mardi 26 février 2019

"Petits mensonges entre colocataires" de R.C. Boldt


Après avoir quitté son fiancé infidèle, Maggie doit trouver une solution pour pouvoir continuer à vivre dans son grand appartement de Saratoga Springs. Une seule solution est possible, trouver un colocataire. Alors Maggie se met en quête du colocataire idéal avec surtout un critère bien particulier, il ne faut pas que ce soit un séducteur. Ryland est alors le colocataire idéal, même si ce dernier est très beau, il est en couple avec un homme donc aucun risque pour elle de tomber amoureuse. Mais cette colocation ne sera pas aussi simple que cela finalement...

Je ne connaissais absolument pas R.C. Boldt alors Petits mensonges entre colocataires a été pour moi une totale découverte.

Maggie est l'héroïne de ce roman. Cette jeune femme active, attachante et pleine de vie doit reprendre pied après avoir été trompé par son fiancé. Lorsque ses recherches de colocataire l'amènent à rencontrer Ryland, ce dernier répond à tous les critères qu'elle s'est mise, et surtout celui d'être un homme finalement inaccessible. Pour Ryland, lui s'est une toute autre histoire, cette colocation est l'occasion idéale pour lui d'apprendre enfin à connaître à Maggie et de se rapprocher d'elle.

Petits mensonges entre colocataires est vraiment une super comédie romantique ! Dès les premières pages, on se plonge dans son histoire avec délice. On comprend de suite qu'entre Maggie et Ryland tout ne sera pas aussi simple que ça, bien au contraire même. On s'amuse de la relation entre les deux, de ce lien qui se tisse sur lequel Maggie, notamment, a du mal à trouver les mots, de ce mensonge crée de toute pièce par Ryland et dans lequel il s'empêtre finalement.

"Il aime se faire passer pour un mâle alpha bourru, alors qu’en réalité, il est suave et doux comme un chamallow."

Jonglant entre les points de vue de Maggie et Ryland, on se laisse porter par l'histoire avec délice. On rit plus d'une fois devant les rencontres de Maggie qui ne passent vraiment pas comme prévu, devant le secret de Ryland qui prend parfois de sacrées proportions, mais à côté de ça, on s'attache à ce couple finalement qu'ils forment déjà, à tout ce qu'ils partagent ensemble et ça nous plaît bien.

Premier roman de R.C. Boldt a être traduit en France, Petits mensonges entre colocataires nous permet de découvrir une auteure véritablement prometteuse ! Avec une écriture fraîche, vive, jonglant parfaitement entre humour et tendresse, l'auteure nous entraîne véritablement dans son histoire dès le début. Avec ce titre, on rit, on sourit, on est face à une véritable comédie romantique réussie qui offre aussi bien de jolis moments teintés d'amour et de sentiments, que des instants terriblement sensuels. Après avoir lu Petits mensonges entre colocataires, on espère bien pouvoir lire d'autres titres de R.C. Boldt !

J'ai vraiment passé un excellent moment à lire ce roman. J'ai rit beaucoup plus que je ne l'imaginais, du début à la fin aussi bien avec certaines répliques qu'à cause de certains quiproquos qui ne cessent de venir ponctuer cette histoire. Petits mensonges entre colocataires est une comédie romantique irrésistible qui plaira à coup sûr à tous les amateurs du genre, alors n'hésitez pas un seul instant à la découvrir !

Petits mensonges entre colocataires de R.C. Boldt est disponible aux Éditions Prisma.

Merci aux Éditions Prisma.

5 mots en bref pour découvrir ce livre :
mensonge
colocation
amitié
amour
humour.

lundi 25 février 2019

"Sois toi-même, tous les autres sont déjà pris" de David Zaoui


Alfredo Scali vit sur le même palier que ses parents et se rêve artiste. Un artiste qui peint « l’inconscient des animaux à travers leurs rêves ». En attendant le succès, il enchaîne les mésaventures entouré d'une famille assez originale. Lorsqu'il hérite de Schmidt le singe chargé d'assister sa grand-mère, tout change pour Alfredo et son quotidien va en être bouleversé...

Sois toi-même, tous les autres sont déjà pris est le premier roman de David Zaoui que je lis, et le moins que l'on puisse dire, c'est que son résumé en est le parfait reflet du contenu de celui-ci.

Alfredo est donc le personnage central de ce roman. Ce jeune paumé n'aspire qu'à devenir artiste, mais pour le moment il se bat avec un conseiller Pôle Emploi qui ne lui propose que des jobs ne correspondant à son profil. Quand Schmidt vient vivre avec lui, tout change, ce petit singe malicieux se révèle lui aussi artiste, et c'est notamment ce qui va permettre à Alfredo d'oser un peu plus.

Le premier mot qui me vient à l'esprit pour qualifier Sois toi-même, tous les autres sont déjà pris est loufoque. J'ai trouvé ce roman totalement loufoque, du genre à nous faire ricaner parfois bêtement devant une réplique ou par un acte de Schmidt ou d'Alfredo. Dans cette histoire, tous les personnages sont hauts en couleur, que ce soit la mamie un peu foldingue atteinte d’Alzheimer, la mère d'Alfredo qui ne fait que préparer des pâtisseries et Alfredo lui-même à l'imagination débordante.

Mais attention, derrière ce côté un peu loufoque, une vraie intrigue vit entre les pages du roman. On espère qu'Alfredo va réussir avec ses peintures, on espère surtout qu'il va se trouver, qu'il va comprendre qu'il vaut mieux qu'il reste lui-même afin de réussir et s'épanouir et que chaque petite rencontre s'apprécie et peut être décisive. C'est là tout le fond de ce roman, être soi-même !

"Il existe des êtres si rares que, lorsqu’on les croise, ils vous touchent à jamais. Alors il ne faut pas les quitter d’une semelle. Il faut les suivre au bout du monde."

L'écriture de David Zaoui est vive, piquante et mordante. On ne s'ennuie pas en plongeant dans Sois toi-même, tous les autres sont déjà pris. Entre Alfredo qui est un personnage vraiment fort, et Schmidt qui apporte un petit grain de folie, impossible de rester de marbre en lisant ce roman. Et puis à côté de ça, l'auteur offre aussi à Alfredo une certaine vulnérabilité qui le rend tout aussi touchant.

En bref, Sois toi-même, tous les autres sont déjà pris est un roman qui m'a plu ! Entre son histoire, Alfredo et Schmidt auxquels je me suis attachée et ce message d'être soi-même, de ne plus porter un masque pour se fendre dans la masse, mais plutôt s'affirmer et se démarquer pour être heureux, David Zaoui m'a offert un bon moment de lecture avec ce titre que j'ai finalement quasiment lu d'une traite. À découvrir !

"Sois libre et écoute ton cœur, c'est le seul moteur de l'inspiration. "

Sois toi-même, tous les autres sont déjà pris de David Zaoui est disponible aux Éditions JC Lattès.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
originalité
peinture
singe
s'affirmer
tendresse.

C'est lundi ! Je lis ça, et vous ?


Pour bien débuter cette nouvelle semaine, le lundi est l'occasion de faire le point sur ses lectures ! Alors rien de bien compliqué, le principe est simple, on parle de sa lecture passée, de sa lecture en cours et de sa lecture à venir.

Je vous dis ce que je lis, et vous faites de même, ok ? :)

J'ai terminé
Un anniversaire au poil de Sonia Dagotor

Je suis en train de lire
Tous au gite de Monika Peetz

Je lirai ensuite
Je ne sais pas encore =)

jeudi 21 février 2019

"Quatre murs et un toit" de Camille Anseaume


Quand Camille apprend que ses parents ont mis en vente la maison de son enfance, elle décide alors de s'y installer seule une semaine afin d'en profiter une dernière fois et de s'imprégner des lieux et de tous les souvenirs qui y demeurent. Chaque pièce lui rappelle des joies, des peines, des événements petits ou grands qui ont marqué son enfance.

De Camille Anseaume j'avais déjà lu un titre, Un tout petit rien, que j'avais beaucoup aimé et qui m'avait beaucoup touché. À la parution de ce titre Quatre murs et un toit, j'avais vu passer de nombreux avis à son propos et qui attisaient ma curiosité, dernièrement je me suis alors enfin plongée dans ce livre.

À travers Quatre murs et un toit, Camille Anseaume revient sur un pan de sa vie, sur des moments qui l'ont marqué quand elle décide de passer cette fameuse semaine dans la maison de son enfance. Il est difficile d'imaginer que SA maison va désormais appartenir à quelqu'un d'autre, que d'autres personnes vont s'y créer des souvenirs et que tous les objets devront se trouver un nouvel endroit. C'est sur tout cela que Camille revient. Sur ces objets du quotidien qui ont leur propre histoire, sur les pièces de cette maison qui ont été l'écho de rires, de pleurs et de partages.

Ce livre est un vrai délice à découvrir. On se plonge dans ses pages avec le sourire, avec émotions et on se met parfois à la place de Camille. Avec cette petite part de son histoire personnelle qu'elle partage avec ses lecteurs, on se met à penser à nos propres souvenirs dans une pièce en particulier, à un objet pourtant anodin qui a une valeur particulière, à ses moments en famille qui nous ont fait grandir plus qu'on ne l'imagine ou à ces petits rituels ou petites habitudes qui n'appartiennent qu'à nous.

"Quand il y a des choses à remonter, on les met en bas de l'escalier. "Enbasdelescalier", c'est comme "alléedelaprimevère", c'est devenu un mot à lui tout seul, qui désigne le lieu où on pose le bazar à ranger. Petits, on se fait régulièrement engueuler : "Ça doit faire trois semaines que ce truc est enbasdelescalier, et pas une seule fois tu n'as pensé à le remonter !" Ça me fait doucement rire, maintenant que l'on n'habite plus ici. Il m'arrive de venir deux fois à quatre mois d'intervalle, et de retrouver exactement les mêmes choses enbasdelescalier."

Pièce par pièce Camille Anseaume nous les décrit, nous partage un fait qui s'y lie. Tantôt, avec humour, avec émotions, mais toujours avec amour, l'auteure se livre avec douceur et tendresse. Quatre murs et un toit est un roman court, de moins de 200 pages, dans lequel il y flotte un doux parfum de nostalgie et d'enfance. C'est écrit avec simplicité, sincérité et on se prend finalement à être émue plus qu'on ne l'imaginait.

Quatre murs et un toit est une lecture douce et rapide que j'ai appréciée. J'ai apprécié l'écriture de Camille Anseaume sans fioritures qui partage tout simplement des bribes de son enfance avec nous, cette nostalgie ambiante qui nous fait (re)penser à notre propre enfance et tous ces petits événements qui font écho à notre propre histoire. On comprend pourquoi Camille Anseaume a pris le temps d'en écrire ce livre, on ressent que pour elle, il était nécessaire de poser des mots sur toutes ses émotions et c'est comme si finalement, on l'avait accompagné pour faire ses adieux à la maison de son enfance...

"Il faut une trace pour se souvenir. Je voudrais tout photographier, les détails, les recoins, les traces de doigts et la marque au crayon de nos tailles sur les murs. Mais on n’immortalise pas les odeurs, le claquement des portes ni le craquement des marches sous nos pieds. En revanche, on peut tout écrire, et je veux le faire avant d’oublier. Alors mon prochain livre, celui sur lequel je travaille depuis des mois, attendra."

Quatre murs et un toit de Camille Anseaume est disponible aux Éditions Calmann Levy.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
maison
famille
enfance
souvenirs
nostalgie.

mercredi 20 février 2019

"Devenir" de Michelle Obama


Tout le monde connaît Michelle Obama, tout du moins son nom. L'avant dernière First Lady des Etats-Unis propose dans un livre de près de 500 pages son autobiographie avec Devenir.

Après avoir vu passer autant de positif que de négatif sur ce livre, il fallait que je le lise à mon tour. Grâce à une collègue de travail qui m'a prêté son exemplaire, j'ai ainsi pu moi aussi découvrir Devenir de Michelle Obama.

À travers Devenir, Michelle Obama revient sur toute son histoire. C'est avec trois parties, "Devenir", "Devenir nous" et "Devenir plus", que l'ancienne First Lady se livre sur elle, son couple, sa famille ou encore son rôle au sein de la Maison Blanche.

Ce qu'on peut dire de suite sur ce livre, c'est qu'on en apprend des choses sur elle. Même si chacun connaît des bribes de son enfance, de qui elle est ou même du couple Obama, ce n'est rien de tout ce que l'on apprend au fil des pages. Personnellement, j'ai complètement redécouvert cette femme, cette mère et cette épouse.

"Devenir" revient sur toute son enfance, sa scolarité et ses études, sans oublier bien entendu sa famille. Bon déjà, moi par exemple, j'ai découvert qu'elle avait un frère ! Cette partie pourrait sembler la plus ennuyeuse, et bien pas du tout ! À travers son histoire c'est finalement aussi celle de millions de jeunes noirs américains qui doivent se battre, encore aujourd'hui, pour accéder aux mêmes études et mêmes places que tous les autres jeunes. C'est aussi un retour sur la ségrégation durant son enfance. Cette partie met en avant surtout la très forte place de sa famille dans la vie de Michelle Obama. Jusqu'à la rencontre avec un certain Barack...

"Devenir nous ", c'est alors l'histoire de Michelle et Barack, mais pas que ! Cette partie revient sur toute la carrière de Michelle, carrière qu'elle adapte au fil de ses envies professionnelles, mais aussi et surtout qu'elle adapte pour toujours être présente auprès de ses deux filles et rapidement pour laisser Barack Obama se lancer dans sa carrière politique. Cette partie a été pour moi, la plus longue, bien qu'intéressante parce qu'on se rend compte finalement que la politique n'est pas vraiment le truc de Michelle Obama et qu'elle n'espérait pas au début que son mari devienne Président. Heureusement d'ailleurs que le sujet de la campagne deviens très intéressant, parce que les grandes longueurs de ce roman sont parmi ces pages.

"Les nuits où Barack était à Washington, seule dans mon lit, j'avais l'impression que tout le monde se liguait contre moi. Je voulais Barack pour notre famille."

"Devenir plus", la dernière partie, revient alors sur les années de Président de Barack Obama. Sur ces années durant lesquelles leur famille, et même la mère de Michelle, ont occupé la Maison Blanche. On est dans les coulisses de tout cela, découvrant un peu l'envers du décor aussi bien au sein même du bâtiment qu'à l'extérieur avec tous les lourds protocoles à respecter comme leur sécurité. Honnêtement, j'ai trouvé cette partie, pourtant la plus courte, vraiment passionnante ! On découvre les difficultés qu'a eues Michelle Obama à bien s'adapter à son nouveau rôle de First Lady, la naissance des projets qu'elle a pu mener pendant ce temps, la façon dont elle et ses filles ont dû s'adapter à tout cela également. Vraiment, cette dernière partie se lit d'une traite, et on en viendrait à regretter qu'elle ne soit pas un peu plus conséquente.

Devenir de Michelle Obama est un livre que j'ai vraiment apprécié. Quelques longueurs m'ont certes parfois fait soupirer, mais j'ai vraiment l'impression maintenant de connaître vraiment qui est Michelle Obama derrière l'image de First Lady que je connaissais d'elle. On y sent en plus de la spontanéité dans ce qu'elle nous y raconte, un naturel aussi qui lui ressemble bien et le moins que l'on puisse dire est que Michelle Obama est une femme vraiment inspirante. Si vous avez l'occasion, je conseille de lire Devenir et pour ceux qui pensent, imaginent ou espèrent que Michelle Obama se présentera un jour à la Présidence des Etats-Unis, la réponse est dans ses pages...

"Il y a encore tant de choses que j'ignore au sujet de l'Amérique, de la vie, et de ce que l'avenir nous réserve. Mais je sais qui je suis. Mon père, Fraser, m'a appris à travailler dur, à rire souvent et à tenir parole. Ma mère, Marian, à penser par moi-même et à faire entendre ma voix. Tous les deux ensemble, dans notre petit appartement du quartier de South Side de Chicago, ils m'ont aidée à saisir ce qui faisait la valeur de notre histoire, de mon histoire, et plus largement de l'histoire de notre pays. Même quand elle est loin d'être belle et parfaite. Même quand la réalité se rappelle à vous plus que vous ne l'auriez souhaité. Votre histoire vous appartient, et elle vous appartiendra toujours. À vous de vous en emparer."

Devenir de Michelle Obama est disponible aux Éditions Fayard.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
autobiographie
enfance
famille
politique

First Lady.

lundi 18 février 2019

"Au pays des kangourous" de Gilles Paris


Un matin, Simon retrouve son père dans le lave-vaisselle. C'est le point de départ d'un bouleversement dans le quotidien du petit garçon de neuf ans. Son père part en clinique pour dépression, sa mère est à l'autre bout du monde pour le travail en Australie, alors il va désormais passer pas mal de temps avec Lola sa grand-mère plutôt fantasque et adepte de ses séances de spiritisme avec ses amies. Dans les couloirs blancs des hôpitaux dans lesquels il rendra visite à son père, il fera la rencontre de la mystérieuse petite Lily qui l'aidera...

Gilles Paris est un auteur que j'ai déjà lu auparavant, et en général, j'apprécie beaucoup ses romans. Du coup j'ai sorti dernièrement Au pays des kangourous de ma bibliothèque afin d'enfin découvrir cette histoire.

Au pays des kangourous, c'est donc l'histoire de Simon, un jeune garçon de neuf ans qui vit quasiment uniquement avec son père depuis que sa mère voyage la majorité du temps en Australie pour son travail. Lorsque celui sombre dans la dépression, Simon se retrouve avec sa grand-mère Lola a essayé de comprendre les non-dits des adultes et comprenant bien plus qu'on ne souhaite lui révéler.

En plongeant dans ce roman, il ne faut pas s'attendre à une histoire aussi légère et amusante qu'on peut se l'imaginer, non car ce roman est bien plus profond qu'on ne le pense. Avec l'histoire de Simon, c'est l'enfant face au monde des adultes, de leurs secrets pour les protéger, mais qui finalement peuvent parfois leur causer plus de mal qu'autre chose. C'est le regard d'un enfant qui se pose sur la maladie, sur les épreuves de la vie, qui doute aussi de lui et de sa place. 

L'arrivée de Lily dans l'histoire apporte une dose de douceur. On comprend de suite que c'est une petite fille plutôt particulière, mais qui est là pour aider avant tout Simon et c'est ce qu'elle réussie très bien. Mais Au pays des kangourous c'est aussi l'histoire d'un amour profond d'une grand-mère pour son petit-fils. Lola est un personnage haut en couleur, prête à tout pour le protéger, pour le faire rire aussi et pour lui adoucir son quotidien.

Ce que j'apprécie tout particulièrement chez Gilles Paris, c'est cette faculté qu'à l'auteur à nous livrer une histoire avec un narrateur enfant. On y croit totalement, les pensées, les émotions d'un enfant, leur innocence, parfois naïveté ou regard acéré, tout est maîtrisé. C'est véritablement Simon qui nous a parlé, qui nous a raconté son histoire. C'est touchant, sensible et drôle à la fois, c'est aussi profond et sincère et c'est quelque chose que j'apprécie pleinement.

Bref, à chaque fois que je lis un roman de Gilles Paris ça fait mouche ! Je suis conquise du début à la fin, je me laisse doucement porter par l'histoire et puis derrière un aspect plein de légèreté, j'apprécie aussi les sujets plus importants et graves qui y sont abordés. À vous de découvrir maintenant Au pays des kangourous !

Au pays des kangourous de Gilles Paris est notamment disponible dans la collection Piment de France Loisirs.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
enfant
famille
drame
dépression
questionnement.

C'est lundi ! Je lis ça, et vous ?


Pour bien débuter cette nouvelle semaine, le lundi est l'occasion de faire le point sur ses lectures ! Alors rien de bien compliqué, le principe est simple, on parle de sa lecture passée, de sa lecture en cours et de sa lecture à venir.

Je vous dis ce que je lis, et vous faites de même, ok ? :)

J'ai terminé
Oiseau de nuit de Robert Bryndza

Je suis en train de lire
Devenir de Michelle Obama

Je lirai ensuite
Ce que nous avons perdu de Gayle Forman.

mercredi 13 février 2019

"Si on dansait..." de Rachel Joyce


Londres, dans le fond d'une impasse délabrée, c'est entouré de sa bande d'amis que Franck tient sa petite boutique de vinyles. Ce qui fait sa petite renommée dans son quartier, c'est le don qu'il a de conseiller avec un simple regard la musique qui conviendra à son client. Lorsqu'il rencontre Lisa, une mystérieuse femme au manteau vert, c'est après que celle-ci se soit évanouie devant sa boutique, elle y reviendra pour le remercier, puis pour lui demander des cours pour comprendre la musique. Se sera alors l'occasion pour Franck d'apprendre à la connaître, elle qui lui fait battre son cœur un peu plus vite et de replonger dans son enfance. Mais hélas, tout finit un jour par s'écrouler...

Rachel Joyce est une auteure que j'avais découverte il y a maintenant quelques années avec son roman La lettre qui allait changer le destin d'Harold Fry arriva le mardi. Sous le charme de son écriture j'avais ainsi pu lire tous ses titres et son petit dernier Si on dansait... me faisait de l'œil depuis un long moment, alors lorsque je l'ai trouvé à la médiathèque je n'ai pas hésité une seule seconde à l'emprunter.

Si on dansait... c'est donc l'histoire de Franck. L'histoire d'un homme ordinaire qui vit, plus ou moins bien, de sa passion, qui se serre les coudes avec ses voisins et amis et qui se sent tout chamboulé par la rencontre d'une femme, Lisa. Dans les pages de ce roman, on y croise alors de la musique, de la tendresse, mais aussi de l'humour par des personnages hauts en couleur et parfois même un peu loufoques.

C'est dans une petite impasse délabrée de Londres que tout se joue, que la vie se déroule devant les yeux du lecteur. Un quotidien qui semble parfois bien banal, mais pourtant qui rayonne, un quotidien bouleversé par plus d'une difficulté, mais qui tient le coup par tout un élan de solidarité. Et puis à l'amitié qui y est représentée, s'y ajoute l'amour... L'amour qui surgit quand on n'y croyait plus, l'amour qui naît à petits pas timides entre Franck et Lisa, l'amour qui fera faire des choix plus ou moins difficiles, et cet amour, en plus de nous émouvoir, nous intriguera jusqu'aux toutes dernières pages.

"Être avec elle, c'était comme regarder le soleil fixement. D'abord, il ne voyait absolument rien, mais dès qu'il détournait le regard elle était là, telle une empreinte d'un blanc éclatant qui s'imprimait sur tout ce qui l'entourait."

Si on dansait... est un roman dans lequel nous plongeons avec beaucoup de plaisir. On sent que derrière la musique, derrière tous ces titres croisés au fil des chapitres il y a de la recherche, ce qui rend tout cela presque passionnant. Toutes les musiques y sont représentées, tout le pouvoir que celle-ci peut avoir y est exploité aussi.

"Et plus Franck écoutait, plus il comprenait. Le silence pouvait être excitant ou effrayant, il pouvait vous donner l'impression de voler ou vous faire rire."

Et Franck... Franck est un personnage plutôt atypique, qui défend coûte que coûte sa passion pour les vinyles, entouré d'une bande d'amis tous aussi atypiques et originaux que lui. Surtout, au fil des pages, on remonte dans l'enfance de Franck, on remonte finalement là où est né sa passion pour la musique et ce petit don qu'il a de trouver pour chacun la musique idéale à l'instant T. Franck est fascinant, fascinant par sa façon de parler musique, sa façon de défendre ses idées et par les mots qu'il emploie pour en parler.

"Pour Franck, la musique était comme un jardin dont les graines se dispersaient jusque dans les recoins les plus éloignés. Les gens pouvaient passer à côté de choses merveilles lorsqu'ils se cantonnaient à ce qu'ils connaissaient déjà."

J'ai aussi retrouvé avec plaisir l'écriture de Rachel Joyce. Une écriture teintée de douceur, de tendresse, d'une grande sensibilité aussi. On sent que l'auteure a un véritable attachement à ses personnages et à son histoire, on le ressent au fil des pages. L'histoire de Si on dansait... c'est l'histoire d'une passion plus forte que tout, l'histoire d'une rencontre qui nous fait changer d'avis, l'histoire de retrouvailles qu'on n'espérait plus. C'est beau, doux et c'est comme une mélodie qui résonne à notre oreille.

J'ai vraiment tout aimé de ce roman ! Les thèmes abordés, les personnages, toutes les références musicales, la passion pour la musique qui déborde de ses pages, l'intrigue qui naît petit à petit. Avec Si on dansait..., Rachel Joyce offre un très bon moment de lecture, et donnera envie plus d'une fois à ses lecteurs de poser le livre le temps d'aller écouter quelques titres dont parle Franck afin d'essayer d'y ressentir autant d'émotions.

"Le jazz, c'est une histoire d'espace entre les notes. C'est ce qui se passe quand vous écoutez vos silences et vos fêlures. Car c'est là que les choses arrivent, quand vous avez le courage de sauter sans filet de sécurité."

Si on dansait... de Rachel Joyce est disponible chez XO Éditions.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
musique
Londres
passion
vinyles
amis.

lundi 11 février 2019

"Famous Love 1 - Lincoln" de Rachel Van Dyken



Depuis le décès de ses parents dont elle se sent responsable, Dani s'est muré dans le silence elle qui pourtant est entourée de sa sœur et de ses amis. Recrutée comme assistante le temps d'un été, c'est auprès de Lincoln Greene une étoile montante du cinéma, Dani va devoir essayer de mettre de côté l'attirance qu'elle a pour le jeune acteur. Et si finalement Lincoln était la clef pour la faire de nouveau parler ?

C'est lors d'une petite escapade à la médiathèque que j'ai par hasard croise ce titre. Ne connaissant ni ce roman, ni son auteure, j'ai donc décidé de découvrir Famous Love 1 - Lincoln de Rachel Van Dyken.

C'est donc l'histoire de Dani que nous découvrons dans ses pages. L'histoire d'une jeune femme brisée depuis le décès tragique de ses parents, désormais renfermée sur elle-même et qui ne parle plus. Sa rencontre avec Lincoln et son nouveau travail, vont être de nouvelles épreuves pour elle qui semble terriblement attirée par lui... et réciproquement. Comment le duo va t'il fonctionner ? C'est la question qu'on se pose dès les premières pages...

Famous Love, c'est typiquement le genre de jolie découverte que j'aime faire, je ne m'attendais pas en me plongeant dans ce livre à l'apprécier autant et finalement à dévorer même ce livre. L'histoire de Dani est véritablement touchante et émouvante, la jeune fille a complètement changé après le drame, a perdu le goût à la vie, mais reste entourée par un cocon fort d'amis. Et puis il y a donc Lincoln, ce jeune acteur qui a l'air terriblement séduisant, et qui va s'avérer être beaucoup plus attentionné et tendre que les apparences pourraient le laisser penser.

L'histoire de Dani et Lincoln naît au fil des pages, sincèrement, on se doute bien que les deux vont avoir une véritable histoire qui sera certainement intense et profonde. Chacun va apporter à l'autre beaucoup plus qu'il ne le pense et va se dévoiler petit à petit. Et puis à côté d'eux, il y a toute une bande de personnages et d'amis qui sont eux aussi tout aussi attachants. On comprend qu'on va en apprendre plus au fil des pages, mais aussi des tomes, sur eux, on apprend à découvrir aussi quelle importance ils ont pour Dani et résultat, on a l'impression de faire partie de leur petit cercle.

En plus de cela, l'auteure réussie parfaitement à nous immerger dans l'univers de son roman. On plonge véritablement dans les coulisses du show-business, du tournage d'un film s'imaginant aisément déambuler parmi l'équipe de tournage entre deux prises. C'est ça aussi qui m'a plu dans ce livre, cette originalité, ce petit côté paillettes.

Rachel Van Dyken offre vraiment une romance qui a tout pour plaire. Des personnages attachants, une jolie histoire, des personnages qui ont une vraie histoire personnelle chacun avec des failles, des défauts ou des peurs par exemple. Entre humour et amour l'auteure fait de ce premier tome de Famous Love une véritable réussite !

J'ai vraiment beaucoup aimé ce roman, son univers et ses personnages que j'ai tous trouvé très attachants. Avec ce premier tome de Famous Love on a fait le premier pas, on a découvert l'histoire de Dani et Lincoln, mais il nous reste tant de personnages pour qui on aimerait en savoir plus ! Du coup en le refermant on n'a qu'une seule envie, c'est de vite découvrir les deux tomes suivants...

Famous Love 1 - Lincoln de Rachel Van Dyken est disponible aux Éditions Milady.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
Silence
Peur
Rencontre
Cinéma
Sentiments.

C'est lundi ! Je lis ça, et vous ?


Pour bien débuter cette nouvelle semaine, le lundi est l'occasion de faire le point sur ses lectures ! Alors rien de bien compliqué, le principe est simple, on parle de sa lecture passée, de sa lecture en cours et de sa lecture à venir.

Je vous dis ce que je lis, et vous faites de même, ok ? :)

J'ai terminé
Petits mensonges entre colocataires de R.C. Boldt

Je suis en train de lire
La vie qui m'attendait de Julien Sandrel

Je lirai ensuite
Oiseau de nuit de Robert Bryndza.

dimanche 10 février 2019

"Mauvais genre" d'Isabelle Villain


Hugo Nicollini n'a pas vraiment la même enfance que tous les enfants de son âge. Entre son père brutal et sa mère protectrice, les disputes sont fréquentes tout comme les coups. Et un soir, c'est la dispute de trop, sa mère ne se relèvera pas.

Plus de vingt ans plus tard, l'équipe de Rebecca de Lost est en charge de l'enquête sur le meurtre d'une jeune femme poignardée. L'enquête les mènera alors à creuser un peu plus sur la famille de la victime, et l'histoire d'Hugo va alors refaire surface.

Vous savez que chaque titre publié par les Éditions Taurnada trouve sa place dans mes lectures. Mauvais genre d'Isabelle Villain n'a pas dérogé à la règle et j'ai donc découvert ce nouveau roman dernièrement.

Le roman s'ouvre sur un prologue qui semble mettre le lecteur de suite dans le bain. C'est une scène insoutenable, un acte qui nous choque même et qui nous arrache quelques frissons devant ce qui arrive au jeune Hugo. Et puis on plonge ensuite dans l'histoire, qui nous coupe brutalement avec cette scène, qui nous amène sur une autre intrigue, mais qui rejoindra finalement celle-ci...

J'avais lu beaucoup de choses positives sur ce titre, le voyant passer plus d'une fois sur les réseaux sociaux, et pourtant... Pourtant, pour moi, ce fut une déception. Mauvais genre d'Isabelle Villain est un thriller qui m'a presque laissé de marbre, qui n'a pas réussi à me happer dans son histoire et qui manquait cruellement de rythme pour moi.

Pourtant, au début du roman, on plonge dans une histoire sans faire de détour, faisant au passage connaissance avec le commandant Lost. L'intrigue se met en place, quelques pistes nous viennent à l'esprit, et à côté de ça d'un coup une ancienne affaire resurgit également. Mais pour moi, tel un soufflé tout est retombé d'un coup, il m'a manqué un petit quelque chose tout au long de ce roman.

Alors certes, il y a tout de même du positif dans cela, car j'ai beaucoup aimé les thèmes abordés, notamment celui du transgenre avec l'histoire d'Hugo. J'ai trouvé que l'auteure parlait de ce thème plutôt délicat avec tact, sans porter de jugement, et bien au contraire en apportant quelques précisions sur cela. C'est là le gros point positif de ce roman, pour moi. J'aurais apprécié que tout cela reste au cœur du livre, de son intrigue, mais l'intrigue certes se démultiplie et enfle au fil des pages, mais se disperse pour moi, perd de sa profondeur et la fin... Alors franchement, je me suis demandée comment on en était arrivé là, le dénouement m'a laissé cette impression d'arriver comme un cheveu sur la soupe dont on ne sait où.

Moi qui suis une grande fan des Editions Taurnada, il fallait bien malheureusement que cela arrive. Peut-être suis-je passée à côté de ce roman ? Peut-être ne l'ai-je pas lu au bon moment ? Ou peut-être tout simplement, celui-ci n'était clairement pas pour moi. Il ne vous reste plus qu'à vous faire votre propre idée en lisant Mauvais Genre d'Isabelle Villain.

Mauvais genre d'Isabelle Villain est disponible aux Éditions Taurnada.

Merci aux Editions Taurnada.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
thriller
enquête
famille
passé
transgenre.

jeudi 7 février 2019

"Chaussures à son pied" de Marianne Levy


Samuel ressemble à Hugh Grant, ce bel acteur anglais. Alors on s'imagine forcément que c'est facile pour lui, mais dans la réalité s'est plus compliqué à assumer. Samuel vit à Londres en colocation et espère devenir le prochain Shakespeare. En attendant, Filo a décidé de le caser et les blind dates s'enchaînent jusqu'à temps que son histoire se transforme tel un conte de fées comme Cendrillon. Samuel n'est pas au bout de ses surprises, et lui qui ne s'imaginait jamais jouer au prince charmant se verra peut-être contraint de le faire...

Marianne Levy, c'est bon aujourd'hui tout le monde connaît cette auteure n'est ce pas ? He bien son nouveau roman Chaussures à son pied fait partie de la collection Il est une fois des éditions Pygmalion, une collection qui remet au goût du jour les contes de fées mais version 2.0.

Samuel est donc notre prince charmant, ou presque, ou pas, ou peut-être ça, c'est à vous de le découvrir. Il se rêve auteur tel Shakespeare et travaille en attendant en tant que traducteur pour une série. Pour lui les contes de fées ça n'existe pas, mais certaines personnes sont bien décidées à lui prouver le contraire.

Vous connaissez tous l'histoire de Cendrillon non ? Et bien oubliez là, et passez à la version moderne de Marianne Levy ! Dans ce roman à la construction originale, parce qu'il s'agit d'un roman dans un roman (vous suivez toujours ?) découvrez donc l'histoire de Samuel. 

Samuel est un jeune homme vraiment charmant (ou plus parce que bon, je vous rappelle que c'est le sosie de Hugh Grant au passage), plein d'humour, de tendresse et bien entouré. Bien entouré, car il vit dans une colocation et autant vous dire que chez eux ça déménage, parce que vous allez rencontrer toute une ribambelle de personnages hauts en couleur qui ont tous leur petite particularité... Et puis il y aura Julie aussi qui arrive en cours de route. Franchement, toute cette bande de personnages est sacrément attachante, délirante, un peu loufoque même, mais on les adore tous rapidement.

Et puis il y a l'amour dans ses pages... Ah l'amour... Samuel va devoir jongler entre travail, passion et l'amour, même s'il essaie de se persuader plus d'une fois que non. Mais on comprend de suite quand vient le moment, on saisit l'attirance entre lui et Julie et on trépigne de savoir comment tout cela va se poursuivre. La rencontre entre les deux est magistrale, oui magistrale, vous allez bien lu parce que la joute verbale qui suit offre un sacré moment de rire.

"C'est quoi la prochaine étape, vous allez me demander si je sais couper du bois à la hache comme un bûcheron musclé qui a négocié un contrat d'exclu pour les pubs Coca ?"

"Je comprends, vous devez être surbooké, sosie de Hugh Grant, c'est un classique des enterrements de vie de jeunes filles. D'après ce que j'ai lu, ça marche même plus fort que Ryan Gosling version La La Land..."

Dans Chaussures à son pied, j'ai retrouvé tout ce qui fait que j'apprécie tant l'écriture de Marianne Levy. Un humour parfois désopilant avec des répliques qui nous font soudainement éclater de rire, des personnages terriblement attachants avec qui on a l'impression de devenir immédiatement amis, une intrigue amoureuse qui nous fait sourire et dont on se plaît à espérer beaucoup, de l'amour qui naît et grandit au fil des pages, une amitié entre les personnages qui se soutiennent pour tout et de la tendresse présente encore et toujours. L'auteure livre un roman tendre, amusant, touchant et sincère qui nous fait sourire, rire, nous émeut même un peu et qu'on referme à regret.

Bref, vous l'avez compris, j'ai passé un très bon moment de lecture avec ce roman. Chaussures à son pied se dévore avec gourmandise tel notre pâtisserie préférée ! On se délecte à chaque bouchée, on sourit de satisfaction et une fois terminé, on en redemande. La magie Marianne Levy, c'est ça ! Alors maintenant, à vous de rencontrer Samuel et de peut-être (sûrement) tomber sous son charme...

"J'ai vraiment essayé, vous savez. Parce que je crois que les histoires ont le pouvoir de changer la vie. Qu'elles sont plus fortes que la réalité."

Chaussures à son pied de Marianne Levy est disponible aux Éditions Pygmalion.

Merci ma chère Marianne.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
écriture
conte
rencontres
colocation
sentiments

mercredi 6 février 2019

"Baby Doll" de Hollie Overton


Après plus de 3 110 jours d'enfermement, il aura suffi d'une minute d'inattention pour que Lily Riser puisse s'enfuir. En plein hiver, en pyjama, elle fuit avec sa fille dans les bras loin de cette cabane dans laquelle Sky l'a longuement retenu enfermée. L'enferment est terminé pour Lily, mais le calvaire ne l'est pas. Marquées par les sévices et la captivité, Lily et sa fille doivent maintenant apprendre à faire partie d'une vraie famille et à se remettre de tout cela.

C'est son résumé terriblement alléchant qui a fait que je me suis penchée sur Baby Doll de Hollie Overton.

C'est à la fuite de Lily que le roman s'ouvre, à un moment crucial dans la vie de la jeune femme qui retrouve enfin la liberté. À partir de cet instant, c'est le retour au monde réel pour elle et sa fille, le retour dans sa famille qui ne sera pas si simple que ça et le retour sur les huit années de calvaire que chacun a subit d'une façon ou d'une autre.

Baby Doll est un thriller psychologique qui commence là où habituellement les autres se ferment. En débutant par la fuite de Lily, on se plonge alors dans la réinsertion de la jeune femme dans la vie quotidienne, dans sa famille, auprès de sa sœur jumelle, et on découvre alors que c'est finalement d'autres souffrances qu'elle va alors rencontrer.

Au fil des pages, l'auteure jongle aussi bien avec le présent, qu'avec le passé en revenant sur les huit années passées. On découvre ainsi les événements vu de différents points de vue (les passages de son kidnappeur font froid dans le dos), les dommages sur chacun que cela a engendré, et même si bien entendu Lily est celle qui a le plus souffert de tout cela, la souffrance que les autres ont aussi enduré. Les secrets sont nombreux, les chocs des révélations se multiplient, c'est douloureux et fracassant même.

Lily est un personnage bien particulier. Forcément on est touché par ce qui lui est arrivé, forcément, on comprend sa douleur, sa peine à s'en remettre et les difficultés à vivre entourée des siens. Mais à certains moments, je n'ai pas compris son comportement, ses réflexions, ne comprenant même parfois pas ses choix.

"Lily avait compté sur sa nouvelle coupe de cheveux et ses nouveaux vêtements pour la transformer en femme désirable, une femme que les hommes convoiteraient, une femme que Wes désirerait."

Hollie Overton livre un thriller psychologique original. La construction de celui-ci qui se déroule après la fuite de Lily fait qu'il arrive finalement un peu à se démarquer des autres. C'est sombre, douloureux, certains passages nous touchent ou nous font bondir, pour un livre qui finalement se lit presque d'une traite.

Alors même si parfois Lily m'a vraiment surprise par ses décisions ou réflexions, même si je ne l'ai pas toujours comprise, j'ai apprécié ce roman. Sa construction, la profondeur que réussi à faire passer l'auteure dans son histoire et l'histoire elle-même que nous découvrons entre les pages de Baby Doll.

Baby Doll de Hollie Overton est disponible aux Editions Mazarine.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
captivité
fuite
liberté
nouveauté
famille.

mardi 5 février 2019

Bilan livresque #25 : janvier 2019.


Le premier mois de cette année 2019 est terminé, alors il est déjà temps de faire un retour sur les nombreuses lectures qui l'ont ponctué et qui donneront peut-être le rythme de ces mois à venir !

Résultat de janvier : 17 livres lus ! Parmi ceux-là il y aussi bien eu des nouveautés, des livres sortis de ma PAL, que des livres papier ou numériques. Un vrai mix comme je les aime et avec tous les genres mélangés. Surtout, j'ai réussi à vous en proposer les critiques très rapidement, c'est un petit exploit pour moi et j'espère avoir pris mon rythme maintenant.

Retour sur les livres lus :
  • S'accrocher aux étoiles de Katie Khan **
  • La vallée des papillons de Marie H. Marathée **
  • Je ne sais pas dire je t'aime de Nicolas Robin **
  • Le journal secret d'Amy Wingate de Willa Marsh **
  • Mon ombre assassine d'Estelle Tharreau **
  • Love me if you Cannes de Tamara Balliana **
  • Les mille et une vies des urgences de Baptiste Beaulieu et Dominique Mermoux **
  • Romeo cherche Romeo de Justin Myers **
  • Always Sunshine de Maddie D. **
  • Quand il me prend dans ses bras de Charlie Wat **
  • Sa majesté des fèves d'Eve Borelli **
  • Le manuscrit inachevé de Franck Thilliez **
  • Au jardin des oliviers de Catherine Magand **
  • L'étranger dans la maison de Shari Lapena **
  • Anatomie d'un scandale de Sarah Vaughan **
  • Chaussures à son pied de Marianne Levy
  • Mauvais genre d'Isabelle Villain

J'ai eu beaucoup de bonnes lectures, voir de coups de cœur, parmi lesquels Le manuscrit inachevé de Franck Thilliez qui m'a tenu en haleine, Mon ombre assassine d'Estelle Tharreau que j'ai dévoré, Quand il me prend dans ses bras de Charlie Wat avec lequel j'ai passé un très bon moment, La vallées des papillons de Marie H. Marathée qui m'a beaucoup touché ou encore Les mille et une vies des urgences de Baptiste Beaulieu et Dominique Mermoux et Chaussures à son pied de Marianne Levy.

Mais avec tout ça, y a t'il eu des déceptions ? Hé bien malheureusement oui avec surtout deux titres. Au jardin des oliviers de Catherine Magand auquel je n'ai pas du tout adhéré et Mauvais Genre d'Isabelle Villain avec lequel je me suis vraiment ennuyée...

Pour février, souhaitons-nous d'aussi belles lectures toujours aussi diversifiées !

Rendez-vous dans un mois =)

"Anatomie d'un scandale" de Sarah Vaughan


C'est l'affaire de sa vie pour Kate lorsqu'elle se retrouve à devoir faire condamner James Whitehouse, un homme de pouvoir accuser de viol. Sophie, elle la femme de James, adore son mari et doit trouver encore et toujours la force de continuer et de le défendre. Mais cette affaire est plus sombre qu'elle n'y parait, cache bien des secrets et surtout une certaine vérité...

Sarah Vaughan est une auteure que j'ai déjà lue à plusieurs reprises, mais avec Anatomie d'un scandale, je la découvre dans ce genre.

Anatomie d'un scandale va tourner autour de cette affaire James Whitehouse, car cette affaire est très particulière pour Kate et met en lumière également la notion de viol et de consentement sexuel. En se plongeant dans ce roman, nous allons littéralement plonger au coeur d'un procès, d'une histoire qui va impacter plus d'une personne et qui résulte de certains événements.

Kate est donc du côté de la victime, et se doit donc de faire condamner James d'autant plus que cet homme ne lui est pas inconnu malheureusement. Le lecteur va alors jongler entre passé et présent, entre plusieurs personnages, et chaque point de vue et chaque événement va apporter un œil nouveau sur l'affaire en cours.

Anatomie d'un scandale offre un véritable procès du côté de nos amis anglais à travers ces pages. Il est intéressant de voir comment celui-ci se prépare, comment la politique peut influencer sur tout cela et il est surtout aussi aberrant aussi de voir comment une victime de viol doit se défendre. Ce sont ces points que je retiens de ma lecture, ces thèmes abordés particulièrement intéressants et qui nous feraient presque oublier les longueurs du roman et une certaine fin plutôt décevante...

J'ai donc ainsi pu découvrir Sarah Vaughan dans ce genre de roman. Je dois avouer que je préfère quand l'auteure aborde des thèmes plus légers et des histoires plus sereines et solaires. Ici, elle ne laissera certainement pas un souvenir impérissable dans mes lectures, mais je vous conseille néanmoins vivement de découvrir Anatomie d'un scandale et l'histoire que ce roman véhicule.

Anatomie d'un scandale de Sarah Vaughan est disponible aux Editions Préludes.

Merci à NetGalley & Préludes

5 mots en bref pour décrire ce livre :
politique
procès
viol
justice
vengeance.

lundi 4 février 2019

Je les glisserais bien dans ma poche #3


Vous aussi vous aimez beaucoup trop les livres en format poche ? Moi, j'avoue, je plaide coupable. Résister à un livre de poche est trop difficile, ils ont tout pour eux ! Ils sont petits donc ne prennent pas trop de place et ils ont des petits prix donc on culpabilise moins à en acheter deux ou trois... Du coup, je me suis dit, et si de temps en temps, je faisais une petite sélection de cinq formats poche (maximum) qui sortent bientôt ? L'occasion de mettre en avant quelques titres qui me font envie, qui vous font peut-être aussi envie, et qui finiront bien un jour dans nos bibliothèques.


Pour ce mois-ci au menu des auteurs que j'apprécie comme Stephen King ou Lorraine Fouchet, mais aussi deux découvertes...



Fin de ronde de Stephen King 
à paraître le 6 février

Dans la chambre 217 de l’hôpital Kiner Memorial, Brady Hartsfield, alias Mr Mercedes, gît dans un état végétatif depuis sept ans, soumis aux expérimentations du docteur Babineau.
Mais derrière son rictus douloureux et son regard fixe, Brady est bien vivant. Et capable de commettre un nouveau carnage sans même quitter son lit. Sa première pensée est pour Bill Hodges, son plus vieil ennemi...
Après Mr Mercedes et Carnets noirs, la série de l’inspecteur Hodges se termine avec ce dernier volet, parfait mélange de suspense et d’horreur.



Le gout sucré des souvenirs de Beate Teresa HANIKA 
à paraître le 7 février

Elisabetta Shapiro est une vieille dame qui vit seule dans sa maison de famille en plein cœur de Vienne, perdue dans ses souvenirs. Les bons, ceux de la jeunesse et de l’insouciance, des beaux jours et des premières amours, des rires de ses sœurs et des étés. Mais les pires aussi. Les années 1930 et la montée du nazisme, l’arrestation de sa famille, la perte et la solitude, les immenses brutalités de l’Histoire et les irréparables chagrins. Tout ce qu’Elisabetta ne peut oublier, terrassée par le dilemme des rescapés. Jusqu’à ce que Pola, jeune danseuse à l’Opéra, emménage chez elle, bousculant profondément ses habitudes. Malgré leurs différences, les deux femmes vont peu à peu se rapprocher et nouer des liens plus forts qu'elles ne l'auraient imaginé…



La femme à la fenêtre de A.J. FINN 
à paraître le 14 février

Elle a tout vu, mais faut-il la croire ?

Séparée de son mari et de leur fille, Anna vit recluse dans sa maison de Harlem, abreuvée de merlot, de bêtabloquants et de vieux polars en noir et blanc. Quand elle ne joue pas aux échecs sur Internet, elle espionne ses voisins. Surtout la famille Russel – un père, une mère et un adorable ado –, qui vient d'emménager en face. Un soir, Anna est témoin d'un crime. Mais comment convaincre la police quand on doute de sa propre raison ?



Poste restante à Locmaria de Lorraine Fouchet 
à paraître le 27 février

Élevée dans le culte d’un père mort avant sa naissance, Chiara découvre, à l’âge de vingt-cinq ans, qu’elle est peut-être la fille d’un marin breton. Sous le choc de cette révélation, elle embarque pour l’île de Groix et fait la connaissance de Gabin, prête-plume d’écrivains célèbres, qui devient son compagnon de fortune. Mais ce séduisant jeune homme, arrivé comme elle de la « grande terre », est-il vraiment celui qu’il prétend être ? Et Chiara reviendra-t-elle indemne de son enquête insulaire ?

Lorraine Fouchet signe un roman breton où la tendresse ne reste pas poste restante, où le bateau du courrier est porteur de bien des surprises, où les boîtes aux lettres recèlent des secrets inattendus.

C'est lundi ! Je lis ça, et vous ?


Pour bien débuter cette nouvelle semaine, le lundi est l'occasion de faire le point sur ses lectures ! Alors rien de bien compliqué, le principe est simple, on parle de sa lecture passée, de sa lecture en cours et de sa lecture à venir.

Je vous dis ce que je lis, et vous faites de même, ok ? :)

J'ai terminé
Sois toi-même, tous les autres sont déjà pris de David Zaoui

Je suis en train de lire
D'une vie à l'autre de Martine Delomme

Je lirai ensuite
Si on dansait... de Rachel Joyce

dimanche 3 février 2019

"Sa majesté des fèves" d'Eve Borelli


Lucien, dernier fabricant de fèves, vient de mettre la clef sous la porte tandis que sa petite amie le quitte. Cristalline, sa sœur, décide alors de lui venir en aide. Elle, qui ne baisse jamais les bras, a l'idée parfaite, le faire devenir le févier officiel de la reine Elisabeth et pour ça direction Londres ! Ils se lancent alors dans un périple digne de ce nom en compagnie de Roméo, le fils de Cristalline, Micheline Ostermeyer leur caniche et deux co-voitureurs, Twix et Maguelone. Une équipe drôle, irrésistible et attachante...

Eve Borelli est une auteure que je connais déjà ayant déjà lu un de ses romans et ayant un autre dans ma PAL. En croisant la couverture de Sa majesté des fèves et son résumé prometteur, il fallait absolument que je lise ce roman.

C'est l'idée saugrenue de Cristalline qui emmène donc Roméo et Lucien pour Londres avec pour objectif de faire devenir ce dernier le févier officiel de la Reine d'Angleterre. C'est alors une vraie aventure qui attend nos trois compères qui sont vite rejoints par Twix et Maguelone, une joyeuse bande aussi amusante que touchante qui nous fait vivre un vrai bon moment de lecture.

En me plongeant dans Sa majesté des fèves je m'attendais à une comédie, ce fut le cas, mais je ne m'attendais pas à être autant touchée par ses personnages. Que ce soit Cristalline, Roméo, Lucien ou même Twix et Maguelone, on s'attache à chacun d'entre eux et ils sont tous à un moment plutôt particulier voir décisif de leur vie. Au fil des pages, on les découvre de plus en plus, on apprend à les connaître et ils se dévoilent doucement au lecteur, mais aussi à leurs compagnons de route.

Ce roman, c'est un livre qui parle de seconde chance, de choix qui peuvent faire basculer toute une vie, mais aussi de famille, d'amitié ou d'amour. Entre douceur et humour, gag et partage, on se délecte au fil des pages de Sa majesté des fèves. Finalement, ce voyage plutôt loufoque, va apporter beaucoup plus à chacun d'entre eux.

Eve Borelli offre un roman qui se lit avec délice. On sourit, on rit, on s'attache énormément à ses personnages et on passe un très bon moment avec cette jolie parenthèse pour Londres. L'auteure nous offre un roman un peu loufoque, mais aussi tellement attendrissant. On ne voit pas le temps passer une fois plonger dans celui-ci, on aimerait d'ailleurs prolonger ce temps passé avec la joyeuse bande de voyageurs et quand on le referme, on a un peu l'impression de quitter des amis...

J'ai vraiment beaucoup aimé ce titre. Je me suis surprise à être plus émue que je ne l'aurais imaginé, à rire plus d'une fois et surtout à ne jamais vouloir en refermer ses pages. Surtout avec Sa majesté des fèves, j'ai retrouvé l'écriture d'Eve Borelli que j'apprécie vraiment beaucoup et il me tarde de déjà pouvoir lire un autre de ces titres. Si je devais souligner un petit bémol, c'est juste que si on prend un ferry à Calais, on ne peut arriver qu'à Douvres et nulle part ailleurs ;)

Sa majesté des fèves d'Eve Borelli est disponible aux Éditions Mazarine.

Merci aux Éditions Mazarine.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
aventure
famille
sentiments
tendresse
épopée.

vendredi 1 février 2019

1 · 2 · 3... ce mois-ci, je les lis


Et si je vous montrais trois titres que je lirais ce mois-ci ? C'est l'idée de ce rendez-vous. Même si ma liste de lecture évoluera au fil des jours, une chose est sûre, je lirais à coup sûr ces trois romans que je vous présente déjà.

C'est parti pour cette nouvelle sélection pour février ! Pour ce mois-ci, j'ai sorti trois livres tous aussi différents les uns des autres. Il y aura donc Si on dansait... de Rachel Joyce, un titre que je voulais lire depuis un moment et que j'ai pu trouver à la médiathèque il y a quelques jours, Sois toi-même, tous les autres sont déjà pris de David Zaoui que je vais découvrir grâce à la dernière Masse Critique de Babelio et enfin le tout dernier thriller de Robert Bryndza intitulé Oiseau de Nuit.



Sois toi-même tous les autres sont déjà pris de David Zaoui

Dans une HLM de banlieue, vivant sur le même palier que ses parents juifs italiens, Alfredo Scali est un loser au grand cœur qui se rêve artiste. Mais pas n’importe lequel  !
Alfredo peint « l’inconscient des animaux à travers leurs rêves » : celui des ours bipolaires et des crabes kleptomanes, entre autres...
Entouré d’un père soigneur dans un zoo et d’une mère qui prépare inlassablement des pâtisseries, d’une grand-mère foldingue atteinte d’Alzheimer, d’une touriste italienne aussi ensorcelante qu’inaccessible et d’un conseiller Pôle Emploi spécialisé dans les jobs neurasthéniques, sa vie d’artiste pleine de doutes et d’espoirs paraît sans issue.
Tout va changer lorsque Alfredo va hériter… de Schmidt, le singe chargé d’assister sa grand-mère. Ce capucin malicieux, dressé pour aider les personnes dépendantes, va bouleverser la vie du héros, ainsi que sa peinture...
De Pantin à Montmartre, d’une friterie belge tenue par un drôle de rabbin aux plages paradisiaques de Saint-Domingue, ce roman tendre et déjanté vous entraînera sur les traces d'un artiste prêt à surmonter tous les obstacles pour atteindre son idéal.
_____

Oiseau de Nuit de Robert Bryndza 

S'il vous observe, vous êtes mort. Deuxième épisode des enquêtes de l'indomptable Erika Foster ou quand un serial stalker attaque des hommes à la vie très secrète... Après le succès de La Fille sous la glace, l'auteur aux plus deux millions de livres vendus en Grande-Bretagne revient faire trembler la France avec un thriller psychologique hautement compulsif et paranoïaque.
Londres, aujourd'hui 
Au cœur d'une nuit caniculaire, l'inspectrice Erika Foster est appelée sur une épouvantable scène de crime : un chirurgien renommé vient d'être retrouvé asphyxié dans son lit, nu, un sac plastique sur la tête, les poignets attachés. Jeu sexuel qui aurait mal tourné ? C'est ce que peut laisser croire la présence d'une revue gay à ses côtés. 

Quelques jours plus tard, le corps d'un journaliste de tabloïds est découvert dans des circonstances similaires. Pour Erika Foster et son équipe le doute n'est plus permis : un serial killer rôde. Mais quel est son mobile ? Pourquoi ses victimes sont-elles toutes des hommes brillants, à la vie très secrète ? Comment les choisit-il ? 

Alors qu'une vague de chaleur plonge la ville en pleine torpeur, Erika va devoir garder son sang-froid pour débusquer ce tueur noctambule, avant qu'il ne frappe de nouveau. Mais qui sait qui il observe en ce moment même ? Et si Erika n'était pas aussi en sécurité qu'elle le croit ? 
_____

Si on dansait... de Rachel Joyce

À Londres, au bout d'une impasse délabrée, Frank n'est pas un disquaire comme les autres. Chez ce marchand de vinyles, une belle équipe de joyeux marginaux se serre les coudes, tous un peu abîmés par la vie. 

Surtout, Frank a un don. Il lui suffit d'un regard pour savoir quelle musique apaisera les tourments de son client. Quitte à préconiser du Aretha Franklin à un obsessionnel de Chopin... 

C'est ainsi que Frank fait la rencontre de Lisa, une mystérieuse femme au manteau vert. Après s'être évanouie devant sa boutique, elle le supplie de l'aider à comprendre la musique. Lors de leurs rendez-vous, Frank replonge dans sa propre enfance, revoyant sa mère, l'excentrique Peg, lui passer des vinyles sur sa vieille platine. 

Lui qui ne croit plus en l'amour depuis longtemps sent son cœur vibrer à nouveau. Et puis, un jour, Frank découvre le secret de Lisa. Le monde s'écroule, il disparaît. 

C'est sans compter, pourtant, sur l'extraordinaire solidarité qui règne sur Unity Street. Car après le chaos, il n'est jamais trop tard pour faire renaître l'espoir et réapprendre à danser... 

Avec une sensibilité magnifique, Rachel Joyce célèbre le courage de gens ordinaires, la force de l'amour, mais aussi la puissance de la musique qui, parfois, peut sauver des vies.