lundi 22 mai 2017

"Le jour où j'ai appris à vivre" de Laurent Gounelle


Alors qu'il se promène un jour sur les quais de San Francisco, la route de Jonathan croise celle d'une Bohémienne. Lorsque celle-ci lui lit les lignes de la main, elle se fige soudain et ce qu'elle lui révèle va changer sa vie. Dès lors, Jonathan bouleverse son quotidien et ses habitudes, et rien ne sera plus jamais comme avant.

J'avais déjà lu un roman de Laurent Gounelle il y a quelques mois et j'en étais ressortie avec un avis assez mitigé. En ayant encore deux dans ma PAL, dont Le jour où j'ai appris à vivre, j'ai renouvelé l'expérience sans pour autant en ressortir plus convaincue.

Nous faisons donc la connaissance de Jonathan, récemment séparé, il travaille dans les assurances et mène une vie plutôt ordinaire, jusqu'à cette fameuse rencontre. En parallèle, nous faisons aussi la connaissance d'autres personnages secondaires, sans savoir vraiment à quoi ils vont nous mener bien que tous liés entre eux d'une certaine façon. Personnellement, aucune surprise quant à la déclaration de la Bohémienne, en lisant le résumé, je me doutais de ce que celle-ci pouvait réserver et je ne me suis pas trompée. On assiste alors au bouleversement complet de la vie de Jonathan et on se plaît à le voir revoir ses priorités et à apprécier pleinement ce qui lui semblait auparavant anodin.

Le jour où j'ai appris à vivre, c'est ça. C'est la mise en avant du changement de vie, de priorités, après un événement ou une épreuve. C'est se rendre compte que nous ne menons pas vraiment la vie que nous souhaitons, que nous nous mentons à nous-même parfois et c'est cette faculté à ouvrir les yeux. Le roman nous amène, en même temps que son personnage principal, à nous poser bon nombre de questions, gentiment sans brusquer le lecteur.

"Nous sommes des êtres complets et la nature nous amène à le ressentir profondément, alors que la société crée en nous le manque. Elle sait nous faire croire et nous faire ressentir qu'il nous manque quelque chose pour être heureux. Elle nous interdit d'être satisfaits de ce que nous avons, de ce que nous sommes. Elle ne cesse de nous faire croire que nous sommes incomplets."

Laurent Gounelle a cette faculté à travers ses histoires à amener son lecteur à se poser les bonnes questions, à se projeter lui-même dans les situations que traversent ses personnages. C'est ce point-là que j'aime chez cet auteur. En revanche, je n'arrive pas à adhérer à son écriture que je trouve parfois très (trop ?) philosophique. Les conversations entre Jonathan et sa tante m'ont paru tellement longues... Je comprends que c'est cela qui plaît beaucoup dans l'écriture de Laurent Gounelle dans ce que j'ai pu lire ici ou là, mais personnellement, c'est quelque chose que je n'arrive pas. Je me suis retrouvée freiné dans ma lecture après cela, et impossible ensuite de replonger pleinement dans l'histoire.

Au final, une nouvelle fois, avec Le jour où j'ai appris à vivre, je ressors de ma lecture avec toujours cet avis plutôt mitigé. Autant, j'aime les messages véhiculés à travers cette histoire, mais autant, j'ai toujours un peu de mal avec l'écriture de Laurent Gounelle. J'ai encore un livre de cet auteur à lire, je le lirais un jour, c'est sur, mais je me laisse un peu de temps pour cela.

Si vous avez l'occasion néanmoins de découvrir Laurent Gounelle, n'hésitez pas ! Car vous trouverez forcément un intérêt et un petit plaisir à le lire.

""Et tu sais, ce qui est troublant, dans la vie, c'est que tout ce qui nous arrive, en positif comme en négatif, en joies comme en drames, sert secrètement un seul but : éveiller notre conscience, car c'est seulement là que nous devenons pleinement nous-mêmes."

Le jour où j'ai appris à vivre de Laurent Gounelle est disponible aux Éditions Pocket.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
prédiction
vie
remise en question
plaisir
choix.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire