lundi 20 mai 2019

C'est lundi ! Je lis ça, et vous ?


Pour bien débuter cette nouvelle semaine, le lundi est l'occasion de faire le point sur ses lectures ! Alors rien de bien compliqué, le principe est simple, on parle de sa lecture passée, de sa lecture en cours et de sa lecture à venir.

Je vous dis ce que je lis, et vous faites de même, ok ? :)

J'ai terminé
L'hôtel du lac des ombres de Daniela Thully

Je suis en train de lire
Un petit grain de sable de Petra Hulsmann 

Je lirai ensuite
Je ne sais pas encore =) 

samedi 18 mai 2019

Flash-back chronique #1 : "Les petites filles" de Julie Ewa


Dans ce nouveau rendez-vous, et comme son nom peut le laisser entendre, j'ai décidé de vous proposer d'anciennes chroniques. Des chroniques que j'avais publiées il y a de cela plusieurs années avant d'écrire sur le blog, postées sur différentes plateformes. L'occasion de remettre en lumière des romans que j'ai appréciés, qui m'ont marqué ou qui méritent tout simplement d'être encore mis sur le devant de la scène...


Lorsque Lina s'envole pour la Chine, c'est dans le but d'y suivre une année scolaire, mais lors de son arrivée elle rencontre Thomas qui travaille pour une ONG. Celui-ci sait que la jeune femme est bénévole dans une association auprès d'enfants, et lui-même travaillant dans le cas de disparitions d'enfants, sait que cette cause la touchera. Rapidement, la jeune femme travaillera avec et pour lui, n'hésitant pas à aller dans un village reculé pour être au cœur même de cette sombre histoire qui ne fera qu'empirer.

Premier thriller de Julie Ewa, dès les premières pages, on est confronté à la politique de l'enfant unique en Chine et à ce qu'elle entraîne, ce qui sera un peu le fil rouge de ce roman.

Entre passé et présent, au fil des pages nous sommes confrontés à deux univers et à deux personnages différents. Avec Lina donc, cette jeune étudiante qui se trouvera bientôt au coeur d'une triste et sombre affaire et Sun Tang cette mère chinoise vivant en 1991. Nous suivons donc deux histoires, deux vies et deux parcours qui rapidement se mêleront.

Impossible de s'imaginer où va nous emmener Les petites filles, les premières pages m'ont presque sidéré même si il faut avouer que ce n'est que le reflet d'événements qui ont pu avoir lieu dans certains coins reculés de Chine. 

Avec l'arrivée de Lina dans ce village reculé, le livre prend la tournure d'un véritable thriller implacable. Un piège se referme presque sur elle, alors qu'elle enquête discrètement pour essayer d'en savoir plus sur cette histoire de disparitions d'enfants, tous ceux qui lui parlent plus ou moins sont éliminés un par un et malgré le danger qui règne autour d'elle, la jeune femme continue. Impossible de savoir qui se cache derrière tout cela, tout au long de la lecture le lecteur doute sur l'identité de l'assassin, se fait berner presque parfois en pensant avoir découvert le pot aux roses et quand la vérité éclate, c'est une grosse surprise !

Les petites filles est une réussite totale pour un premier roman. Entre l'écriture de Julie Ewa parfaitement maîtrisée et qui nous tient en haleine, le suspens du début à la fin du roman, le rythme soutenu grâce à l'alternance du passé et du présent, un environnement particulier et un sujet si délicat pourtant juste en font un thriller épatant ! Tout est présent pour que le lecteur se plonge totalement dans ce livre. 

Ce premier roman de Julie Ewa est pour moi une totale découverte et une jolie surprise de ce début d'année 2016. Je ne m'attendais pas à être touchée par l'histoire de Sun Tang et à être autant tenue en haleine par l'enquête que mène Lina. Au fil des chapitres, le roman gagne en intensité, l'histoire prend de l'ampleur encore et encore et que dire du final qui m'a complètement fait halluciner tellement je ne m'attendais pas à cela. Avec tout ça vous l'avez compris, Les petites filles est un roman à lire rapidement ! 

Les petites filles de Julie Ewa est notamment disponible aux Editions Albin Michel.

jeudi 16 mai 2019

"Les âmes englouties" de Susanne Jansson


À fin de recherche pour sa thèse, Nathalie retourne dans les tourbières de sa ville natale en Suède. Là-bas, elle ne peut ignorer tous les souvenirs douloureux de son enfance, les drames qui se sont joués dans cette fameuse tourbière et celui qui a bouleversé sa vie. Alors quand de nouveaux cadavres y sont retrouvés, une nouvelle enquête est lancée et bon nombre de secrets vont alors être déterrés.

Quelle couverture ! C'est celle-ci qui m'a tout de suite donné envie de découvrir son histoire et donc de plonger dans Les âmes englouties de Susanne Jansson.

En lisant le résumé de ce roman, je me suis dit que ce livre avait tout pour faire un parfait thriller qui allait me tenir en haleine. Ce ne fut hélas pas du tout le cas pour moi. Alors en effet, le retour de Nathalie dans les tourbières va remuer le passé, va être marqué par la découverte de nouveaux cadavres suite à une agression et remettre en lumière de vieilles histoires jamais résolues, mais l'intrigue qui va découler de tout cela m'a paru particulièrement longue et lente. L'enquête n'avance pas bien vite, même si Maya, une photographe qui travaille pour la police, va faire de nombreuses découvertes sur la tourbière et ses légendes, je me suis demandée plus d'une fois jusqu'où tout cela allait nous mener.

Au fil des chapitres on en apprend plus sur la tourbière et ses légendes, c'est là le seul point qui m'a paru intéressant de ce roman. L'enquête pour moi manque de rythme, manque de ce petit je ne sais quoi qui nous tient en haleine et fait qu'on n'arrive plus à lâcher un thriller au cours de notre lecture. Honnêtement ? Je me suis terriblement ennuyée durant cette lecture ! Je ne me voyais pas avancer dans l'intrigue, pataugeant dans la tourbière des Âmes englouties au fil des chapitres.

Même si l'histoire personnelle de Nathalie est plutôt intéressante, je n'ai pas réussi à m'attacher à celle-ci, ni à aucun autre personnage d'ailleurs. Je suis restée totalement détachée de chacun, n'ayant pas l'impression de prendre part à l'histoire et de rester simplement spectatrice. Quant au dénouement... même celui-ci n'a pas réussi à me convaincre malheureusement.

Bref, vous l'avez compris pour moi ce n'est pas une réussite, mais plutôt une grosse déception ! En revanche, j'ai lu beaucoup de très bon avis, beaucoup de belles critiques sur Babelio notamment, alors sûrement que c'est avec moi que l'histoire n'a pas pris. Alors quoi qu'il en soit, pour vous faire votre propre idée, il ne vous reste plus qu'à lire Les âmes englouties de Susanne Jansson !

Les âmes englouties de Susanne Jansson est disponible aux Presses de la Cité.

Merci à NetGalley & Presses de la Cité

5 mots en bref pour décrire ce livre :
tourbière
Suède
cadavres
passé
secrets.

"Les coeurs aimants" de Anne Plichota & Cendrine Wolf


Dana ne supporte pas son corps, n'ose pas se regarder dans un miroir et ne réussit pas à s'aimer. Au centre médical, elle doit apprendre tout cela, et apprendre à vaincre ses troubles alimentaires. Là-bas, elle y rencontre Cobalt un jeune homme qui n'a pas froid aux yeux, un séducteur qui est au centre médical, lui, pour sa consommation de cannabis. De manière inattendue un lien va se créer entre eux, et chacun va alors apporter à l'autre une aide qu'il n'espérait pas.

Je lis en général très peu de romans qui sont "catégorisés" pour un public de jeunes adultes, mais le résumé des Cœurs aimants d'Anne Plichota et Cendrine Wolf a fait que je me suis de suite intéressée à ce titre.

Dana et Cobalt sont deux jeunes actuellement dans un centre médical afin de lutter chacun contre leur propre démon. Pour elle, les troubles alimentaires, pour lui, sa consommation excessive de cannabis. Dès leur rencontre, on est bien conscient qu'ils ont très peu en commun, mais pourtant un lien se crée, un lien très fort d'ailleurs qui va aussi bien les rapprocher, mais aussi les aider à s'accepter.

Les cœurs aimants est un roman beaucoup plus profond qu'on ne peut le penser au début. Ce titre avec ses protagonistes aborde vraiment les thèmes comme les troubles alimentaires, l'acceptation de soi, la consommation de cannabis ou encore, sujet plus léger, les premiers émois. Les personnages sont forts, que ce soit Dana ou Cobalt, ils ont chacun une personnalité bien définie et qui marque chacune à leur manière. Bien que plutôt surprenant au début, leur lien finalement finit par être quelque chose d'attendue, de logique même et qu'on apprécie.

Histoire aussi de premier amour, Les cœurs aimants aborde avec beaucoup de sensualité, les premiers rapports, les jalousies ou encore la découverte de soi et de son corps. Dana apprend à lâcher prise, à accepter ce corps qu'elle répugne tant et à accepter d'être belle aux yeux des autres. Ce n'est pas chose aisée de s'aimer soi-même, de s'accepter avec ses défauts, et chacun à sa façon rencontre des problèmes avec soi. Et à côté de cela, il y a cette romance qui se crée entre nos deux personnages, une douce histoire d'amour finalement qui apporte un peu de lumière.

Anne Plichota et Cendrine Wolf offrent une écriture sensible, simple mais juste. À travers cette histoire, elles abordent bon nombre de sujets qui parlent à tous, et qui se doivent d'être abordé dans les livres. On se laisse porter par l'histoire, s'attachant à Dana et Cobalt, souhaitant que chacun puisse quitter le centre médical et laissant derrière ce pour quoi il y était.

Les cœurs aimants est un roman qui m'a surpris, il m'a surpris parce que je l'ai beaucoup apprécié. J'ai trouvé l'histoire vraiment bien maîtrisée, les sujets abordés avec une grande justesse et un tact et je pense que ce roman devrait plaire à bon nombre d'adolescents et de jeunes adultes qui ont parfois besoin de savoir comment s'accepter soi-même. Par la même occasion parler de troubles alimentaires est parfois nécessaire et ce n'est pas un tabou, alors avec l'histoire de Dana, c'est aussi l'occasion de mettre la lumière sur cela. Un roman que je conseille.

Les cœurs aimants d'Anne Plichota et Cendrine Wolf est disponible chez XO Éditions.

Merci à NetGalley & XO.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
adolescents
troubles alimentaires
acceptation de soi
romance
sensibilité.

mercredi 15 mai 2019

"Toutes les couleurs de la nuit" de Karine Lambert


Pour Vincent, le diagnostic est terrible, dans trois semaines, il aura totalement perdu la vue. Pour ce prof de tennis de trente-cinq ans, c'est le choc. Tout commence alors peu à peu à s'éteindre autour de lui, tout devient flou, Vincent part alors à la campagne pour essayer de trouver refuge loin des autres et essayer de s'adapter à sa nouvelle vie.

Karine Lambert est une auteure que j'avais déjà lue précédemment avec les titres L'immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes et Eh bien dansons maintenant ! Je n'ai donc pas pu résister à découvrir ce tout nouveau roman Toutes les couleurs de la nuit...

Comment réagirions-nous si on apprenait que dans trois semaines, nous perdions la vue ? Et bien, c'est ce qui arrive à Vincent, une simple consultation bouleverse à jamais sa vie. Il n'a plus que trois semaines pour se faire à l'idée qu'il va perdre définitivement la vue, trois semaines avant que toute sa vie soit bousculée.

"Que devient-on quand ce qui fait sens à notre existence disparaît brutalement ?"

Le livre s'ouvre sur cette scène, celle où Vincent, le personnage principal, apprend cette terrible nouvelle, donc dès les premières pages nous sommes plongés dans l'histoire. S'ensuivent alors les jours où sa vue baisse peu à peu, où Vincent prend plusieurs décisions radicales concernant son travail et son quotidien, il quitte tout pour aller s'enfermer seule à la campagne. On suit tout cela avec lui, on subit avec lui ce changement brutal dans sa vie, on partage avec lui les multiples sentiments qui l'envahissent.

Toutes les couleurs de la nuit, c'est l'histoire d'un homme qui perd tout en perdant la vue, et qui doit tout réapprendre. Avec Vincent, nous passons par le déni, la colère, le dégoût, la peine et l'acceptation. On se cogne avec lui quand celui-ci perd tous ses repères, on se sent bouleversé avec lui quand le noir s'abat sur lui, on partage vraiment tout avec ce personnage au fil des pages.

"Mes repères ont explosé, mais je commence à en construire d'autres."

Le thème de la cécité est donc au cœur de l'histoire de ce roman, le fait de devoir complètement réapprendre à vivre, à trouver de nouveaux repères, à se créer une nouvelle vie même. Les multiples sentiments soulignés plus haut, sont abordés avec justesse et surtout beaucoup de vérité. On ne s'imagine pas un seul instant à la place de Vincent, on n'ose imaginer quelle serait même notre réaction, mais on se plonge totalement dans cette histoire nous attachant fortement à ce personnage.

Karine Lambert livre un roman profondément touchant et humain. Avec beaucoup de délicatesse et de justesse, l'auteure livre avec Vincent une histoire presque bouleversante. Tout est un nouvel apprentissage pour lui, tout est nouveau, l'auteure nous partage tout cela sans jamais sombrer dans le négatif, mais toujours en essayant de faire que Vincent se relève et y trouve quelque chose de positif. L'auteure montre finalement que dans chaque épreuve, même les plus difficiles, on peut toujours finir par (re)trouver la lumière...

Toutes les couleurs de la nuit est un roman que j'ai vraiment beaucoup apprécié. Quel plaisir de retrouver l'écriture de Karine Lambert ! De retrouver avec quelle justesse l'auteure aborde bon nombre de sentiments, et avec quelle délicatesse elle parle de sujet délicat. J'ai dévoré ce roman, ayant l'impression de véritablement accompagner Vincent dans cette terrible épreuve et de refermer ce roman en ayant le sentiment de le laisser prendre tranquillement son envol... Une très belle lecture que je vous conseille vivement !

Toutes les couleurs de la nuit de Karine Lambert est disponible aux Editions Calmann-Lévy.

Merci à NetGalley & Calmann-Lévy

5 mots en bref pour décrire ce livre :
bouleversement
cécité
quotidien
épreuves
apprentissage.

"L'expérience de la pluie" de Clélie Avit


Camille et son fils de 6 ans Arthur vivent dans une véritable bulle. Atteints tous les deux du syndrome Asperger, Camille fait tout pour les protéger du bruit, des violences, des autres, afin d'éviter toute situation imprévue qui pourrait les blesser profondément. Un soir, Aurélien croise leur route, lui, qui est en quête du vrai, va voir dans ce duo mère/fils tout ce qui lui semblait inatteignable. La rencontre entre ces trois personnages pourra t'elle se faire sans heurts ?

De Clélie Avit j'avais adoré il y a de cela quelques années son roman Je suis là. Quand j'ai découvert sa nouvelle parution, intitulée donc L'expérience de la pluie je suis tombée sous le charme de son résumé et me suis alors empressée de me plonger dedans.

Camille, Arthur et Aurélien sont donc les trois personnages principaux de ce roman. Le duo mère fils formé par Camille et Arthur est véritablement fusionnel et fort, tous deux atteints d'Asperger forment un duo qui se protège l'un l'autre face aux dangers des autres et du monde extérieur à leur bulle. Aurélien quant à lui vit un quotidien plutôt terne, jusqu'au jour où il fait alors leur rencontre.

L'expérience de la pluie est un magnifique roman ! L'histoire, les personnages, la sensibilité qui se dégage des pages, tout nous touche et nous happe. Camille et Arthur sont des personnages comme on en croise rarement, de par leur autisme et hypersensibilité certes, mais par tout ce qu'ils ont alors mis en place autour d'eux pour se protéger. On entre dans leur bulle avec cette histoire, on apprend à décoder toutes les petites astuces qu'ils ont mis entre eux pour se parler et se comprendre, et puis il y a l'arrivée inattendue d'Aurélien dans leur vie qui vient tout chambouler.

Au fil des pages, on suit alors tantôt Aurélien, tantôt Camille dans leur histoire. On découvre alors tout ce que le jeune homme met doucement en œuvre afin d'essayer d'apprivoiser mère et fils, mais aussi tout ce que Camille essaie de surpasser pour se laisser approcher par ce dernier. Avec beaucoup de tendresse et de sensibilité, L'expérience de la pluie nous offre une vision de l'autisme sans sombrer dans les clichés très connus, mais au contraire avec beaucoup d'empathie et de douceur.

Clélie Avit offre avec L'expérience de la pluie un roman enchanteur, presque une invitation au voyage. Avec tendresse, douceur, empathie et bienveillance, l'auteure aborde le sujet tant difficile de l'autisme avec l'histoire de Camille et Arthur. On se plonge totalement dans les pages de ce roman, on s'attache inévitablement à notre trio de personnages et on est plus d'une fois touché par l'histoire de chacun d'eux. On est dans le vrai avec cette histoire, les vrais sentiments, les vraies douleurs, les vrais échecs, les vraies expériences de la vie.

J'ai vraiment beaucoup aimé ce roman. Je me suis vraiment laissée porter par l'écriture de Clélie Avit au fil des pages et de son histoire. Sans jamais sombrer dans le pathos ou les clichés, l'auteure nous offre un regard sur l'autisme et ce qu'il est au quotidien pour ceux qui le vivent avec douceur et pudeur. Une vraie jolie parenthèse lecture qui nous touche et on n'oubliera pas de sitôt Arthur dans son joli ciré jaune...

L'expérience de la pluie de Clélie Avit est disponible aux Editions Plon.

Merci à NetGalley & Plon

5 mots en bref pour décrire ce livre :
syndrome d'Asperger
quotidien
les autres
rencontre
apprivoiser.

mardi 14 mai 2019

"Une bière in the Loire" de Tommy Barnes


Lassé de son travail à Londres, Tommy Barnes décide un jour de tout quitter et de venir s'installer en France pour réaliser son rêve d'ouvrir une brasserie artisanale. Mais lui qui n'y connaît absolument rien, va alors enchaîner les échecs et les mésaventures, voir ses perspectives de vente stagner au point zéro et subir les affres de son chien Burt. Heureusement, Tommy va être porté par son amour pour la France, soutenu par ses voisins et drogué au croissant au beurre pour essayer de réaliser son rêve.

C'est la couverture d'Une bière in the Loire de Tommy Barnes qui m'a d'abord attiré, et son résumé a finit de me convaincre et à me donner envie de découvrir ce livre.

Livre témoignage, Une bière in the Loire est donc l'histoire de Tommy Barnes lorsque celui-ci décide de s'installer en France pour brasser sa propre bière. Après avoir tout quitté, pour lui, c'est un nouveau départ afin de réaliser son rêve. Mais Tommy ne connaît rien dans l'art de brasser la bière et apprend sur le tas les différents mélanges à faire, digne parfois d'expériences chimiques, les affres de l'administration française et les toutes les étapes à suivre pour réussir son business. Une véritable aventure finalement !

Ce livre est un témoignage porté par un sacré humour british, je le dis de suite Tommy Barnes est un sacré personnage ! Entre les mésaventures pour créer ses bières, les plans diaboliques de Burt son chien pour le tuer (oui le tuer, vous avez bien lu !) et ses idées parfois loufoques, on se demande bien s'il va réellement réussir à créer sa brasserie artisanale. Mais à côté de tout cela, il y a aussi la ténacité de ce dernier à ne rien lâcher pour y parvenir, ses échecs qui ne l'empêcheront jamais de se relever et d'essayer encore et toujours, mais aussi le soutien qui lui apportent ses nouveaux voisins et amis pour parvenir à ses fins.

Une bière in the Loire est un livre qui se lit assez rapidement. C'est sympathique, ça change un peu de ce que je lis habituellement moi qui lit vraiment très rarement de témoignages, et c'est assez original. Chaque chapitre commence par une recette de bière testée, faisant finalement reflet à ce qui nous attend dans celui-ci, et entre l'humour british de Tommy Barnes et toutes ses aventures et mésaventures, on s'amuse assez finalement. En refermant ce livre, nous avons finalement un petit sourire aux lèvres de voir Tommy réussir son projet, et puis qui sait en passant du côté de l'Indre-et-Loire peut-être irons-nous un jour déguster ses fameuses bières...

Une bière in the Loire de Tommy Barnes est disponible aux Éditions Michel Lafon.

Merci à NetGalley & Michel Lafon.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
reconversion
Anglais
bière
tests
humour.

"Un été dans les Hamptons" de Sarah Morgan


Félicity a toujours mis un point d'honneur à ne pas retomber sur l'homme qui lui a brisé le coeur il y a dix ans. Lorsqu'elle tombe nez à nez avec celui-ci en plein New-York, elle décide alors de se réfugier dans les Hamptons quelque temps. Mais Seth, vit lui dans les Hamptons alors leur route va de nouveau se croiser et ce plus d'une fois. Felicity va t'elle alors passer sa vie à fuir ?

Sarah Morgan est une des auteures de romance que je préfère, et cela faisait un petit moment que je n'avais pas lu l'un de ses titres. Alors je me suis plongée dernièrement avec plaisir dans Un été dans les Hamptons.

C'est au tour de Felicity d'être au coeur de ce roman, la jeune femme hyperactive est sous le choc après avoir revu Seth l'homme qui lui a brisé le coeur il y a dix ans. Alors fuir dans les Hamptons pour s'occuper de sa grand-mère semble être pour elle la solution idéale, mais bien entendu tout ne se passera pas comme prévu...

Dans ce nouveau roman de Sarah Morgan, on y retrouve des personnages croisés dans les précédents livres de sa série, et c'est avec plaisir que cette fois-ci, on suit donc plus attentivement Felicity. Pour la jeune femme, c'est se retrouver face à un ancien amour profond et marquant qui l'a bouleversé, c'est faire un choix entre fuir ou enfin affronter ses anciens démons. 

Dès les premières pages on plonge complètement dans l'histoire d'Un été dans les Hamptons, on est charmé de suite par l'écriture de Sarah Morgan que l'on retrouve avec délice. L'auteure a toujours cette écriture douce et tellement appréciable de réussir à parler d'amour, d'amitié et de choix avec délicatesse, mais aussi avec une pointe d'humour, à faire en sorte qu'on s'attache véritablement à chacun des personnages et qu'on partage réellement avec eux une part de leur vie.

Une fois de plus, j'ai adoré ce titre de Sarah Morgan, je me dis que jamais je ne me lasserais de son écriture et des romans qu'elle propose. Alors pour les amateurs du genre, il vous faut absolument découvrir ce qu'elle écrit si ce n'est pas encore le cas...

"Tout ce qui est beau et important dans la vie implique presque toujours une prise de risque. Et l'amour en fait partie. Même s'il nous met en danger, il nous enrichit, nous fait grandir et nous rend plus humains."

Un été dans les Hamptons de Sarah Morgan est disponible aux Editions Harlequin.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
Hamptons
amour
fuite
amitié
seconde chance.

lundi 13 mai 2019

C'est lundi ! Je lis ça, et vous ?


Pour bien débuter cette nouvelle semaine, le lundi est l'occasion de faire le point sur ses lectures ! Alors rien de bien compliqué, le principe est simple, on parle de sa lecture passée, de sa lecture en cours et de sa lecture à venir.

Je vous dis ce que je lis, et vous faites de même, ok ? :)

J'ai terminé
L'hôtel du lac des ombres de Daniela Thully

Je suis en train de lire
Un petit grain de sable de Petra Hulsmann 

Je lirai ensuite
Je ne sais pas encore =) 

jeudi 9 mai 2019

"Avec des Si et des Peut-être" de Carène Ponte


Maxine prof de français au lycée vit en colocation avec son amie Claudia. Elle qui aime Flaubert ou encore aller chez le dentiste, enfin ce dernier point parce que son dentiste, c'est sa sœur, croit beaucoup aux signes du destin ou encore aux messages de l'Univers. Mais Maxine ne peut s'empêcher à chaque décision ou choix de penser "et si" ou "peut-être".

Carène Ponte est une auteure dont je vous ai déjà parlé sur le blog, rappelez-vous il y a eu Un merci de trop dont je vous parlais juste ici et Tu as promis que tu vivrais pour moi qui avait été un énorme coup de cœur dont je vous parlais là. Aujourd'hui c'est au tour de son roman Avec des Si et des Peut-être d'être mis en lumière sur le blog !

Maxine est donc le personnage central de ce roman. Jeune femme pétillante, elle ne peut s'empêcher de toujours imaginer mille et un scénario, "et si j'avais... et si j'étais... peut-être que...", pour la moindre décision. Alors quand un coup du destin lui permet de vivre ses "et si" tout est remis en question.

"Je ne vois pas en quoi c'est mal d'avoir envie de savoir où on en serait si on avait fait d'autres choix. Des tas de gens voudraient savoir, des tas ! Sauf que moi, je le vis. Et que je ne sais ni comment, ni pourquoi, ni si c'est définitif."

Avec des Si et des Peut-être est un vrai roman feel-good comme on les aime ! En se plongeant dans ce roman, on se plonge dans une vraie bonne bouffée d'oxygène. Maxime est un personnage attachant, mais aussi une jeune femme pleine d'humour et de charme. On partage vraiment un moment avec elle, et quel moment, celui où tout ses "et si..." deviennent réalité !

Avec ce roman, c'est l'occasion de voir ce que nos multiples doutes peuvent donner, de montrer que nos imaginations et tous les scénarios que celles-ci peuvent créer, peuvent parfois nous empoisonner rapidement l'existence plutôt que de nous apporter des réponses. L'histoire de Maxine finalement, c'est l'histoire type pour montrer qu'il vaut mieux vivre l'instant présent, réussir à se contenter de ce que l'on a et surtout profiter de chaque moment et de chacun.

J'ai retrouvé avec plaisir l'écriture de Carène Ponte, une écriture douce, délicate, mais aussi teintée de beaucoup d'humour. L'auteure parle toujours avec tendresse et justesse d'amitié, de la vie, ou d'amour. Avec des Si et des Peut-être est un roman pétillant, doux et acidulé à la fois qui offre un vrai bon moment de lecture, idéal pour se faire plaisir , sourire, et même rire. Et puis c'est un livre qui fait du bien, parce que finalement, Maxine nous prouve bien que oui avec "des si" et des "peut-être" tout pour arriver, mais pas forcément pour le meilleur...

Je ne peux que vous conseiller, comme toujours, de lire ce roman de Carène Ponte ! Avec des Si et des Peut-être est un délicieux roman qui m'a coupé de tout le reste durant quelques douces heures de lecture. L'auteure réussi toujours à me toucher, me faire sourire, et même ici rire puisque plus d'une fois Maxime m'a fait penser à moi à travers certaines de ses réflexions. Bref, faites vous plaisir et dévorez rapidement ce roman !

"Avec des si et des peut-être, les chiens porteraient des baskets."

Avec des Si et des Peut-être de Carène Ponte est disponible chez Michel Lafon et maintenant aussi chez Pocket !

5 mots en bref pour décrire ce livre :
douceur
plaisir
peut-être
scénario
quotidien.

Bilan livresque #28 : avril 2019


Il n'est jamais trop tard pour vous faire un retour sur mes lectures du mois d'avril, alors c'est parti !

Résultat d'avril : 16 livres lus ! Un peu moins de lecture durant ce mois d'avril par rapport à d'habitude, j'avoue que certains romans m'ont fait un peu traîner la patte ne m'emballant pas vraiment plus que cela... Parmi ces romans, des livres qui sortent de la PAL, des nouveautés ou encore des emprunts médiathèque, autant dire un peu de tout !


Retour sur les livres lus :
  • Valentine ou la belle saison de Anne-Laure Bondoux
  • Fais-moi taire si tu peux de Sophie Jomain
  • Dans la brume écarlate de Nicolas Lebel **
  • Si tu m'oublies de Tonie Behar
  • Pour le bien de tous de Laurent Scalese 
  • La tresse de Laetitia Colombani
  • L'expérience de la pluie de Clélie Avit
  • Ils étaient vingt et cent de Stanislas Petrosky
  • L'odeur de la colle en pot de Adèle Bréau
  • J'ai dû réver trop fort de Michel Bussi
  • Toutes les couleurs de la nuit de Karine Lambert
  • Toute la ville en parle de Fannie Flagg
  • Une bière in The Loire de Tommy Barnes
  • La danse du temps de Anne Tyler **
  • Miss Cyclone de Valérie Peyrin
  • Tous pour elle de Laurent Malot **

Cette fois-ci pas de coup de coeur à proprement parler, mais plusieurs titres que j'ai néanmoins beaucoup apprécié comme Si tu m'oublies de Tonie Behar, L'expérience de la pluie de Clélie Avit, Ils étaient vingt et cent de Stanislas Petrosky, L'odeur de la colle en pot de Adèle Bréau ou encore Toutes les couleurs de la nuit de Karine Lambert.

En attendant de se retrouver le mois prochain pour le bilan habituel, je peux déjà vous dire que le mois de mai commence bien avec de très jolies lectures déjà...


A bientôt
&
bonnes lectures 
=)

mercredi 8 mai 2019

"In Flames" d'Abbi Glines


Nan a pour réputation d'être égoïste, peste ou encore capricieuse. Cette réputation n'est pour elle qu'une carapace, car derrière tout cela se cache tout simplement une jeune femme qui a besoin d'amour. Même si celle-ci passe du bon temps avec Major, ce n'est plus suffisant pour elle, alors quand elle rencontre le mystérieux Gannon, il se pourrait bien que son cœur balance entre les deux...

In Flames fait partie de la série Rosemary Beach d'Abbi Glines, série que je l'avoue, je n'ai pas lu en entier, mais que j'ai découvert avec quelques romans au fil du temps.

C'est au tour de Nan d'être au centre de ce roman, de découvrir un peu plus cette jeune femme qui se cache finalement derrière une solide carapace. Elle ne rêve finalement que d'aimer et d'être aimée, et quand l'amour finit par pointer le bout de son nez, les multiples hésitations font aussi leur apparition.

Dans ce roman-ci, l'amour est bien entendu toujours au rendez-vous, c'est un peu l'élément central de chaque titre d'Abbi Glines. Cette fois-ci, le cœur hésite entre deux personnages, les doutes s'installent et tout n'est pas toujours si rose qu'on le croit. Alors qu'on découvre de plus en plus la vraie Nan, on découvre aussi que Major et Gannon cachent bien des choses. L'histoire ne sera pas simple, des machinations se mettent en place, des doutes s'installent entre chacun, mais alors l'histoire de Nan aura t'elle une belle fin ?

Je dois bien avouer que In Flames m'a moins charmé que les précédents titres que j'ai pu lire de l'auteure. Dans celui-ci, tout était joué d'avance pour moi, j'avais l'impression que l'issue de l'histoire se voyait comme le nez au milieu de la figure. Du coup, même si c'est toujours un plaisir de retrouver l'écriture d'Abbi Glines que je trouve toujours aussi belle et maîtrisée, In Flames m'a presque laissé de marbre. Je n'ai pas forcément réussi à m'attacher plus que cela aux différents personnages, étant parfois lassée de certaines réflexions de l'un ou de l'autre... Bref, c'est dommage parce que je m'attendais vraiment à adorer ce titre comme les autres, mais hélas, ce ne fut pas le cas. Alors peut-être, aurais-je du lire tous les titres de Rosemary Beach pour l'apprécier totalement ? Peut-être.... 

In Flames d'Abbi Glines est disponible chez &moi.

mardi 7 mai 2019

"Les yeux couleur de pluie" / "Entre mes doigts coule le sable" / "De battre la chamade" de Sophie Tal Men


Marie-Lou, étudiante en médecine, est une jeune femme qui quitte sa Savoie natale pour Brest afin d'y poursuivre ses études. Entre les multiples rencontres, son histoire d'amour avec Matthieu, ses divers stages dans les différentes unités de médecine ou encore les apéros au « Gobe-mouches », son quotidien n'est pas de tout repos et les péripéties ne sont jamais bien loin.

Les yeux couleur de pluie, Entre mes doigts coule le sable et De battre la chamade sont trois romans qui forment la saga Marie-Lou (enfin le nom que je lui donne pour être exacte) de l'auteure Sophie Tal Men et j'ai décidé, pour une fois d'en parler dans une chronique générale.

J'avais lu Les yeux couleur de pluie à sa parution il y a déjà quelques années puisque ce roman est paru en 2016, et récemment j'ai pu poursuivre la lecture de l'histoire de Marie-Lou en empruntant les autres titres à la médiathèque.

Ces livres sont donc l'histoire de Marie-Lou une jeune interne en médecine qui s'installe à Brest pour poursuivre ses études, nous allons alors la suivre durant un moment et suivre également son quotidien entre les gardes à l'hôpital et ses amours et amitiés. Jeune femme attachante, dès le début nous apprécions Marie-Lou qui est pétillante, mais aussi studieuse et attentive aux autres. 

Chaque roman est l'occasion d'un nouveau stage, d'une nouvelle intrigue, mais c'est aussi l'occasion de la découvrir un peu plus et de la voir peu à peu s'épanouir avec Matthieu. Que ce soit dans Les yeux couleur de pluie, Entre mes doigts coule le sable ou De battre la chamade une chose est sure, on ne s'ennuie jamais ! 

Chaque titre se dévore, nous fait sourire, nous rend un peu plus attaché à Marie-Lou et Matthieu. Le monde hospitalier dans lequel évolue notre héroïne est très présent bien entendu, mais surtout très intéressant. J'ai pris plaisir à la suivre dans ses divers stages, à la voir évoluer aussi dans ce domaine professionnel. Mais à côté de cela, c'est aussi une histoire d'amitié et d'amour, de sentiments qui évoluent et grandissent au fil du temps, de rencontres qui embellissent le quotidien.

Sophie Tal Men offre une saga qu'il vaut vraiment le coup de découvrir. Ces trois romans sont plaisants à lire, on prend beaucoup de plaisir à suivre chacun des personnages, on a l'impression que chacun d'entre eux devient finalement un peu notre ami. L'auteure avec une écriture douce, légère et tendre réussit à nous charmer dès les premières pages, à faire qu'on en redemande toujours et qu'à la toute dernière page, on referme avec regret son roman.

Pour moi, Les yeux couleur de pluie, Entre mes doigts coule le sable et De battre la chamade sont des romans que j'ai vraiment adoré lire ! Je les ai tous les trois dévoré, prenant à chaque fois toujours autant de plaisir. Surtout, à chaque fois que je lis Sophie Tal Men, j'ai terriblement envie de retourner en Bretagne ! L'auteure nous en parle si bien, nous laissant facilement imaginer les vagues qui déferlent sur les si belles plages de Bénodet... Bref, pour moi, c'est une totale réussite et je vous recommande chaudement de lire ces trois romans et puis... d'aller aussi faire un tour en Bretagne aussi par la même occasion.

Les yeux couleur de pluie, Entre mes doigts coule le sable et De battre la chamade de Sophie Tal Men sont notamment disponible chez Albin Michel.

5 mots en bref pour décrire ces romans :
Bretagne
médecine
amour
amitié
sentiments

lundi 6 mai 2019

1 · 2 · 3... ce mois-ci, je les lis


Et si je vous montrais trois titres que je lirais ce mois-ci ? C'est l'idée de ce rendez-vous. Même si ma liste de lecture évoluera au fil des jours, une chose est sûre, je lirais à coup sûr ces trois romans que je vous présente déjà.

Pour ce mois de mai, trois nouveaux romans sont mis à l'honneur dans cet article, trois romans que je lirais donc forcément ! Il y a une nouveauté avec Celui qui reste de Rhiannon Navin et deux titres que je sors de ma PAL avec La ballade de Cass Wheeler de Laura Barnett et Une seconde chance de Dani Atkins.



Celui qui reste de Rhiannon Navin

Caché dans le placard de sa salle de classe avec ses camarades et sa maîtresse, Zach Taylor, le narrateur, entend des coups de feu dans le couloir de son école. Ce n’est pas la première fois qu’ils pratiquent cet exercice de confinement, mais cette fois, cela n’a rien d’un jeu. Un adolescent armé a pénétré dans l’école et, en quelques minutes, abat dix-neuf personnes, bouleversant à tout jamais le destin de la petite communauté . Et parmi les victimes, il y a le frère aîné de Zach.Alors que la mère de Zach veut poursuivre en justice les parents du tueur, les tenant pour responsables des actes de leur fils, Zach se retranche dans un monde peuplé de livres et de dessins. Doué d'intuitions, de l'optimisme et de la  détermination propres aux enfants, il décide d’aider ses proches à redécouvrir l’amour et la compassion, des vérités universelles dont ils ont besoin pour surmonter cette terrible épreuve.Traduit de l'anglais par Carole Delporte 
_____

La ballade de Cass Wheeler de Laura Barnett 

Cass Wheeler, chanteuse et auteur-compositeur, a connu un immense succès au début des années 1970 grâce à ses ballades à la guitare, avant de disparaître mystérieusement de la scène artistique.

Des années plus tard, Cass décide de retourner dans le studio de musique accolé à sa maison. En une journée, à la fois terriblement ordinaire et complètement extraordinaire, elle va choisir seize chansons parmi les centaines écrites au cours de sa carrière, et créer un album de ses plus beaux titres. Chacune des mélodies, liée à une époque et un instant, va plonger Cass dans les souvenirs et l’amener à retracer, au fil des décennies, les joies et les épreuves qui ont jalonné son existence.

Peu à peu, se dessine le portrait bouleversant d’une femme libre, tout à la fois fille, mère, amante et artiste.

_____

Une seconde chance de Dani Atkins

Après son accident, plus rien n’a été comme avant. Cinq ans ont passé, la vie de Rachel est chaotique. Seule dans un minuscule appartement, elle survit grâce à un travail qui est loin d’être passionnant. Rongée par la culpabilité consécutive à la mort de son meilleur ami, Rachel donnerait tout pour revenir en arrière. Ce qui est impossible, n’est-ce pas ?

Après son accident, tout s’est arrangé. Cinq ans ont passé, Rachel est comblée. Elle a un fiancé merveilleux, une famille aimante, des amis géniaux et la carrière dont elle avait toujours rêvé. Mais pourquoi donc n’arrive-t-elle pas à se détacher des souvenirs d’une vie qui n’est pas la sienne, une vie brisée et misérable ? D’où viennent ces images qui la perturbent ?

C'est lundi ! Je lis ça, et vous ?


Pour bien débuter cette nouvelle semaine, le lundi est l'occasion de faire le point sur ses lectures ! Alors rien de bien compliqué, le principe est simple, on parle de sa lecture passée, de sa lecture en cours et de sa lecture à venir.

Je vous dis ce que je lis, et vous faites de même, ok ? :)

J'ai terminé
L'échappée de Valentine Goby 

Je suis en train de lire
Je t'écoute de Federica De Paolis 

Je lirai ensuite
L'inconnue de l'équation de Xavier Massé

mercredi 1 mai 2019

Je les glisserais bien dans ma poche


Vous aussi vous aimez beaucoup trop les livres en format poche ? Moi, j'avoue, je plaide coupable. Résister à un livre de poche est trop difficile, ils ont tout pour eux ! Ils sont petits donc ne prennent pas trop de place et ils ont des petits prix donc on culpabilise moins à en acheter deux ou trois... Du coup, je me suis dit, et si de temps en temps, je faisais une petite sélection de cinq formats poche (maximum) qui sortent bientôt ? L'occasion de mettre en avant quelques titres qui me font envie, qui vous font peut-être aussi envie, et qui finiront bien un jour dans nos bibliothèques.


Pour ce mois-ci, ma petite sélection vous propose de (re)découvrir 2 thrillers qui finiront forcément dans ma PAL, et deux lectures un peu plus légères pour deux jolies découvertes.


L'irrésistible histoire du Café Myrtille de Mary Simses
à paraître le 2 mai


Ellen Branford, jeune et brillante avocate, mène une vie affairée à New York. Pour exaucer les dernières volontés de sa grand-mère, elle se rend à Beacon, minuscule ville côtière du Maine. Elle doit y retrouver l'amour de jeunesse de son aïeule et lui remettre une lettre. L'affaire d'une journée, pense-t-elle...
Mais rien ne va se passer comme prévu: à peine arrivée, Ellen tombe d'un ponton et manque de se noyer. La photo de son sauvetage par un certain Roy fait la une du journal local. Le destinataire de la lettre reste introuvable. Et le passé de sa grand-mère recèle ce qu'Ellen n'aurait jamais pu imaginer. Alors que son séjour se prolonge, la jeune femme se met à douter des choix qu'elle a faits jusqu'ici et qui lui semblaient si solides. A-t-elle vraiment la vie dont elle rêvait ?


La librairie de la place aux herbes de Eric de Kermel
à paraître le 15 mai


La librairie de la place aux Herbes à Uzès est à vendre ! Nathalie saisit l’occasion de changer de vie pour réaliser son rêve. Devenue passeuse de livres, elle se fait tour à tour confidente, guide, médiatrice… De Cloé, la jeune fille qui prend son envol, à Bastien, parti à la recherche de son père, en passant par Tarik, le soldat rescapé que la guerre a meurtri, et tant d’autres encore, tous vont trouver des réponses à leurs questions.
Laissez-vous emporter par ce voyage initiatique au pays des livres..


La terre des morts de Jean-Chrisophe Grangé 
à paraître le 29 mai


Quand le commandant Corso est chargé d’enquêter sur une série de meurtres de strip-teaseuses, il pense avoir affaire à une traque criminelle classique.
Il a tort : c’est d’un duel qu’il s’agit. Un combat à mort avec son principal suspect, Philippe Sobieski, peintre, débauché, assassin.
Mais ce duel est bien plus encore : une plongée dans les méandres du porno, du bondage et de la perversité sous toutes ses formes. Un vertige noir dans lequel Corso se perdra lui-même, apprenant à ses dépens qu’un assassin peut en cacher un autre, et que la réalité d’un flic peut totalement basculer, surtout quand il s’agit de la jouissance par le Mal.


Le président a disparu de Bill Clinton & James Patterson 
à paraître le 29 mai


« Le 1er mai dernier, un groupe de séparatistes pro-Ukrainien et anti-Russe a pris d’assaut une ferme en Algérie où il pensait trouver Suliman Cindoruk, dans l’intention de le tuer… Ils ont pourtant été stoppés, monsieur le Président. Par un commando des Forces spéciales et de la CIA. Et Cindoruk en a profité pour s’échapper.
Pourquoi le président des États-Unis ordonnerait-il à des soldats américains de sauver la vie d’un terroriste ? »
Il y a des secrets que seul un président peut connaître, il y a des décisions que seul un président peut prendre, et parfois il doit envisager l’impensable… Dans ce récit écrit à quatre mains, l’écrivain et l’ancien président nous entraînent pour 72 heures d’une course folle où se mêlent secrets d’État, procédure d’impeachment, complots, traîtres, et une attaque terroriste sans précédent qui pourrait bien plonger l’Amérique tout entière dans l’« âge des ténèbres ».

mardi 30 avril 2019

"Si j'avais un perroquet je l'appellerais Jean-Guy (parce que Coco c’est déjà pris)" de Blandine Chabot


Dans un roman emprunté à la bibliothèque, Catherine y trouve un mot et un numéro de téléphone d'un certain Jean-Philippe. Après quelques hésitations, la jeune femme célibataire se décide alors à contacter ce fameux Jean-Philippe dans un élan un peu fou.

Si j'avais un perroquet je l'appellerais Jean-Guy (parce que Coco c’est déjà pris) de Blandine Chabot est un roman qui m'avait été offert. Au vu de son résumé et de sa couverture toute colorée, ce roman avait tout pour me plaire, et pourtant...

Ce roman, est un livre que j'ai un peu de mal à définir. C'est typiquement ce genre de roman où le début est prometteur où on se régale des premières pages et où tout finalement retombe tel un soufflé. Vous voyez un peu le genre ?

En me plongeant dans Si j'avais un perroquet je l'appellerais Jean-Guy (parce que Coco c’est déjà pris) je pensais vraiment passer un bon moment, découvrir une comédie qui me ferait rire et m'amuserait, avec un tel titre qu'aurais-je pu imaginer d'autres finalement ? L'idée de départ est pourtant intéressante et amusante, cette découverte du mot dans un livre est très intrigante et n'importe qui aurait eu envie de céder à sa curiosité et de contacter le numéro de ce mystérieux Jean-Philippe, mais Catherine est un personnage vraiment très particulier. C'est un personnage que j'ai eu beaucoup de mal à cerner, d'ailleurs honnêtement, je n'y suis pas parvenue...

L'histoire de ce livre est un peu brouillonne, j'ai trouvé, alors quand en plus des passages érotiques voire même très crus ont commencé à faire leur apparition, je me suis clairement demandé ce que tout cela venait faire dans l'histoire. Tout est décousu, j'ai eu l'impression de passer du coq à l'âne plus d'une fois, cherchant vainement parfois le lien entre tels ou tels événements.

Bref, inutile d'en dire plus je crois, vous avez compris que je n'ai pas du tout adhéré à Si j'avais un perroquet je l'appellerais Jean-Guy (parce que Coco c’est déjà pris). Rien ne m'a emballé dans ce roman, je ne me suis pas attachée aux personnages et je n'ai ressenti aucune émotion. Je n'en retiendrais finalement que sa jolie couverture et j'oublierais bien rapidement cette lecture !

Si j'avais un perroquet je l'appellerais Jean-Guy (parce que Coco c’est déjà pris) de Blandine Chabot est disponible aux Éditions Pocket.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
découverte
mot
mystère
ennui
déception.

"Tous pour elle" de Laurent Malot


À l'aube de ses trente ans, Clémence prend conscience qu'elle ne croit plus au romantisme depuis que sa vie amoureuse ressemble au désert du Sahara. Elle, une jeune femme pourtant drôle et pétillante, n'arrive pas à garder un homme près d'elle. Un soir, une rencontre surprenante va lui permettre d'avoir le pouvoir de séduire qui elle veut, avec pour objectif de trouver l'homme de sa vie avant ses trente ans sinon elle finira sa vie seule. Clémence découvre alors toutes les joies de la séduction facile, mais aussi toutes les galères qui vont avec...

Avant d'ouvrir Tous pour elle, je n'arrivais pas à m'ôter de la tête l'idée que j'avais déjà lu un roman de Laurent Malot ! À force de recherche et de fouilles dans ma bibliothèque, j'ai alors retrouvé le tire De la part d'Hannah, son premier roman que j'avais lu il y a de cela plusieurs années maintenant...

Qui ne rêverait pas d'avoir le pouvoir de séduire qui il le souhaite ? Et bien, c'est ce qui arrive à Clémence après une rencontre des plus particulières. Alors quand elle sort et qu'elle découvre qu'absolument tous les hommes, et pas que, fondent littéralement pour elle, c'est une folle aventure qui l'attend alors.

Tous pour elle est un roman avec une histoire que j'ai trouvé très originale. Quelle idée d'imaginer ce "super pouvoir" de pouvoir séduire tous les hommes, non mais vous imaginez un peu ? Alors quand Clémence se rend compte que c'est réellement le cas, elle passe par l'euphorie, la surprise, la crainte et l'amusement. Il faut dire que certaines scènes ont de quoi surprendre, parfois, c'est de véritables combats de coqs qui ont lieu entre de multiples hommes pour essayer de l'intéresser, ces scènes sont d'ailleurs particulièrement drôles à lire et imaginer.

La jeune femme compte bien en profiter, enfin dans un premier temps, parce qu'elle n'oublie pas non plus qu'elle doit essayer de trouver l'homme de sa vie. Mais les premiers jours où elle joue de cela sont particulièrement pétillants et croustillants même, en même temps qui ne ferait pas comme elle. Vous imaginez un peu, pouvoir séduire qui vous voulez ? Absolument, n'importe quel homme et/ou femme ? Moi, j'ai quelques noms qui me viennent en tête déjà, pas besoin de réfléchir bien longtemps !

Mais à côté de tous ses douces folies, Clémence finit par se rendre compte que le véritable amour lui sera en revanche beaucoup plus compliqué à vraiment trouver et toutes les aventures qu'elle va alors avoir, ne lui apporteront finalement pas ce qu'elle désire vraiment. L'auteur montre finalement aussi discrètement, que ce n'est pas en ayant ce qu'on veut à foison que la solution miracle arrive d'un coup. 

Tous pour elle est alors une comédie romantique vraiment pétillante, légère, amusante et qui se lit rapidement. J'ai commencé ce livre et je n'ai pas pu le reposer avant de le terminer, tellement je me suis amusée à lire cette histoire ! Laurent Malot livre une histoire originale et légère, ponctuée par beaucoup d'humour. Clémence est un personnage drôle et attachant, elle nous fait vraiment parfois rire aux éclats !

Bref, c'est un roman que j'ai vraiment beaucoup aimé. Je me suis laissée porter par l'histoire de pages en pages sans me rendre compte que je dévorais finalement ce livre ! J'ai juste un petit regret sur la fin, je me suis doutée sur bon nombre de points de celle-ci alors il n'y a pas eu de réel effet de surprise, dommage... Mais je vous conseille de découvrir Tous pour elle de Laurent Malot, je vous garantis que vous passerez un très bon moment de lecture et puis peut-être que vous vous imaginerez aussi un peu à la place de Clémence...

Tous pour elle de Laurent Malot est disponible aux Éditions French Pulp.

Merci à French Pulp Éditions.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
pouvoir
folie
séduction
aventures
amour.

lundi 29 avril 2019

"La danse du temps" d'Anne Tyler


Après une enfance quelque peu tumultueuse, Willa Drake a choisi une certaine sécurité pour sa vie de femme. Mariage, enfants, veuvage et remariage se sont succédés et à soixante et un Willa s'ennuie. Un beau jour, on l'appelle pour la prévenir que sa belle-fille Denise a reçu une balle dans la jambe et qu'elle doit alors venir s'occuper de sa petite-fille Cheryl. Mais Denise n'est pas sa belle-fille, seulement une ancienne petite amie d'un de ses fils, pourtant Willa n'hésite pas et file à Baltimore s'occuper de la petite Cheryl.

Bien qu'Anne Tyler ait de très nombreux livres à son actif, La danse du temps est le premier titre que je lisais de cette auteure.

La danse du temps, c'est donc l'histoire de Willa, de son enfance à ses 61 ans. On apprend donc à connaître ce personnage et sa vie au fil des époques. Tout cela nous entraîne alors jusqu'au jour où elle reçoit ce fameux coup de téléphone, un appel qui va enfin bousculer un peu son quotidien, car on l'a bien compris depuis un moment, Willa s'ennuie dans la vie qu'elle mène.

Prendre ce rôle de grand-mère, est pour Willa une façon de faire enfin un choix. Le choix d'aider les autres, d'essayer de s'affirmer auprès de son nouveau mari aussi notamment. Peu à peu, on découvre une nouvelle facette de sa personnalité, et on se demande bien pourquoi elle aura attendu aussi longtemps pour faire ce qu'elle désire elle seule.

La danse du temps met alors en avant à travers son histoire, un choix, un seul, qui peut faire basculer tout un quotidien et une vie. C'est aussi l'illustration qu'il n'est jamais trop tard pour se réaliser enfin, pour oser s'imposer auprès des autres. C'est à tout cela que nous mène finalement la vie de Willa.

Ce roman est une découverte qui malheureusement ne m'aura pas emballé plus que cela, honnêtement en le refermant j'ai pensé "tout ça pour ça !". Pour moi, la fin était attendue, pas de surprise à ce propos. Bien que l'écriture d'Anne Tyler soit douce, celle-ci n'a pas réussi à m'emballer et je me suis plus d'une fois surprise à bâiller pendant ma lecture. Bref, une découverte certes, mais que je ne renouvellerais pas avec cette auteure, dommage...

La danse du temps d'Anne Tyler est disponible aux Éditions Phébus.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
vie
ennui
femme
choix
temps.

C'est lundi ! Je lis ça, et vous ?


Pour bien débuter cette nouvelle semaine, le lundi est l'occasion de faire le point sur ses lectures ! Alors rien de bien compliqué, le principe est simple, on parle de sa lecture passée, de sa lecture en cours et de sa lecture à venir.

Je vous dis ce que je lis, et vous faites de même, ok ? :)

J'ai terminé
Tous pour elle de Laurent Malot

Je suis en train de lire
La punition qu'elle mérite de Elizabeth George

Je lirai ensuite
De battre la chamade de Sophie Tal Men

jeudi 18 avril 2019

"Dans la brume écarlate" de Nicolas Lebel


Lorsqu'une femme se présente au commissariat du XIIe et demande à parler au Capitaine Mehrlicht s'est pour signaler la disparition de sa fille Lucie. Cette jeune étudiante n'est pas rentrée, et rien ne justifie qu'une enquête soit menée, mais pour Mehrlicht, on ne sait jamais... Mehrlicht et son équipe sont alors appelés au cimetière du Père-Lachaise suite à la découverte de sang, mais aucun corps n'est retrouvé là-bas. Quelques heures plus tard, le corps d'une jeune femme est retrouvé dans la Seine, un corps totalement exsangue... Est-ce alors la victime à qui le sang a été retrouvé au Père-Lachaise ? L'enquête est lancée !

Après avoir lu De cauchemar et de feu dont je vous parlais dernièrement par ici, j'ai donc enchaîné rapidement avec le dernier roman de Nicolas Lebel intitulé Dans la brume écarlate.

Dans la brume écarlate, commence exactement là où nous avions quitté Mehrlicht précédemment. Pour le Capitaine, une nouvelle enquête l'attend alors rapidement. Rapidement, dans celle-ci, des corps exsangues vont refaire surface alors qu'ils baignaient dans la Seine. Qui est derrière tout cela ? Un vampire, sévirait-il à Paris pendant que la ville est complètement noyée sous un brouillard tenace ?

Quelle intrigue ! Dès les premières pages, on est totalement plongé dans celle-ci. On retrouve donc Mehrlicht et toute sa bande, face à un nouvelle enquête qui ne sera pas des plus faciles. Écrit sous la forme d'un roman chorale, nous lecteurs avons alors la possibilité de jongler entre plusieurs protagonistes que ce soit donc Mehrlicht ou encore la personne derrière tout cela, nous jonglons entre les chapitres entre chacun. L'intrigue est d'ailleurs particulièrement brillante, nous avons déjà pu lire des romans où le meurtrier se prenait pour un vampire ou quelque autre créature de ce genre, mais ici, il agit pour quelque chose de bien particulier.

Si j'avais beaucoup aimé De cauchemar et de feu, je dois avouer que j'ai adoré Dans la brume écarlate. La femme est au cœur de l'intrigue, la femme pourchasser, tuer. L'auteur réussit toujours à faire le lien avec des sujets d'actualité qui ont marqué les esprits durant les derniers mois comme #metoo. C'est quelque chose que j'apprécie tout particulièrement chez Nicolas Lebel, c'est le fait que chacun de ses romans ait un rapport avec un sujet d'actualité ! 

Retrouver Mehrlicht, Latour et Dos Santos est toujours un réel plaisir, je me suis beaucoup attachée à ce trio qui semble bien mal assorti, à la face de grenouille du Capitaine qui a tout pour nous rebuter et pourtant qui est devenu si important, entre sa passion Questions pour un champion, ses cigarettes qui s'enchaînent et son humour bien piquant on ne s'en lasse pas, d'ailleurs la toute dernière phrase du roman m'a mis un coup au cœur, dit Nicolas Lebel ça veut dire quoi ça ?!

Et puis, et puis... Nicolas Lebel ici parle aussi d'amour, oui d'amour, vous avez bien lu ! C'est l'amour d'un frère pour une sœur, l'amour d'un homme qui est prêt à tout pour celle qu'il aime même si cette dernière en aime un autre, l'amour qui met en danger, l'amour qu'on veut sauver plus que tout. Bref, derrière une brume épaisse et le sang qui coule, il y a ça aussi qui se cache.

En bref, Nicolas Lebel offre un nouveau cru vraiment intense ! Dans la brume écarlate est un roman qui nous tient en haleine du début à la fin, qu'on à peine à relâcher en cours de lecture, à l'intrigue terriblement bien ficelée et qui bouscule. Un thriller qui marque, qu'on dévore et qui nous fait apprécier toujours plus l'écriture de l'auteur. À peine terminé, terminé trop vite même d'ailleurs, on en redemande. Alors, à quand les retrouvailles avec Mehrlicht maintenant ?

Dans la brume écarlate de Nicolas Lebel est disponible aux Editions Marabout.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
la Seine
corps
exsangue
amour
suspens

lundi 15 avril 2019

"De cauchemar et de feu" de Nicolas Lebel


À quelques jours du dimanche de Pâques, en plein Paris en 2016, le corps d'un homme est retrouvé criblé de trois balles, une dans chaque genou et une en plein front. Lors de l'autopsie, une myriade de tatouages est révélée, tatouages celtiques et slogans nationalistes nord-irlandais dont trois lettres IRA. Pour Mehrlicht, l'enquête va alors se révéler plus délicate qu'il ne l'imaginait alors en plein état d'urgence du pays, enquêter sur un groupe terroriste irlandais ne sera pas chose aisée...

Avant de lire le tout dernier roman de Nicolas Lebel intitulé Dans la brume écarlate, j'ai préféré rattraper mon léger retard et me plonger dans De cauchemar et de feu afin de pouvoir suivre correctement l'histoire de notre cher Mehrlicht !

On retrouve donc Mehrlicht, ah Mehrlicht et sa bonne bouille de grenouille, impossible de l'oublier ! Dans ce nouvel opus, l'enquête va le mener dans les méandres du terrorisme irlandais qui sévit depuis déjà plusieurs années et qui fait écho aux terribles affrontements en Irlande du Nord durant les années 70. Mehrlicht et son équipe vont alors essayer d'arrêter rapidement le coupable derrière tout cela...

De cauchemar et de feu fait donc suite aux précédents titres de Nicolas Lebel, on y retrouve aussi bien la même bande sympathique de personnages, mais également tous les codes qui font qu'on apprécie ses romans. En plongeant dans les pages de celui-ci, le lecteur est également littéralement plongé dans l'histoire de l'Irlande du Nord où il y a de cela quelques années, le pays était à feu et à sang.

Outre l'intrigue vraiment bien ficelée qui nous tient en haleine, le rapport à l'histoire de l'Irlande du Nord dans les années 70 est vraiment passionnant. Après avoir eu quelques difficultés à vraiment m'immerger dans celle-ci dans les premiers chapitres, cela a rapidement changé. On sent qu'il y a un véritable travail de recherche de Nicolas Lebel, un travail qui lui a permis de livrer cette histoire et cette intrigue faisant toujours le lien avec cette part d'Histoire. Personnellement, je ne connaissais pas spécialement ces événements, alors j'ai appris beaucoup de choses au fil des pages, j'ai eu l'impression d'être autant captivée que par l'enquête elle-même de ce cher Mehrlicht.

Nicolas Lebel continue avec ce roman à nous offrir des thrillers de qualité, des thrillers qui nous captivent et qu'on finit par vraiment dévorer. Entre ses personnages auxquels on s'attache vraiment, j'adore Sophie Latour personnellement, et qui ont tous quelque chose de bien particulier, une intrigue vraiment bien ficelée, mais également originale, on peut clairement dire que De cauchemar et de feu est une nouvelle réussite ! L'écriture de l'auteur est toujours aussi prenante, haletante, mais aussi teintée d'un humour plutôt particulier grâce à Mehrlicht (notamment sa lubie avec Questions pour un champion dont on ne se lasse pas !).

Bref, j'ai vraiment beaucoup aimé ce roman ! Nicolas Lebel a réussi une fois de plus à me tenir en haleine du début à la fin, à faire en sorte que je ne veuille plus du tout quitter cette bande d'enquêteurs et à faire que je me jette rapidement sur son petit dernier Dans la brume écarlate. Alors un conseil, si vous n'avez toujours pas lu Nicolas Lebel, il faudrait vous y mettre rapidement !

De cauchemar et de feu de Nicolas Lebel est notamment disponible aux Éditions Marabout.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
cadavres
terrorrisme
enquête
Irlande du Nord
suspens.

C'est lundi ! Je lis ça, et vous ?


Pour bien débuter cette nouvelle semaine, le lundi est l'occasion de faire le point sur ses lectures ! Alors rien de bien compliqué, le principe est simple, on parle de sa lecture passée, de sa lecture en cours et de sa lecture à venir.

Je vous dis ce que je lis, et vous faites de même, ok ? :)

J'ai terminé
Ils étaient vingt et cent de Stanislas Petrosky

Je suis en train de lire
L'odeur de la colle en pot de Adèle Bréau

Je lirai ensuite
J'ai dû rêver trop fort de Michel Bussi

vendredi 12 avril 2019

"Tous au gîte" de Monika Peetz


Eva, Caroline, Estelle, Kiki et Judith sont une bande d'amies qui forment leur petit groupe des "dames du mardi". Chaque année, elles s'offrent un week-end entre elle, et cette fois-ci aucune hésitation sur la destination à avoir, c'est Birkow, village d'ex-Allemagne de l'Est où vit maintenant Kiki. Au programme, aider celle-ci à retaper l'ancienne école afin d'en faire la pension dont elle rêve, mais les amies ne sont pas au bout de leur surprise parce qu'entre des histoires de coeur, des catastrophes en tout genre ou encore l'arrivée d'un inconnu, rien ne se passera comme prévu !

Tous au gîte de Monika Peetz est un roman que j'avais repéré depuis un moment par sa couverture colorée et amusante. Je me suis alors laissée tenter à découvrir un peu plus l'histoire que ce titre renfermait...

C'est donc l'histoire d'une bande d'amies que nous découvrons dans les pages de ce roman. L'histoire de ces cinq dames qui s'allient le temps d'un week-end pour aider Kiki dans son projet un peu fou. Elles sont toutes différentes l'une de l'autre, mais se complètent et s'entraident parfaitement, elles sont soudées et se soutiennent mutuellement quand l'une ou l'autre semble prête à lâcher prise.

Tous au gîte est un roman léger et amusant qui remplit parfaitement son rôle de divertir le lecteur sans prise de tête. Les péripéties de Caroline, Eva, Estelle, Kiki et Judith vont se multiplier au fil des pages que ce soit lié aux intempéries, aux travaux de la maison ou encore aux rencontres qui vont être faites. On rit plus d'une fois, on s'attache aussi mine de rien à ce groupe d'amies si original et on passe un bon moment en leur compagnie.

Histoire d'amitié, de grands projets, mais aussi de remises en question, voilà un peu ce que renferment les pages de Tous au gîte. C'est aussi l'occasion de faire un saut dans un village reculé d'Allemagne où on a presque l'impression que le temps semble s'être arrêté.

Monika Peetz offre un roman qui amuse, qui nous divertit, qui nous permet durant quelques heures de ne penser à rien d'autre que de partager un moment avec les "dames du mardi". Il n'y a pas d'intrigue mirobolante, on n'attend finalement rien de particulier de cette lecture, mais ce livre nous apporte juste un moment amusant durant lequel notre esprit vagabonde librement et c'est parfois bien tout ce qu'on demande !

Tous au gîte est donc un roman divertissant, qui nous amuse plus d'une fois, et même si ce n'est pas l'histoire du siècle, on prend plaisir à lire cette histoire et à suivre l'aventure de cette bande d'amies ! Un roman à lire pour se changer les idées, à lire après une lecture moins légère et qui pourrait trouver sa place facilement dans les lectures de vacances.

Tous au gîte de Monika Peetz est disponible aux Éditions Pocket.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
amies
week-end
projet
humour
solidarité.