettre en lumière des romans que j'ai appréciés, qui m'ont marqué ou qui méritent tout simplement d'être encore mis sur le devant de la scène...


Antoine Leiris a perdu sa femme Hélène lors de l'attentat au Bataclan le 13 novembre 2015. Sa femme partie pour assister à un concert n'en reviendra pas, comme tant d'autres. A travers ce livre, Antoine livre un témoignage sur ce jour noir et ceux qui ont suivit ce drame qui a bouleversé sa vie et celle de son petit garçon Melvil. Avec simplicité, il se livre sans pudeur au fil des pages avec pour objectif : l'espoir.

"Melvil ne pourra pas passer ces pages de sa vie comme elle passait les pages de l'histoire. Je n'ai pas de baguette magique. Notre coccinelle s'est posée sur le nez de la méchante sorcière, elle avait une Kalachnikov en bandoulière et la mort au bout du doigt."

En ouvrant ce livre je savais que ce témoignage me bouleverserait. On se souvient tous tristement de l'endroit où nous étions en apprenant cette terrible nouvelle... En ouvrant ce livre je m'attendais à être émue, bouleversée mais je ne m'attendais pas pour autant à pleurer en fait du début à la fin. A pleurer aussi bien de ce malheur qui a touché Antoine et Melvil, mais aussi à pleurer devant le courage dont a fait preuve Antoine mais aussi devant ce message d'espoir qu'il délivre.

De la nuit du Bataclan, à l'attente des nouvelles, des mamans de la garderie qui mettent en place un calendrier de distribution de petits plats maison à l'enterrement Antoine Leiris nous fait part de toutes ces étapes, de toutes ces épreuves pendant douze jours. Avec simplicité il se livre, avec douceur il pose des mots sur cette douleur.

Il nous ouvre les portes d'un quotidien bouleversé à jamais entre un père et un fils qui doivent, en plus de leur deuil, apprendre à vivre à deux. C'est le rituel du bain qui change par exemple, c'est la petite histoire du soir que racontait maman et que papa doit maintenant apprendre à faire; des petites scènes mais qui prennent un tout autre sens maintenant. 

Mais dans Vous n'aurez pas ma haine c'est surtout un très beau témoignage de courage et d'espoir. Antoine Leiris nous prouve qu'il ne cédera pas face à ces... personnes qui lui ont pris sa femme,  qu'il continuera à vivre et à avancer avec Melvil et c'est ce qu'il faut surtout retenir de ce bouleversant témoignage même si oui on pleure beaucoup en lisant cela.

Alors Antoine merci ! Merci de vous être livré ainsi dans ces pages, merci d'avoir osé partagé cette épreuve dans ce livre et merci de toute cette force et cette tendresse qu'en plus vous nous offrez à travers celui-ci. 

Vous n'aurez pas ma haine d'Antoine Leiris est disponible aux Editions Fayard et au Livre de Poche, et c'est un témoignage que je vous recommande fortement de lire... 

"Nous ne reviendrons jamais à notre vie d'avant. Mais nous ne construirons pas une vie contre eux. Nous avancerons dans notre vie à nous."

lundi 24 juin 2019

"Toute une vie et un soir" d'Anne Griffin


Accoudé au bar d'un chic hôtel, Maurice semble être à un tournant de sa vie ce jour là. L'homme à travers cinq toast portés à cinq personnes différentes, revient sur les grands moments de sa vie et surtout sur ceux qui l'ont marqué.

Je ne connaissais absolument pas ce titre, avant que Babelio vienne me suggérer de le lire pour une Masse Critique Privilège. J'ai alors découvert Toute une vie et un soir d'Anne Griffin par ce biais, et grâce à eux.

Maurice est donc le personnage central de ce roman, cet homme agé qui en a vécu dans sa vie, revient alors en une soirée sur toute une vie marquée par des gens, des événements, des actes qui ont bouleversé sa vie, mais aussi celle d'autres personnes.

Un seul personnage qui nous parle quasiment, mais pourtant une histoire d'une richesse incroyable. L'histoire que nous découvrons, c'est celle de toute une vie, une vie riche et portée par des actes et des événements qui déterminent le cours de celle-ci.

Au fil des pages, à mesure que Maurice nous raconte sa vie, nous en apprenons plus sur lui, sa famille, son enfance. Sur ce qu'il a été, ce qu'il est aujourd'hui, sur des rencontres marquantes qui ont façonné sa vie ou sa façon de voir les choses. Au fil des pages, c'est aussi un déferlement d'émotions, on rit, on sourit, mais aussi et surtout on est touché par Maurice, par ce personnage qui le temps d'une soirée se livre totalement à cœur ouvert.

Avec une écrire sobre, simple, et pourtant pleine d'émotions, Anne Griffin nous entraîne dans son roman dès les premières pages. On se laisse bercer par l'écriture de l'auteure, on se laisse porter par le récit de Maurice, et on apprécie grandement ce roman. C'est doux, tendre, mais toujours rythmé alors on ne se lasse pas, on ne s'ennuie pas et au final on veut vraiment tout savoir.

Toute une vie et un soir est un roman que j'ai beaucoup apprécié, que j'ai aimé plus que je ne l'imaginasse et qui est pour moi une magnifique découverte. Et puis Maurice nous offre la possibilité de découvrir Noreen, Tony, Sadie ou encore Molly, autant de personnages qui finalement auront réussi à me toucher autant que lui. À découvrir...

Toute une vie et un soir d'Anne Griffin est disponible aux Éditions Delcourt.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
vie
soirée
souvenirs
toasts
émotions.

C'est lundi ! Je lis ça, et vous ?


Pour bien débuter cette nouvelle semaine, le lundi est l'occasion de faire le point sur ses lectures ! Alors rien de bien compliqué, le principe est simple, on parle de sa lecture passée, de sa lecture en cours et de sa lecture à venir.

Je vous dis ce que je lis, et vous faites de même, ok ? :)

J'ai terminé
Albert sur la banquette arrière de Homer Hickam

Je suis en train de lire
Les beaux bruns ténébreux cachent toujours quelque chose de Sophie Duquesne

Je lirai ensuite
Je ne sais pas encore =) 

samedi 15 juin 2019

Flash-back chronique #3 : "L'Atelier des miracles" de Valérie Tong Cuong


Dans ce nouveau rendez-vous, et comme son nom peut le laisser entendre, j'ai décidé de vous proposer d'anciennes chroniques. Des chroniques que j'avais publiées il y a de cela plusieurs années avant d'écrire sur le blog, postées sur différentes plateformes. L'occasion de remettre en lumière des romans que j'ai appréciés, qui m'ont marqué ou qui méritent tout simplement d'être encore mis sur le devant de la scène...



Millie est une jeune fille qui perd tout, ou presque, lorsqu'un incendie ravage son immeuble. La jeune fille voit alors l'occasion de tout recommencer à zéro. Mariette, quant à elle, est prof d'histoire-géo dans un collège, un jour alors qu'elle se sent de plus en plus harcelée, elle gifle un de ses élèves, comme pour tout le reste son mari en profite pour la dénigrer encore un peu plus. Et Monsieur Mike, lui, est un ancien militaire devenu SDF, un jour, il est tabassé en plein coeur de la rue. Ces trois personnages ne semblent avoir rien en commun jusqu'au jour où Jean les accueille dans son atelier particulier, un atelier pour réparer les destins et leur donner un nouveau souffle...

J'avais entendu parler à de nombreuses reprises de ce roman de Valérie Tong Cuong et j'ai bien fait de me laisser enfin tenter !

On y croise donc trois personnages. Millie, Mariette et Monsieur Mike. Les trois n'ont rien en commun sauf un passé douloureux et un destin qui s'annonce quelque peu abîmé. Ils se rencontreront et se croiseront donc au sein de l'atelier que dirige Jean, et même si pour l'une, c'est une amnésie qui l'y amène, pour l'autre un "burn-out" ou encore pour le dernier un refuge où se remettre d'aplomb, les trois vont alors essayer de reprendre surtout leur vie en main. 

Alors tout peut paraître beau et rose, on s'imagine aisément la tournure que prendra le roman, mais non au contraire Valérie Tong Cuong nous montre que le chemin à parcourir n'est pas aussi simple qu'il n'y paraît ! 

Avec l'alternance des points de vue, on fait vraiment la connaissance des personnages, on entre vraiment dans le moment presque décisif de leur vie et grâce à cela, on se sent au plus près d'eux. L'écriture de Valérie Tong Cuong nous fait plonger avec délice dans son histoire. L'auteure avec cette histoire qui peut sembler simple au premier abord, véhicule un vrai message à travers celle-ci.

Il n'est jamais trop tard pour recommencer sa vie et certaines rencontres peuvent même vous aider à cela. Malgré les épreuves, il faut garder foi en soi et les destins abîmés peuvent toujours être réparés... Il faut savoir se retrouver soi-même.

En vous plongeant dans L'Atelier des miracles, vous plongerez dans trois destins qui semblent ternes, mais vous plongerez surtout avec délice dans trois histoires qui prennent un nouveau départ et qui vous feront peut-être dire que pour vous non plus il n'est pas trop tard...

L'Atelier des miracles de Valérie Tong Cuong est disponible aux Editions J'ai Lu

lundi 10 juin 2019

C'est lundi ! Je lis ça, et vous ?


Pour bien débuter cette nouvelle semaine, le lundi est l'occasion de faire le point sur ses lectures ! Alors rien de bien compliqué, le principe est simple, on parle de sa lecture passée, de sa lecture en cours et de sa lecture à venir.

Je vous dis ce que je lis, et vous faites de même, ok ? :)

J'ai terminé
L'irrésistible histoire du Café Myrtille de Mary Simses

Je suis en train de lire
Si je mens, tu vas en enfer de Sarah Pinborough

Je lirai ensuite
Je ne sais pas encore =) 

jeudi 6 juin 2019

"L'odeur de la colle en pot" d'Adèle Bréau


Septembre 1991, pour le travail du père, Caroline a vu sa famille déménager et s'installer à Paris. À treize ans, elle intègre alors un nouveau collège. Au fil des semaines, Caroline va alors voir les liens entre sa mère et son père se distendre, voir ce dernier être de moins en moins présent au sein de la famille. L'adolescente doit aussi apprendre à faire avec les tourments de la vie tout en vivant ses premiers flirts, ses premiers secrets, au rythme de la musique qui sort de son walkman et des mots qu'elle pose dans ses cahiers Clairefontaine.

Avant même la parution de ce nouveau titre d'Adèle Bréau, j'avais déjà beaucoup entendu parler de L'odeur de la colle en pot. Petit à petit l'envie dévorante de le découvrir s'est faite de plus en plus forte, et je n'ai plus tardé finalement à replonger dans les années 1990 grâce à cette histoire.

Caroline est donc le personnage principal de ce roman. Caroline va vivre, avec les épreuves de la vie et les difficultés de l'adolescence, l'étape particulière de l'enfance à l'âge adulte. Au fil des pages elle se livre, elle doute, elle partage un peu à la manière d'un journal intime sur tout ce qui fait son quotidien aussi bien du côté familial que du côté du collège.

L'odeur de la colle en pot, c'est une véritable plongée dans l'adolescence, une véritable plongée aussi dans les années 90, ces années où le walkman contenait nos plus belles chansons, où notre plume glissait sur les cahiers Clairefontaine et où l'odeur de la colle Cléopatre parfumait les salles de classe. Ce livre, c'est un condensé de nostalgie, un condensé de souvenirs et aussi un merveilleux roman.

L'histoire de Caroline nous permet de redécouvrir les affres de l'adolescence, les hésitations qui ont accompagné les premiers flirts ou les amitiés qui devaient durer toute la vie, les tournants que peuvent prendre soudainement la vie familiale et qui bouleversent tout. Comment ne pas s'identifier à elle à un moment ou un autre ? Comment ne pas repenser à notre propre adolescence et à sourire au fil des pages et des souvenirs qui reviennent.

Adèle Bréau livre ici un incroyable roman ! Avec beaucoup de tendresse et de bienveillance, l'auteure nous régale avec l'histoire de L'odeur de la colle en pot. C'est une véritable bouffée de nostalgie teintée de bons sentiments dans laquelle nous plongeons aux côtés de Caroline. Surtout sans en faire trop, sans en faire une espèce de best-of des années 90, Adèle Bréau nous offre une véritable immersion dans ces années passées dans lesquelles nous avons vécu ou non. Pour ceux pour qui les années 90 sont synonymes d'enfance ou d'adolescence, ça fait du bien et ça fait sourire plus d'une fois, pour ceux qui en revanche ne les ont pas connu, cela offre une magnifique découverte de bien des choses qui peut-être leur font un peu envie.

Bref, L'odeur de la colle en pot a été un coup de cœur pour moi ! J'ai tout adoré dans ce roman, de l'histoire de Caroline, de l'écriture d'Adèle Bréau à tous ces souvenirs qui ont été soulevé par celui-ci. C'est un roman qui sent bon les souvenirs, l'enfance, la colle en pot et qui se savoure du début à la fin en gardant constamment le sourire aux lèvres à mesure que nous redécouvrons tout ce qui a marqué cette décennie. Alors maintenant, je vous laisse et je m'en vais regarder Beverly Hills et prendre une petite bouffée de colle Cléopâtre pour bien conclure tout cela...

L'odeur de la colle en pot d'Adèle Bréau est disponible aux Éditions JC Lattès.

Merci aux Éditions JC Lattès

5 mots en bref pour décrire ce livre :
années 90
adolescence
souvenirs
colle en pot
nostalgie

"Rouge" de Julie Huleux


Ophélie, qui rêve d'entrer dans une grande école de cinéma, va se lancer dans un documentaire choc et suivre durant tout un été les pompiers, et plus particulièrement un pompier. Ce pompier, c'est Alexandre qui tous les jours voit les drames de la vie et peut mettre sa vie en danger pour les autres. Entre fiction et réalité, Ophélie et Alexandre vont devoir réussir à jongler entre le professionnel et les sentiments.

Une romance dans l'univers des pompiers ? Il n'en fallait pas plus pour que je désire découvrir Rouge de Julie Huleux.

C'est donc une romance en plein cœur d'une caserne de pompiers que nous découvrons en plongeant dans les pages de Rouge. Ophélie, cette jeune fille, qui rêve de travailler dans le monde du cinéma, va donc suivre Alexandre ce jeune pompier dévoué à son métier tout un été pour en faire un documentaire. Dans toutes les missions, toutes les interventions, elle sera son ombre et l'accompagnera, et au fil des semaines d'autres sentiments viendront alors à naître.

Ce titre a été un vrai délice à lire, une très belle découverte. Je ne me souviens pas avoir auparavant lu une romance se déroulant dans ce milieu, j'ai trouvé ce point très original. Ophélie, cette jeune fille, qui rêve de travailler dans le monde du cinéma, va donc suivre Alexandre ce jeune pompier dévoué à son métier tout un été pour en faire un documentaire. Ophélie et Alexandre n'avaient pourtant pas grand chose en commun, chacun venant d'un milieu différent de l'autre, chacun défendant des idées bien définies, mais cette collaboration va s'avérer beaucoup plus riche qu'ils ne pouvaient l'imaginer au début. Et nous, nous suivons tout cela, de chapitre en chapitre, on les découvre de plus en plus, nous attachant à eux.

Sans temps mort, Rouge est un roman qui se dévore. Julie Huleux met en avant le travail des pompiers, la vie de ces hommes et de ces femmes qui mettent leur vie en danger pour sauver celle des autres. L'auteure met en lumière leur quotidien au sein d'une caserne, au fil des interventions très diverses, et cela amène aussi un certain cachet à la lecture de ce titre.

Julie Huleux est une auteure que j'ai découverte avec ce roman. J'ai beaucoup apprécié son écriture, cette plume vive qui nous happe dans son histoire, qui nous offre une romance pleine de rebondissements et de sentiments. On sent qu'elle désire vraiment mettre en avant les pompiers à travers l'histoire de Rouge et c'est aussi divertissant que passionnant.

Vraiment, pour moi, Rouge est une très belle découverte ! J'ai vraiment passé un très bon moment de lecture, dévorant sans m'en rendre compte l'histoire d'Ophélie et d'Alexandre. Alors je ne peux que vous conseiller, si vous aimez la romance, de découvrir ce titre rapidement, pour ma part, je note le nom de Julie Huleux en espérant avoir le plaisir de lire d'autres de ses titres rapidement...

Rouge de Julie Huleux est disponible chez JC Lattès dans la Collection &Moi.

Merci à NetGalley & JC Lattès

5 mots en bref pour décrire ce livre :
pompier
rencontre
interventions
reportage
sentiments.

mercredi 5 juin 2019

1 · 2 · 3... ce mois-ci, je les lis


Et si je vous montrais trois titres que je lirais ce mois-ci ? C'est l'idée de ce rendez-vous. Même si ma liste de lecture évoluera au fil des jours, une chose est sûre, je lirais à coup sûr ces trois romans que je vous présente déjà.

Juin a débuté et il est temps de vous présenter trois des livres qui seront lus pour ce nouveau mois. Pour ceux choisis cette fois-ci, on y retrouve une nouveauté, un emprunt médiathèque et un dernier titre qui sort tout droit de ma PAL. Je vous laisse les découvrir !




Toute une vie et un soir d'Anne Griffin

Dans une bourgade du comté de Meath, Maurice Hannigan, un vieux fermier, s’installe au bar du Rainsford House Hotel. Il est seul, comme toujours – sauf que, ce soir, rien n’est pareil : Maurice, à sa manière, est enfin prêt à raconter son histoire. Il est là pour se souvenir – de tout ce qu’il a été et de tout ce qu’il ne sera plus. Au fil de la soirée, il veut porter cinq toasts aux cinq personnes qui ont le plus compté pour lui. Il lève son verre à son grand frère Tony, à l’innocente Noreen, sa belle-soeur un peu timbrée, à la petite Molly, son premier enfant trop tôt disparu, au talent de son fils journaliste qui mène sa vie aux États-Unis, et enfin à la modestie de Sadie, sa femme tant aimée, partie deux ans plus tôt. Au fil de ces hommages, c’est toute une vie qui se révèle dans sa vérité franche et poignante…

Un roman plein de pudeur et de grâce qui contient toute l’âme de l’Irlande.
_____

Les fabuleuses aventures d'Aurore de Douglas Kennedy & Joann Sfar

Autiste, Aurore ne parle pas. Mais elle écrit sur sa tablette à la vitesse de la lumière. Et elle a un secret. Elle lit dans les yeux des autres: Maman, Pap', sa grande sœur Émilie, mais aussi Lucie, la meilleure amie d'Émilie, harcelée à l'école. 

Le jour où Lucie disparaît à Monster Land, le parc d'attractions, Aurore s'impose détective...

_____

La fille de la plage d'Alexis Aubenque

Santa Barbara, la ville de tous les fantasmes, de tous les rêves. Ses plages, ses collines verdoyantes, mais aussi ses boutiques de luxe, son centre-ville typique, ses villas de prestige au bord de l'océan...

Santa Barbara, la ville de tous les fantasmes, de tous les excès. En ce début d'été, Dylan, Sandy, Keith et Matt rêvent d'expériences inédites, de jeux amoureux et d'indépendance. La fac est finie, à eux la liberté, le soleil, les soirées au bord de l'océan ! Mais l'arrivée dans leur vie d'une jeune fille retrouvée inconsciente sur la plage, Ginger, va bouleverser à jamais leurs destins. Parce que Ginger ne sait plus qui elle est, chacun va s'interroger sur sa propre existence, se confronter à ses doutes, à ses désirs et à ses contradictions, et faire face au défi le plus exigeant qui soit : la découverte de soi-même. La quête de Ginger va devenir celle de tous, au risque de briser le pacte qui les unit depuis l'enfance. Tandis que leurs parents, absents ou accaparés par leurs propres failles, échouent à les éclairer dans ce voyage initiatique, ce sont les figures étonnantes d'un professeur de danse, d'un peintre biker et d'une grand-mère pleine de sagesse et d'énergie qui vont les aider à affronter les révélations qui les attendent.

"Une douce odeur de pluie" de Jojo Moyes


Quand Kate fuit l'Irlande, elle se promet de toujours être une amie pour son enfant et de ne pas reproduire toutes les tensions familiales dans lesquelles elle a grandi. Mais quinze ans plus tard le constat est sans appel, une très grande distance s'est creusée entre elle et sa fille Sabine, elle décide alors d'envoyer l'adolescente chez ses grands-parents Edward et Joy qu'elle connait à peine. Joy se réjouit de passer du temps avec Sabine, cette petite-fille qu'elle connaît à peine, mais à l'arrivée de celle-ci de vieilles blessures et un secret de famille finissent par ressurgir...

Un titre de Jojo Moyes, chouette ! À chacun de ses romans je me lance dedans, espérant toujours être aussi bouleversée qu'avec Avant toi il y a quelques années. Une douce odeur de pluie est en fait une réédition d'un de ses tous premiers romans intitulé Sous la pluie, j'étais d'autant plus ravie que je voulais le lire depuis un petit moment déjà. Mais je me suis réjouie un peu trop vite, je crois.

Une douce odeur de pluie c'est l'histoire de trois femmes, de trois générations, qui ont du mal à se dire leurs sentiments, à se comprendre et finissent par passer à côté l'une de l'autre. Avec l'arrivée de Sabine chez ses grands-parents, tout se retrouve être bousculé pour Joy, et comme toute famille qui a des secrets, ses derniers finissent toujours par resurgir.

Histoire de famille, de secrets, de non-dits, ce roman traite de bien des sujets qui finalement tournent tous autour de l'amour d'une mère à sa fille. Ici, le résumé était prometteur, l'histoire s'annonçait prenante, mais hélas... Hélas, pour moi, ce ne fut absolument pas le cas ! Dès le prologue, le rythme est donné, c'est long ! Ce prologue, qui semble durer à l'infini, m'a perdu immédiatement et je me suis lassée tout aussi rapidement.

Que dire réellement ? Que dire si ce n'est que plus je lis de romans de Jojo Moyes et moins je ressens d'émotions. Pour ce titre, Une douce odeur de la pluie, je dois avouer que je l'ai difficilement lu le trouvant particulièrement long ! Je n'ai pas vraiment réussi à m'attacher plus ça aux personnages, leur attitude ou leurs remarques finissant toujours par me lasser, l'histoire de famille des ces femmes ne m'a pas touché plus que cela avec des sentiments à peine dévoilés dont j'ai eu l'impression qu'on restait toujours à la surface de tout sans réellement creuser plus que cela.

Vraiment, je ne sais plus trop quoi penser des romans de Jojo Moyes ! Plus j'en lis et plus j'ai l'impression que les émotions, les sentiments sont de moins en moins présents. Après, à chaque fois, je me dis "bon, c'est le dernier tant pis", mais je retente encore et toujours cédant aux derniers titres parus, mais sans réellement y trouver mon intérêt au final. Alors je ne sais pas encore quoi faire réellement, laissé Jojo Moyes de côté et me raccrocher encore et toujours uniquement à Avant toi qui m'avait tant bouleversé ? Ou tenter encore une fois et lui laisser une dernière chance de réussir à me happer de nouveau dans une histoire ? Affaire à suivre...

Une douce odeur de pluie de Jojo Moyes est disponible aux Éditions Milady.

Merci à NetGalley & Milady

5 mots en bref pour décrire ce livre :
famille
femmes
secrets
longueurs
ennui.

mardi 4 juin 2019

"Jusqu'à ce que ta mort nous sépare" d'Amanda Reynolds


Lorsque Joanne se réveille à l'hôpital après une chute dans les escaliers qui lui a valu une blessure à la tête, elle ne se souvient plus des derniers 365 jours. De cette année passée, elle ne se souvient d'absolument rien, ni d'elle, de son quotidien ou de sa famille. Rapidement, tout lui paraît étrange, notamment son mari qui semble lui cacher un secret, ses enfants qui sont si distants ou encore ses étranges cauchemars qui se multiplient.

Un titre Mazarine, c'était amplement suffisant pour attirer mon attention sur ce roman d'Amanda Reynolds, Jusqu'à ce que ta mort nous sépare.

Que s'est-il donc passé avant la chute de Joanne ? Pourquoi tout lui semble étranger ? Ce sont notamment deux questions qu'on se pose rapidement dès les premiers chapitres de cette histoire. Joanne, qui a perdu la mémoire, se les pose aussi, surtout que l'attitude de sa famille lui semble bien étrange, alors pourquoi cela ? C'est ce qui va amener le roman à être de plus en plus intrigant.

Jusqu'à ce que ta mort sous sépare offre une histoire intrigante, un thriller psychologique qui nous amène à nous poser bon nombre de questions. Tout tourne autour de l'accident de Joanne, autour de cette année passée dont elle ne garde aucun souvenir. On sent qu'il y a des secrets au milieu de tout cela, des non-dits et des événements qui ont tout bouleversé, mais quoi et pourquoi ? On finit par le découvrir petit à petit à mesure que Joanne renoue quelques relations ou que les pièces du puzzle s'emboîtent petit à petit.

L'alternance des chapitres entre présent et passé, offre un rythme soutenu. On ne s'ennuie pas, les chapitres courts s'enchaînent sans répit et le suspens gagne en intensité. On apportera un petit bémol à la fin, pour un tel roman psychologique, on s'attendait tout de même à autre chose.

Amanda Reynolds offre ici un thriller psychologique qui tient la route ! L'auteure a réussi à offre une histoire au rythme soutenu, avec une intrigue qui ne faiblit pas, mais au contraire gagne peu à peu en intensité. L'histoire, même si elle est loin d'être originale, réussie à happer le lecteur dès les premiers chapitres ! Bref, Jusqu'à ce que ta mort nous sépare est un thriller que j'ai plutôt aimé dans l'ensemble et qui aura su me tenir en haleine presque jusqu'à la fin !

Jusqu'à ce que ta mort nous sépare d'Amanda Reynolds est disponible aux Éditions Mazarine.

Merci à NetGalley & Mazarine

5 mots en bref pour décrire ce livre :
accident
oubli
quotidien
doutes
secrets.

"Un petit grain de sable" de Petra Hülsmann


Isa a toujours eu une vie bien réglée. Elle travaille depuis onze ans chez le même fleuriste, mange chaque midi dans le même restaurant vietnamien et regarde chaque soir un épisode de sa série préférée. Un quotidien bien huilé en soi. Alors lorsque le restaurant de Monsieur Lee ferme, pour elle, c'est une catastrophe, d'autant plus que le nouveau restaurant ne propose pas de soupe de nouilles, face à cela Isa prend alors Jens, le nouveau propriétaire de suite en grippe...

Une couverture rafraîchissante et un résumé alléchant, il n'en fallait pas plus pour que je décide de découvrir Un petit grain de sable de Petra Hülsmann.

On découvre donc Isa et sa petite vie tranquille, mais quelque peu monotone à suivre toujours les mêmes habitudes. Forcément, la fin du restaurant de Monsieur Lee est un vrai bouleversement pour elle, d'autant plus qu'il ne sera, hélas, pas le seul. Mais prendre en grippe Jens le nouveau propriétaire, n'est pas forcément la solution, surtout que finalement Jens n'est pas si désagréable que cela.

Un petit grain de sable a tout du roman feel-good, une histoire légère, mais qui cache tout de même un message, des personnages agréables à qui on peut s'attacher, le tout ponctué d'une dose d'humour et d'amour ! Tout ceci finalement c'est ce qui définit ce roman.

On se laisse porter par l'histoire au fil des pages, pour ma part rapidement, je me doutais de l'issue de ce livre donc pas de gros suspens. Isa est un personnage qui semble attachant au premier abord, mais qui devient aussi très vite agaçante, dommage... Cette histoire avait tout pour plaire, vraiment, mais plusieurs petites choses ne m'ont pas emballé plus que cela au final. L'attitude d'Isa qui devient agaçante, l'accumulation de situations qui rapidement donne l'impression d'en faire trop, et donc le fait que la fin est attendue et n'offre pas de réelle surprise.

Petra Hülsmann a bien les codes du roman feel-good avec une écriture légère, teintée d'humour et qui offre une belle place à l'amitié et à l'amour. Un petit grain de sable est un roman léger, idéal pour l'été qui arrive, mais duquel il ne faut pas trop en attendre.

Même si Un petit grain de sable de Petra Hülsmann aura été une lecture divertissante et rapide, pour moi se sera malheureusement aussi une lecture qui j'oublierais certainement très vite. À vous maintenant de vous en faire votre propre idée !

Un petit grain de sable de Petra Hülsmann est disponible chez L'Archipel.

Merci à NetGalley & L'Archipel

5 mots en bref pour décrire ce livre :
habitudes
quotidien
rencontres
agaçante
amour.

lundi 3 juin 2019

Je les glisserais bien dans ma poche #7


Vous aussi vous aimez beaucoup trop les livres en format poche ? Moi, j'avoue, je plaide coupable. Résister à un livre de poche est trop difficile, ils ont tout pour eux ! Ils sont petits donc ne prennent pas trop de place et ils ont des petits prix donc on culpabilise moins à en acheter deux ou trois... Du coup, je me suis dit, et si de temps en temps, je faisais une petite sélection de cinq formats poche (maximum) qui sortent bientôt ? L'occasion de mettre en avant quelques titres qui me font envie, qui vous font peut-être aussi envie, et qui finiront bien un jour dans nos bibliothèques.


Pour ce mois de juin, 
je vous propose seulement trois romans. 
Mais trois romans 
qui sauront accompagner les jolies journées à venir, 
je n'en doute pas !


Une saison au bord de l'eau de Jenny Colgan
à paraître le 6 juin

La jeune Flora MacKenzie travaille à Londres dans un cabinet d’avocats. Jamais elle n’avait imaginé que son emploi la conduirait à retourner sur son île natale, au nord de l’Écosse. Une île qu’elle a brutalement quittée après la mort de sa mère, quelques années plus tôt.
La jeune femme sent très vite qu’elle n’y est pas la bienvenue. La plupart des habitants du village considèrent cette « fille de la ville » comme une étrangère, et les non-dits de l’histoire familiale compliquent les relations avec son père et ses frères. Jusqu’au jour où Flora tombe par hasard sur le vieux cahier de pâtisserie de sa mère. Et si elle avait trouvé la recette pour se réconcilier avec ceux qui l’entourent ?



Les jours de ton absence de Rosie Walsh
à paraître le 06 juin

Sept jours d’idylle… Il aura suffi d’une semaine pour que s’inverse le cours de l’existence monotone de Sarah. Depuis qu’elle a rencontré Eddie sur une petite route de campagne anglaise, la jeune femme est certaine qu’un bonheur sans nuages les attend. Sa vie débute enfin.
Le jour où il lui annonce qu’il doit s’absenter pour un voyage prévu de longue date, Sarah n’a aucune inquiétude. Mais le temps passe et Eddie ne revient pas. La laisse sans nouvelles. Ne répond plus à ses messages. Rien. Alors que ses amis pensent qu’il n’est tout simplement pas intéressé, Sarah est persuadée qu’elle a manqué quelque chose. Que cache le silence d’Eddie ? Peu à peu, une explication se dessine. Mais Sarah est-elle prête à l’entendre ?



Gâteau d'amour de Sophie Jomain
à paraître le 19 juin

« Comme elle l’aime ce gamin… Elle ferait n’importe quoi pour lui. S’il existe vraiment, Dieu lui en sera témoin : ce soir, Annabelle réglera tous leurs problèmes. Ce soir, elle acceptera l’offre que lui a faite Cédric Berckin.
Antoine, son grand amour, aura le cœur brisé et le sien saignera, mais Charles vivra encore un peu. Rien n’est plus important. »

Il aura fallu vingt ans à Annabelle pour avoir le courage de quitter Cédric et affronter la peur qui la retenait. Aucun homme ne la soumettra plus jamais, mais un seul saura-t-il de nouveau faire battre son cœur?

C'est lundi ! Je lis ça, et vous ?


Pour bien débuter cette nouvelle semaine, le lundi est l'occasion de faire le point sur ses lectures ! Alors rien de bien compliqué, le principe est simple, on parle de sa lecture passée, de sa lecture en cours et de sa lecture à venir.

Je vous dis ce que je lis, et vous faites de même, ok ? :)

J'ai terminé
Quelques jours de nos vies de Clare Swatman

Je suis en train de lire
Amelia de Kimberly McCreight

Je lirai ensuite
Je ne sais pas encore =) 

samedi 1 juin 2019

Flash-back chronique #2 : "Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom" de Barbara Constantine


Dans ce nouveau rendez-vous, et comme son nom peut le laisser entendre, j'ai décidé de vous proposer d'anciennes chroniques. Des chroniques que j'avais publiées il y a de cela plusieurs années avant d'écrire sur le blog, postées sur différentes plateformes. L'occasion de remettre en lumière des romans que j'ai appréciés, qui m'ont marqué ou qui méritent tout simplement d'être encore mis sur le devant de la scène...



Tom est un jeune garçon débrouillard. Vivant dans un vieux mobil-home avec sa mère, Joss, il a l'habitude de vadrouiller dans les jardins voisins afin de trouver de quoi vivre et les nourrir. De potagers en potagers, le jeune homme partage quelques instants volés de vie avec les habitants sans forcément s'en douter, jusqu'au jour où il découvre Madeleine au milieu de ses choux. Le jeune homme avec beaucoup d'inventivité l'aidera à se relever et s'avérera lui être d'une grande aide...

Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom est le premier roman de Barbara Constantine que je lis et je dois dire que j'ai passé un très bon moment de lecture.

Tom est donc un jeune garçon de onze ans et il est le personnage central de ce roman. Pour coller d'ailleurs à ce personnage et à l'environnement de celui-ci, le roman est écrit de manière simple avec un vocabulaire et des réflexions correspondant bien à un enfant de cet âge. 

Tom est rapidement attachant, comment rester insensible face à lui qui est si courageux et mûr pour son âge ? C'est un vrai petit homme, qui a déjà conscience de la vie, qui sait parfaitement où est sa place et qui prend soin de sa maman, qu'il n'appelle d'ailleurs jamais maman, car Joss ne le souhaite pas. Joss, sa mère... elle l'a eu trop tôt, trop jeune et ne sait pas réellement s'en occuper même si l'on ressent bien qu'au fond d'elle, elle voudrait faire tellement plus. 

Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom est un de ces livres qui font du bien. Un livre avec des personnages simples mais particulièrement attachants, une histoire qui paraît simple aux premiers abords, mais délivre un véritable message et une belle leçon de vie. 

Un de ces livres qu'on lit en souriant du début à la fin et qui nous émeut même un peu avec des passages touchants pourtant si simples, mais qui nous parlent réellement, sur la vie, la famille ou encore l'espoir...

Après avoir lu ce livre, je me dis que Barbara Constantine a ce genre d'écriture apaisante et sensible qu'on aime lire pour se changer les idées, pour en tirer quelque chose de positif. Et c'est le cas avec ce roman et cette histoire, c'est un livre qui fait du bien.

N'attendez plus, Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom de Barbara Constantine est disponible aux Éditions le Livre de Poche

lundi 20 mai 2019

C'est lundi ! Je lis ça, et vous ?


Pour bien débuter cette nouvelle semaine, le lundi est l'occasion de faire le point sur ses lectures ! Alors rien de bien compliqué, le principe est simple, on parle de sa lecture passée, de sa lecture en cours et de sa lecture à venir.

Je vous dis ce que je lis, et vous faites de même, ok ? :)

J'ai terminé
L'hôtel du lac des ombres de Daniela Thully

Je suis en train de lire
Un petit grain de sable de Petra Hulsmann 

Je lirai ensuite
Je ne sais pas encore =) 

samedi 18 mai 2019

Flash-back chronique #1 : "Les petites filles" de Julie Ewa


Dans ce nouveau rendez-vous, et comme son nom peut le laisser entendre, j'ai décidé de vous proposer d'anciennes chroniques. Des chroniques que j'avais publiées il y a de cela plusieurs années avant d'écrire sur le blog, postées sur différentes plateformes. L'occasion de remettre en lumière des romans que j'ai appréciés, qui m'ont marqué ou qui méritent tout simplement d'être encore mis sur le devant de la scène...


Lorsque Lina s'envole pour la Chine, c'est dans le but d'y suivre une année scolaire, mais lors de son arrivée elle rencontre Thomas qui travaille pour une ONG. Celui-ci sait que la jeune femme est bénévole dans une association auprès d'enfants, et lui-même travaillant dans le cas de disparitions d'enfants, sait que cette cause la touchera. Rapidement, la jeune femme travaillera avec et pour lui, n'hésitant pas à aller dans un village reculé pour être au cœur même de cette sombre histoire qui ne fera qu'empirer.

Premier thriller de Julie Ewa, dès les premières pages, on est confronté à la politique de l'enfant unique en Chine et à ce qu'elle entraîne, ce qui sera un peu le fil rouge de ce roman.

Entre passé et présent, au fil des pages nous sommes confrontés à deux univers et à deux personnages différents. Avec Lina donc, cette jeune étudiante qui se trouvera bientôt au coeur d'une triste et sombre affaire et Sun Tang cette mère chinoise vivant en 1991. Nous suivons donc deux histoires, deux vies et deux parcours qui rapidement se mêleront.

Impossible de s'imaginer où va nous emmener Les petites filles, les premières pages m'ont presque sidéré même si il faut avouer que ce n'est que le reflet d'événements qui ont pu avoir lieu dans certains coins reculés de Chine. 

Avec l'arrivée de Lina dans ce village reculé, le livre prend la tournure d'un véritable thriller implacable. Un piège se referme presque sur elle, alors qu'elle enquête discrètement pour essayer d'en savoir plus sur cette histoire de disparitions d'enfants, tous ceux qui lui parlent plus ou moins sont éliminés un par un et malgré le danger qui règne autour d'elle, la jeune femme continue. Impossible de savoir qui se cache derrière tout cela, tout au long de la lecture le lecteur doute sur l'identité de l'assassin, se fait berner presque parfois en pensant avoir découvert le pot aux roses et quand la vérité éclate, c'est une grosse surprise !

Les petites filles est une réussite totale pour un premier roman. Entre l'écriture de Julie Ewa parfaitement maîtrisée et qui nous tient en haleine, le suspens du début à la fin du roman, le rythme soutenu grâce à l'alternance du passé et du présent, un environnement particulier et un sujet si délicat pourtant juste en font un thriller épatant ! Tout est présent pour que le lecteur se plonge totalement dans ce livre. 

Ce premier roman de Julie Ewa est pour moi une totale découverte et une jolie surprise de ce début d'année 2016. Je ne m'attendais pas à être touchée par l'histoire de Sun Tang et à être autant tenue en haleine par l'enquête que mène Lina. Au fil des chapitres, le roman gagne en intensité, l'histoire prend de l'ampleur encore et encore et que dire du final qui m'a complètement fait halluciner tellement je ne m'attendais pas à cela. Avec tout ça vous l'avez compris, Les petites filles est un roman à lire rapidement ! 

Les petites filles de Julie Ewa est notamment disponible aux Editions Albin Michel.

jeudi 16 mai 2019

"Les âmes englouties" de Susanne Jansson


À fin de recherche pour sa thèse, Nathalie retourne dans les tourbières de sa ville natale en Suède. Là-bas, elle ne peut ignorer tous les souvenirs douloureux de son enfance, les drames qui se sont joués dans cette fameuse tourbière et celui qui a bouleversé sa vie. Alors quand de nouveaux cadavres y sont retrouvés, une nouvelle enquête est lancée et bon nombre de secrets vont alors être déterrés.

Quelle couverture ! C'est celle-ci qui m'a tout de suite donné envie de découvrir son histoire et donc de plonger dans Les âmes englouties de Susanne Jansson.

En lisant le résumé de ce roman, je me suis dit que ce livre avait tout pour faire un parfait thriller qui allait me tenir en haleine. Ce ne fut hélas pas du tout le cas pour moi. Alors en effet, le retour de Nathalie dans les tourbières va remuer le passé, va être marqué par la découverte de nouveaux cadavres suite à une agression et remettre en lumière de vieilles histoires jamais résolues, mais l'intrigue qui va découler de tout cela m'a paru particulièrement longue et lente. L'enquête n'avance pas bien vite, même si Maya, une photographe qui travaille pour la police, va faire de nombreuses découvertes sur la tourbière et ses légendes, je me suis demandée plus d'une fois jusqu'où tout cela allait nous mener.

Au fil des chapitres on en apprend plus sur la tourbière et ses légendes, c'est là le seul point qui m'a paru intéressant de ce roman. L'enquête pour moi manque de rythme, manque de ce petit je ne sais quoi qui nous tient en haleine et fait qu'on n'arrive plus à lâcher un thriller au cours de notre lecture. Honnêtement ? Je me suis terriblement ennuyée durant cette lecture ! Je ne me voyais pas avancer dans l'intrigue, pataugeant dans la tourbière des Âmes englouties au fil des chapitres.

Même si l'histoire personnelle de Nathalie est plutôt intéressante, je n'ai pas réussi à m'attacher à celle-ci, ni à aucun autre personnage d'ailleurs. Je suis restée totalement détachée de chacun, n'ayant pas l'impression de prendre part à l'histoire et de rester simplement spectatrice. Quant au dénouement... même celui-ci n'a pas réussi à me convaincre malheureusement.

Bref, vous l'avez compris pour moi ce n'est pas une réussite, mais plutôt une grosse déception ! En revanche, j'ai lu beaucoup de très bon avis, beaucoup de belles critiques sur Babelio notamment, alors sûrement que c'est avec moi que l'histoire n'a pas pris. Alors quoi qu'il en soit, pour vous faire votre propre idée, il ne vous reste plus qu'à lire Les âmes englouties de Susanne Jansson !

Les âmes englouties de Susanne Jansson est disponible aux Presses de la Cité.

Merci à NetGalley & Presses de la Cité

5 mots en bref pour décrire ce livre :
tourbière
Suède
cadavres
passé
secrets.